Le jeu de la loi de la jungle

Il y a deux jours sur Skype, un ami de FcG (MB pour ne pas le citer) a posté le lien d’un jeu : http://agar.io/. J’ai testé, et j’ai fini par me rendre compte que ce jeu, extrêmement simple au niveau du gameplay et des graphismes, étant en réalité beaucoup plus complexe.

Voici l’écran du jeu :

Jeu cellules (1)
« On va jouer à un jeu… » – Jigsaw

On contrôle donc une petite cellule, qu’on contrôle avec la souris. On a 2 touches qu’on peut utiliser : W pour éjecter des petites boules de cytoplasme (la « gelée » à l’intérieur des cellules, rappelez-vous de vos cours de SVT), et Espace pour diviser sa cellule en deux cellules de même taille, ce qui propulse une moitié vers l’endroit visé par la souris.

L’objectif, même s’il est implicite, est de devenir la cellule la plus grosse sur le serveur (et de le rester).

L’environnement de jeu est on ne peut plus simple : un fond bleu clair à petits carreaux. C’est tout. Même les bords ne sont pas matérialisés (on s’écrase contre un mur invisible). A part les autres joueurs, on a 2 choses sur le fond où on se déplace en 2D : les petits points immobiles multicolores qui servent à faire grossir les cellules (donnant 1 point de score et de masse chacun), et des cellules vertes rondes immobiles de taille moyenne au bord crénelé qui font littéralement exploser en de nombreux petits morceaux une cellule suffisamment grosse pour les absorber, mais nous reviendrons sur ces dernières plus tard.

Le score en bas à gauche indique la taille maximale qu’a atteint votre cellule. Le leaderboard en haut à droite montre un classement des 10 cellules les plus grosses du serveur, et contrairement à ce qu’on pourrait croire, il est très difficile de s’y maintenir.

Ce jeu est donc ce qu’on pourrait qualifier (à raison) de « tout con » ; mais en réalité, arriver dans le top 10 des plus grosses cellules, et finalement devenir la cellule la plus grosse est loin d’être simple.

On refait donc un peu comme dans les premiers moments de la Terre : des zooplanctons mangeant des phytoplanctons. On commence à une taille de 10, et on passe sur les petits points multicolores pour grossir lentement mais sûrement. Au début, on est hyper rapide et agile, mais on flippe comme des collégiennes devant tout le monde, vu qu’on peut se faire absorber par à peu près tout le monde (et ces derniers ne vont pas se gêner, s’ils peuvent gagner plusieurs dizaines de points d’un coup).

Après avoir commencé à grossir (donc vers une taille de 150-200 minimum), on peut commencer à essayer de gratter un peu de points supplémentaires en bizutant les petits. Mais ce jeu, c’est comme la guerre : « Dans un champ de bataille, seuls les forts et les lâches survivent, les courageux meurent toujours ! »
Eh bien là, c’est exactement ça : les deux seuls moyens de survivre sont de salir votre slip en fuyant les cellules plus grosses que vous et de vous attaquer aux plus petites, tel un petit caïd de banlieue.

Jeu cellules (2)
Se gaver de smarties, puis attaquer les plus petits que soi : Bully Simulator.

Mais attention, parce que comme dans la vraie vie, plus vous grossissez, plus vous avez du mal à bouger votre gros cul. Poursuivre une cellule bien plus petite que vous sera aussi compliqué et peu rentable qu’un hippopotame chassant un lapin. Mais contrairement aux hippopotames, vous avez la capacité de vous dédoubler, en projetant la moitié de votre masse vers l’avant. Cela permet d’attaquer devant soi comme un caméléon, dépliant sa langue très rapidement. Vous vous retrouvez ensuite avec deux cellules (voire plus, car si vous réappuyez sur Espace, vous dédoublez chacune de vos cellules en deux). En revanche, vous devrez attendre un certain temps (une bonne minute je crois) avant de pouvoir refusionner vos cellules en une seule.
Cette capacité est donc à double tranchant : vous pouvez choper des cellules plus petites et rapides que vous, que vous n’auriez pas pu rattraper en ligne droite, mais en revanche, vous vous retrouvez avec 2 cellules moitié plus petites que l’originale juste après, et ce pendant un temps relativement long (je vous assure que ça paraît long une minute, quand vous pouvez vous faire attaquer par beaucoup plus de monde). Car oui, plus vous êtes petits, et plus le nombre de  »prédateurs » augmente de façon exponentielle.
Se dédoubler peut également permettre de se déplacer plus vite (puisque l’on est deux fois moins gros), voire de couvrir une plus grande zone pour pour attraper plus de « smarties ».
Cela permet également de se « sauvegarder » : quand on voit qu’on est sur le point de se faire avaler, on peut propulser la moitié de son corps pour ainsi ne pas tout perdre face à l’assaillant, tel un lézard abandonnant sa queue pour pouvoir échapper à un prédateur.
On peut même feinter, en appâtant des cellules un peu plus grosses que nous avec notre cellule en deux morceaux appétissants, mais en refusionnant au dernier moment, et inversant les rôles de prédateur-proie.
On ne peut se dédoubler qu’à partir de la taille 60 environ.

Jeu cellules (impossible d'être absorbé)
Je ne peux me faire absorber, ni absorber l’autre, car nous sommes presque de la même taille. En revanche, nous ferions mieux de nous éloigner de la cellule orange, car elle a l’air suffisamment grosse pour nous gober tout cru.

La taille est donc extrêmement importante : je peux vous dire que les autres n’auront aucune pitié envers vous dès l’instant où vous serez suffisamment petit pour être sur leur servir de repas. Même les cellules du top 10 peuvent se faire traquer impitoyablement dès qu’ils passent de l’état de menace à celui de proie.

