L’Infernal Remake Dantesque ! – Chant V – Ma b*te, son histoire

Après notre arrivée mouvementée (tout comme notre départ) dans les Limbes, Virgile et moi descendîmes l’escalier taillé dans la roche jusqu’au cercle suivant, plus petit, mais plus terrible.

Arrivés en bas, nous nous retrouvâmes dans une sorte de salle d’attente, remplie seulement par des chaises le long des murs, sur lesquelles étaient assis des damnés, attendant vraisemblablement leur tour. A droite, il y avait un mur avec une porte. A gauche, un portail semblait amener vers une immense pièce, remplie de chaises et d’âmes assises sur lesdites chaises.
« – On est pas là de passer…, dis-je d’un ton inquiet à Virgile.
« – Ne t’inquiète pas, nous n’aurons pas le loisir d’attendre. » répondit-il d’un ton à la fois rassurant et un peu dédaigneux.
Nous patientâmes quelques minutes, jusqu’à ce que les hauts-parleurs annoncent « Suivant ! » ; il me pris par la manche, avança d’un pas vif vers la porte et entra.

C’était un bureau classique, comme ceux des banques ou des secrétariats, où un homme en costard-cravate se tenait assis derrière son bureau, entre un ordinateur et une pile de dossiers ; derrière lui se trouvait deux armoires de rangement à tiroirs classiques, l’une avec des « dossiers classés » et l’autre des « dossiers en attente ». L’endroit aurait été tout à fait normal si l’homme en question n’avait pas eu des ailes de chauve-souris et une couronne.
« – Veuillez sortir, déclara-t-il d’un ton froid et sans émotion, je ne vous ai pas appelé.
– Allons, allons, répliqua mon guide, nous n’en avons pas pour longtemps. Et puis, vous n’êtes pas à cinq minutes, n’est-ce pas, Minos(1)?
– Veuillez sortir, répéta-t-il. J’ai des délais à respecter.
– Vu le nombre de gens qui attendent à côté, je n’en doute pas. Vous utilisez carrément un portail vers une autre dimension pour réussir à caser les millions, pour ne pas dire milliards, d’âmes qui attendent un rendez-vous ici pour pouvoir commencer à souffrir dans le cercle approprié. Mais contrairement à eux, nous sommes pressés, et sommes expressément autorisés par Lui. », conclut Virgile en lui tendant un papier officiel tout en pointant l’index vers le haut.
L’homme en costard soupira lentement en fermant les yeux.
« – Très bien, asseyez-vous. »
Comme il n’y avait qu’une seule chaise, Virgile me pria de m’installer.

« – Je connais déjà M. Virgile, reprit tout aussi froidement le dénommé Minos, même s’il ne pourra se présenter devant moi(2). Il a déjà mené un certain nombre de vivants à travers les Enfers. Et qui accompagnez-vous, cette fois ? Monsieur… ?
– On ne peut pas le dire à voix haute, il faut laisser les lecteurs imaginer ce qu’ils veulent », dit Virgile. Il se pencha et lui chuchota donc mon nom à l’oreille.
– Même si vous n’êtes pas attendu ici avant un moment, il faut tout de même que je vérifie votre dossier, me dit Minos en se levant. Le règlement, vous comprenez… »
Il ouvrit un tiroir de l’armoire derrière lui où il était indiqué au-dessus « en attente de traitement », fouilla parmi les dossiers, et finit par sortir le mien.
« – Vos armoires contiennent les dossiers de tous les gens sur Terre ?
– Effectivement, jeune home. Elles ont bien entendu un système de modification de l’espace très puissant, permettant de stocker des milliards de dossiers chacune.
– Ça n’aurait pas été plus simple de les mettre sous forme numérique, et les consulter sur votre ordinateur ?…
– Oh, c’est en cours, mais nous ne sommes pas très familiarisés avec ce genre de matériel. Rien ne vaut le bon vieux papier, selon moi.
– Alors à quoi vous sert l’ordi ?
– A jouer au démineur. Mais revenons à votre dossier… (il le lut en diagonale) Ah, vous êtes baptisé… Très bien, je dois maintenant vérifier avec vous les informations. Veuillez répondre brièvement et honnêtement à mes questions. »
– Allez-y, répondis-je, à la fois un peu inquiet mais pressé d’en finir.
– Commençons. Avez-vous déjà trahi quelqu’un ?
– Pas à ma connaissance.
– Avez-vous déjà falsifié quelque chose, ou vous êtes-vous fait passer pour quelqu’un d’autre ?
– C’est peu probable.
– Avez-vous semé la discorde ou provoqué un schisme ?
– Je ne pense pas.
– Avez-vous donné des conseils perfides à quelqu’un ?
– Cela m’étonnerait.
[quelques minutes plus tard]
– Avez-vous déjà tenté de vous suicider ?
– Absolument pas.
– Nous ne jouons pas à « ni oui ni non ». Veuillez répondre par oui ou par non à chaque question. Reprenons : avez-vous déjà tué quelqu’un ?
– Par oui ou par non.
– Êtes-vous un hérétique ?
– Par oui ou par non.
– Êtes-vous colérique, rancunier, mélancolique, etc… ?
– Par oui ou par non.
– Veuillez s’il vous plaît arrêter d’être stupide. Pour aller plus vite, dites-moi vos péchés.
– Je suis une grosse feignasse. Mon frère m’oblige à recourir à la force de temps en temps pour tenter de l’empêcher d’être (moins) con. N’ayant pas de copine, je suis forcé de recourir à l’onanisme assez régulièrement. On dit aussi que je râle pas mal. Quand j’étais petit, je me suis déjà amusé à emmerder les fourmis dans mon jardin en leur tirant dessus au pistolet à eau. Les jeux Mario, Sonic et Zelda ne m’ont jamais vraiment intéressé. Je n’ai toujours pas vu les films Indiana Jones ni un grand nombre de classique de classiques Disney, et je n’ai regardé que 2 fois la trilogie des Retour vers le Futur, mais j’ai vu les 3 OAV de Boku no Pico(3). Je vais sur 4chan, mais c’est pour chercher des fonds d’écran pour ma collection. Je trouve Dragon Ball et ses suites chiant, interminable, moche et assez mal animé. Parfois, je vais voir les soluces des jeux auxquels je suis en train de jouer au lieu de chercher par moi-même comme un « vrai ». Ça doit être tout. Mais j’espère être tout de même envoyé au Purgatoire…
– Hum, très bien, très bien… Nous reparlerons de tout cela en temps voulu, n’est-ce pas ?… dit-il avec un léger sourire peu rassurant. Vous pouvez passer. Amusez-vous bien…~ »
Il appuya sur un bouton caché sous son bureau, tira un levier, et un énorme ressort caché sous le plancher m’éjecta avec Virgile du bureau vers l’extérieur, à travers une trappe dans le plafond.

« – AAAAAAAAAAAAAAAAAAHHH ! » hurlais-je, ne m’attendant pas du tout à faire mon baptême de l’air à cet instant.

Après un court vol plané, je m’écrasais lourdement sur le sol, tandis que Virgile tomba à côté de moi plus doucement.
« – Zauriez pu prévenir ! lui aboyais-je, après m’être remis de mes émotions et de mes blessures. Ça fait super mal !
– Ah oui, excuse-moi. C’est vrai que vu que tu as toujours ton corps, tu pèses beaucoup plus lourd que moi… Désolé.
– Ouais, c’est ça… Bon, on est où, là ?
– Nous sommes arrivés dans le second cercle des Enfers, territoire d’Asmodée(4), éternelle demeure des damnés coupables du péché de la chair. Les luxurieux et impudiques de toutes espèces et de tous horizons sont tourmentés ici pour l’éternité. »
Effectivement, l’endroit respirait le stupre et la lubricité. Voici ce que je vis : des allées en moquette violette faisaient le tour du cercle, où circulaient un nombre impressionnant de succubes et d’incubes(5). De chaque côté des allées étaient installés des damnés, attachés au mieux sur des lits ou des chaises, au pire sur des chevalets ou des chevaux de bois(6), subissant divers traitements selon le type de luxure dont ils avaient fait preuve ; certains devaient subir les danses lascives de ces démons sans pouvoir se satisfaire, d’autres étaient forcés de se manuéliser(7) tout en subissant grand souffrance au lieu de grand joie (en même temps, avec des lames de rasoirs sur les mains…), certains étaient forcés de regarder des films obscènes en boucle (voire même Boku no Pico(8), les pauvres…), d’autres encore se faisaient violemment arracher leurs parties génitales, qui repoussaient par la suite…
Au-dessus de nous passaient dans les airs d’autres âmes, semblant heureuses d’échapper à ces tortures, même si de temps à autre l’une d’elle s’écrasait violemment contre la paroi du cercle, avant d’être aspirée de nouveau dans le courant aérien.