Jeu cellules (court pour ta vie)
Cours pour ta vie ! Cours pour ton c** !      (vous aurez remarqué mon changement de pseudo dû à l’énervement après plusieurs morts)

L’autre touche qu’on peut utiliser est la touche W qui, comme je l’ai dit tout à l’heure, permet de lancer des petites boules de cytoplasme. On peut encore une fois les utiliser de différentes façons :
– comme monnaie d’échange : « Tiens, je te donne un peu de masse à absorber, mais en échange tu ne me manges pas, OK ? ». Permet de perdre moins de masse qu’en abandonnant la moitié de son « corps », mais rien ne dit que l’assaillant se contentera de ça (quoique c’est courant qu’il s’en contente, puisque les courses-poursuites se soldent souvent par un abandon de la part du plus gros, qui est trop lent, et ne veut pas risquer de se dupliquer pour être en danger après).
– comme moyen d’alliance : s’allier avec quelqu’un peut permettre de bénéficier d’un coup de pouce en masse par celui-ci en cas de besoin. « Eh, si tu m’aides en me donnant assez de cytoplasme pour que je devienne plus gros que mon attaquant, je pourrais au pire le faire fuir, et au mieux l’absorber, et je deviendrai beaucoup plus gros, ce qui me permettra de te rendre beaucoup de cytoplasme après ! ». Existe aussi en version offensive : « Eh, si on combine nos masses, on peut être suffisamment gros pour absorber une grosse cellule, et se repartager le total après ! »
L’équivalant de prêter de l’argent à quelqu’un, ou de parier au Tiercé, ou d’acheter des actions d’une entreprises : ça peut être foireux et vous ruiner, mais également vous rapporter gros. Les animaux qui attaquent à plusieurs peuvent également attaquer des créatures bien plus grosses qu’elles (je pense aux raptors qui attaquaient des petits sauropodes), ou chasser de façon plus efficace (une meute de loups qui chassent peuvent encercler un cerf).
Jeu cellules (alliance)
« W=Team » est une proposition d’alliance. L’absence de chat rend la communication pour ainsi dire très difficile. A vous de décider si vous allez trahir votre ami après avoir récupéré suffisamment de masse… ou de deviner si ce n’est pas lui qui va finir par se passer de vos services.

– Enfin, éjecter des petites boules de cytoplasme permet de faire grossir jusqu’à la rupture les boules vertes au bord crénelé, que nous avions évoqué, ce qui produit une nouvelle boule. On ne peut se débarrasser d’une boule de ce genre qu’en l’absorbant, ce qui fait éclater le joueur en de nombreux petits morceaux, très appétissants pour les joueurs alentours. Ces boules vertes, que les grosses cellules évitent comme la peste, peuvent servir d’abri pour les plus petites, tels des buissons de ronces pour de petits animaux : ils ne peuvent pas l’absorber, et si leurs prédateurs sont trop gourmands, ils risquent l’éclatement, et leur proie peut rapidement absorber plusieurs de leurs morceaux, pour grossir à vitesse grand V. Passer entre deux « boules piquantes » permet aussi de semer une cellule trop grosse pour passer sans en absorber une. Avec un peu de patience et d’organisation, on peut créer des murs entiers de ces « boules piquantes » afin de faire chier les plus grosses cellules.
C’est l’un des moyens les plus rapides et efficaces utilisés pour faire tomber de leur piédestal les cellules du top 10 : la projection d’une de ces boule bien placé au moment où l’un de ces mastodontes passe permet d’en faire exploser une partie. Les plus agiles et courageux pourront essayer de grappiller un ou plusieurs morceaux, ou bien ils laisseront le travail aux cellules qui seront devenues plus grosses qu’elle le temps qu’elle puisse recoller ses bouts.

Jeu cellules (barrière)
Une barrière de cellules crénelées ; quand on est numéro Uno et qu’on se traîne comme une grand-mère sous Lexomil, je peux vous dire que c’est long et peu passionnant de devoir faire le grand tour. Mais il est déconseillé de se dédoubler, à moins d’aimer vivre dangereusement…

Pour terminer, j’ajouterai juste qu’il n’y a aucune modération. On peut utiliser n’importe quel pseudo (et aussi des skins, mais je n’ai pas compris comment les mettre) : certains ont des noms amusants, comme « Genkidama »,  »Spike WANTS », voire  »Your mum’s ass » ; d’autres se spécialisent sur les pays en mettant le skin du drapeau ( »Norway », »Spain »,etc…) ou le logo d’un site ( »tumblr »,  »facebook ») ou même des images de Doge ; on en a aussi qui mettent des messages amicaux ( »Hey guys ! »,  »W=friend ») ou pas de nom (lors de l’arrivée dans le top 10, il est indiqué pour ces anonymes  »An unnamed cell ») ; mais j’avais été également témoin d’un certain  »Mabite »,  »Putain d’arabes », « Uncle Adolf », ou  »Ebola », des skins de croix gammées, et d’autres choses du même genre…

On a plusieurs option dans le menu avant de créer une nouvelle cellule, comme mettre le fond en noir, ne pas montrer les skins, les noms, ou les couleurs, et celui assez utile de montrer la masse des autres. Enfin, on peut regarder la partie en mode spectateur (la vue est centrée sur la cellule la plus grosse du serveur).

Bref, un bon petit jeu, très simple, mais qui est beaucoup plus complexe à jouer qu’il n’y paraît, et qui reprend des tactiques qu’on trouve dans la nature. Ça faisait longtemps que j’avais pas fait un article comme ça, à la zeub…

Prochainement, ce sera soit la suite de l’Infernal Remake Dantesque, soit un article de blog de Fanatic Game que je reprendrai. Allez, tschaw, bande de gens ! o/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s