« – Eh bien, c’est joyeux, par ici !…, m’exclamais-je.
– Ne soit pas mesquin, mon petit, rétorqua Virgile. Ces pauvres hères étaient autrefois tous sujets au dernier châtiment cité, mais depuis l’avènement d’Internet, le nombre de damnés envoyés dans ce cercle a explosé, ce qui nous a forcé à prendre des mesures beaucoup plus strictes. Seules les âmes les moins coupables, comme les morts par amour, ont le privilège de n’être condamnés qu’à être portés par les vents impétueux. Mais les autres, les fornicateurs, les violeurs, les incestueux, aucune pitié ne leur est accordée. Avec ton récit, tu pourras peut-être refréner quelques ardeurs…
– On peut toujours l’espérer, mais c’est peu probable, surtout vu le peu de monde qui suit cette chronique… Et qui y a-t-il dans ce cercle ?
– C’est parti pour la liste des damnés ! On peut citer par exemple ce moine qui n’avait commis aucun péché parce qu’il les évitait au lieu de les combattre, et qui ne su pas résister dès qu’il fut confronté à eux(9) ; ce réalisateur qui s’amusa à pervertir les mœurs d’un pays très catholique(10) ; les deux personnage de ce livre niais, écris par une niaise pour des niaises(11) ; toutes ces chanteuses impudiques aux clips et tenues indécents(12) ; cette gourgandine qui profita de son « succès » pour faire décoller sa carrière(13) ; cette starlette qui doit surtout son succès à son postérieur(14) ; celle-ci aussi, qui collectionna les hommes car elle pensait que c’était sa nature et qui finit par ne plus pouvoir faire autrement(15) ; la princesse au comportement vraiment suspect quand on creuse un peu(16) ; cette sorcière qui mérite bien sa place ici(17) ; le haut dirigeant chaud lapin qui faisait des trucs pas très catholiques avec sa stagiaire(18) ; la « catin impériale », incarnation de la luxure et du scandale, frappée du sceau de l’oubli(19) ; ou encore ces deux sœurs aux amants chevalins(20) ; sans oublier le nombre toujours croissant de ces « hardeurs » et « hardeuses »(21)
Dans la bourrasque, plus haut, on peut apercevoir les deux jeunes amants dont la mort réconcilia leurs familles ennemies(22) ; le courageux vagabond en compagnie de sa bien-aimée, pour qui il se sacrifia noblement(23) ; ce prêtre au cœur pur, se sacrifiant alors même que son amour était à sens unique(24)… Ils sont en compagnie de tous ceux qui ont préféré l’amour de leur amant à celui de Dieu.
– C’est bien triste, tout ça… dis-je en essuyant une larme.
– Effectivement. Et il est tout de même plus admirable de vivre pour l’amour de quelqu’un plutôt que de vivre pour l’amour de manger ou de gagner de l’argent.
– … Mais, tu n’as pas parlé de ce rappeur qui nous contait joliment la vie de son engin ? Il n’est pas parmi les impudiques ?
– Non, il a eu droit à une seconde chance après ces explications, et est au cercle de la Luxure du Purgatoire(25), tout comme un grand nombre de femmes exerçant le plus vieux métier du monde, car celles-ci faisaient cela non pour leur plaisir, mais par nécessité, n’ayant pour autre choix de faire commerce de la seule chose que l’on possède toujours lorsque l’on a plus rien : leur propre corps.

– Ah, très bien… Et au fait, pourquoi c’est pas bien, la luxure et l’impudeur ?
– Le désir sexuel en soi n’est pas mauvais. C’est Dieu qui l’a créé au commencement. Mais il a une place bien définie, et fut créé pour être régi, régulé ou guidé par deux principes : l’honneur envers l’autre partenaire et la sainteté envers Dieu. Le désir sexuel devient luxure lorsque ce rapport est dénué d’honneur et de sainteté. La luxure est un désir sexuel corrompu, qui déshonore son objet et méconnaît Dieu. Tandis que pour l’impudeur, il est indiqué dans la Bible : « Car, sachez-le bien, aucun impudique, ou impur, ou cupide, c’est-à-dire, idolâtre, n’a d’héritage dans le royaume de Christ et de Dieu. »(26), et comme c’est marqué dans la Bible, c’est forcément vrai, donc Minos l’applique. C’est son boulot.
– Oh, je vois… Mais pour revenir au nombre astronomique d’âmes qui attendaient chez Minos, comment se fait-il qu’elles soient si nombreuses ?
– Car, mon enfant, il descend beaucoup plus de malheureux en ces lieux que le grand Juge ne peut en gérer, et contrairement à ce qu’il se passe sur Terre, il est impératif pour Minos de ne faire aucune erreur d’affection, et il doit pour cela examiner précautionneusement le dossier de la vie passée de chaque pécheur, puis décider où l’envoyer suivant sa principale ou plus grave faute ; et à ce nombre écrasant viennent se rajouter une ou deux âmes à chaque seconde, car la plupart des disparus vont en Enfer…
– Vraiment ?…
– Parce que tu croyais qu’on allait tous au Ciel ? Tsss… c’est beau d’être naïf. Mais comme il est dit dans la Bible : « Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. »(27)
Tandis que Virgile s’était tu, je vis un homme, en costard lui aussi, mais beaucoup plus décontracté, portant des lunettes de soleil, et arborant un large sourire.

« – Salut les touristes ! Alors, on s’est perdu ?
– Euh, non, répondis-je, un peu surpris. Mais, qui êtes-vous ?
– Moi ? Je suis le Patron(28).
– Le patron de l’endroit ?
– Pas vraiment, je dirais plutôt un VIP. Mais tout le monde m’appelle le Patron.
– Et qu’est-ce que vous faites ici ?
– Je prends du bon temps, gamin, dit-il d’un ton narquois. Ces demoiselles ici ont un travail intéressant, cependant elles ont envie de s’amuser de temps en temps. Alors elles viennent me voir, si tu vois c’que j’veux dire…
-Hum, malheureusement… Vous pourriez nous les présenter ?, demandais-je, plein d’espoir.
– Eheh, doucement, petit. Elles sont occupées, là, et j’me les réserve ! Tu voudrais pas marcher sur mes plates-bandes, quand même ?… Bon, il y a par exemple Morrigan, la petite Kurumu, les Apsaras, les Alrunes, Mahalath, Vjeshitza, et les centaines d’autres dont j’ai du mal à me rappeler(29). Faut dire qu’elles ont souvent des noms à coucher dehors. Mais c’est pas important, parce que c’est comme les voitures : ce qui m’intéresse surtout, c’est pas comment elles s’appellent, c’est leur carosserie et ce qu’elles ont sous le capot !…~
– Je vois…
Ayant attendu que Virgile ne fasse pas attention, je lui demandais en chuchotant :
– Sinon, on peut venir en louer une pour quelques heures ?…
– Je crois pas que t’ai la carrure qu’elles recherchent, mon p’tit. Il leur faut du gros modèle !…
– Dommage…
– Eh ouais, gamin ! Minos m’a personnellement nommé pour les satisfaire, et donc les empêcher de foutre le boxon ! Une activité qui me convient parfaitement…~ *il aperçoit de loin des succubes qui lui font signe* Oh, va falloir que j’y retourne, justement. Je vous accompagne vite fait à la sortie, je n’aime pas faire attendre ces dames !~

C’est ainsi qu’il nous conduit jusqu’aux escaliers, s’enfonçant dans les profondeurs jusqu’au 3ème cercle…

Enfer chant V

1) Minos, ancien roi de Crète. Célèbre pour l’histoire du taureau blanc donné par Poséidon mais qu’il ne voulut pas sacrifier, de sa femme Pasiphaé qui baisa avec en se plaçant dans une vache en bois creuse, et qui donna naissance au Minotaure, qui fut enfermé dans un labyrinthe (plus tard tué par Thésée), ainsi que de l’enfermement de Dédale et de son fils Icare dans le même labyrinthe pour lui faire les pieds de ne pas avoir été foutu d’empêcher cela.
De son règne reste néanmoins l’image d’un souverain juste et bon, que son père prenait souvent comme conseiller ou confident. Après sa mort, il devient juge des Enfers grecs avec Rhadamanthe (son frère, renommé pour sa vertu et sa justice) et Éaque (roi des Myrmidons, fils de Zeus et grand-père d’Achille). Minos s’occupe tout spécialement des gens qui ont été faussement accusés.
Dante l’a repris dans sa Divine Comédie, où il est chargé d’envoyer les damnés dans le cercle des Enfers qu’ils méritent à l’aide d’une roue ; il utilise sa queue serpentine, qu’il enroule autour de la roue autant de fois qu’il veut que l’âme descende de cercles. Il est représenté avec une barbe, une couronne, et une queue de serpent.

2) Virgile n’étant pas baptisé, il ne peut être jugé par Minos. Mais il s’en fout, vu qu’il doit rester dans les Limbes, l’endroit le moins pire des Enfers.

3) N’allez pas chercher ce que c’est.

4) Asmodeus (ou Asmodée) est un démon malfaisant, personnifiant I’amour impur, et les instincts voluptueux. Asmodée apparaît sous la forme d’un diable boiteux. Il soulève le toit des maisons, perce le secret des hommes, brouille les ménages, fait avorter les femmes enceintes. C’est le protecteur des natifs de la Balance.

5) Démons prenant la forme d’une femme pour séduire un homme durant son sommeil et ses rêves (et ainsi s’unir à eux), les succubes servent Lilith (la première femme et la première compagne d’Adam, avant Ève, selon la Kabbale juive, devenue ensuite reine des succubes) et ont pour mode d’action la séduction des hommes. Leur pendant masculin est l’incube.
Les moines, les anachorètes (en gros, des moines se retirant de la société des hommes, pour vivre dans la solitude, la sobriété et la contemplation) et les bergers se disaient l’objet des poursuites amoureuses des succubes. Elles revêtaient parfois l’aspect de la personne aimée, afin d’inciter le fiancé ou l’homme chaste à commettre le péché de luxure. Quant aux incubes, ils préféraient s’en prendre aux nonnes et aux femmes mariées.

6) Chevalet (rack) et cheval de bois (wooden horse) sont des instruments de torture. Tandis qu’il y a deux mots différents en anglais, le chevalet fait référence en français à la fois à l’espèce de table penchée dont on se servait surtout pour le supplice de l’écartèlement, mais aussi au prisme droit à base triangulaire (en forme de barre de toblerone) utilisé surtout (exclusivement ?) pour les femmes, le poids de leur corps étant placé sur leur vulve, qui reposait sur l’angle aigü, et le clitoris étant pressé entre l’appareil et le corps de la victime, causant de la douleur. Aaah, on faisait preuve de beaucoup d’inventivité pour créer toute sorte d’instrument de torture, à l’époque… (Comment ça, ça n’a pas changé ?…)

7) Se manuéliser = se masturber. Joli terme, n’est-il pas ?

8) Je vous aurai prévenu…

9) Ambrosio, personnage principal de « Le Moine » de Matthew Gregory Lewis, publié en 1796. Moine très pieux, il fut séduit par la belle Matilda, auparavant déguisée en garçon (appelé Rosario), et tomba dans les plaisirs de la chair. Par la suite, il viola et tua Antonia, une jeune fille de 15 ans timide et innocente, qui se révéla ensuite être sa soeur.

10) Russ Meyer, (1922-2004), réalisateur, scénariste et photographe américain, il est principalement connu pour ses réalisations de films de sexploitation dont plusieurs ont eu un certain succès. Ses films se distinguent des films pornographiques traditionnels par une volonté subversive. Dans une Amérique puritaine, il se plaît à provoquer la censure et à pourfendre les valeurs morales chrétiennes, au premier rang desquelles la famille et le mariage, en faisant l’apologie des perversions sexuelles et de l’homosexualité ainsi qu’en montrant crûment des scènes de violence. Il concourt à « l’insurrection artistique » qui aboutira à l’abrogation du code Hays en 1966 qui soumettait l’industrie du cinéma aux exigences de la morale judéo-chrétienne.

11) Christian Grey et Anastasia Steele, les personnages principaux de la trilogie « Fifty shades », écrit en 2012-2013 par E. L. James. Au départ une fanfiction de la série Twilight, elle raconte la romance érotique entre les 2 personnages, et contient des scènes explicitement érotiques mettant en vedette des éléments de pratiques sexuelles impliquant la servitude, la discipline et différentes déclinaisons du sadisme et du masochisme. N’ayant visiblement pas assez d’argent après les 100 millions d’euros récupérés pour sa trilogie et le film (sorti en 2015) tiré de celle-ci, elle a commencé une nouvelle trilogie où l’on a cette fois-ci le récit à travers Grey. Elle a simplement recopié tous les dialogues du livre original en changeant simplement le point de vue et en comblant (mal) les ellipses dans la vie de Christian Grey (vu qu’on n’en sais à peine plus sur lui à la fin). À quelques dizaines de pages près, la pagination correspond au premier tome. Un livre aux scènes de sexes sans imagination et identiques, avec une fille nunuche et un gentleman tro d4rk, et avec sa reprise inutile puisqu’on sait déjà tout ce qu’il va se passer. Même les fans ont fait part de leur déception. Et pendant ce temps-là, je ris très fort (d’elle, et de ses pigeons de fans).

12) Il y en a un paquet ; on ne va citer que les principales.
– Nicki Minaj (1982-), rappeuse, chanteuse et compositrice américaine : impudique (elle arbore souvent des tenues légères et très révélatrices, tout comme ses poses, et la plupart de ses clips sont, en plus d’être très moyens musicalement parlant, très explicites, comme « Anaconda », « Starships », ou encore « Pound The Alarm ». D’ailleurs, 13 d’entre eux sur sa chaîne portent dans leur titre le terme « (Explicit) », et je ne compte pas ses featuring avec d’autres chanteurs).
– Rihanna (1988-), chanteuse et actrice barbadienne : impudique (Pour son troisième album, « Good Girl Gone Bad » (sorti en juin 2007), Rihanna s’oriente vers la pop, le RnB, la dance et le pop rock. Parallèlement, ses tenues de scènes deviennent de plus en plus provocantes, n’hésitant plus à flirter avec le fétichisme : short et body envinyle, fuseaux en cuir ou en latex. Ses clips, même s’ils ne sont pas aussi « hot » que ceux de Nicki Minaj, sont assez provocants pour certains, comme « S&M », « Disturbia » ou « Umbrella ». Elle est aussi connue dans le monde people pour ses tenues chics mais provocantes, parfois portées sans sous-vêtements, ce qui est quelque peu gênant quand lesdites tenues sont transparentes).
– Lady Gaga (1986-), auteure-compositrice-interprète américaine : impudique pour certains de ces clips (« Alejandro », « Born this way », ou « Marry the night », où lors d’une scène elle se verse des céréales dans la bouche seins nus), et pour certaines de ces tenues en public (robe de viande, tenue SM…). Elle est également bisexuelle, et sa chanson « Poker Face » aborde d’ailleurs ce sujet.
– Miley Cyrus (1992-), actrice, chanteuse,auteure-compositrice-interprète, danseuse, musicienne, et actrice de doublage américaine : impudique (clips et tenues assez provocantes, adepte du « twerk » (« danse » consistant à se pencher en secouant son cul) et a la fâcheuse manie de sortir la bouche de sa bouche en grimaçant trop souvent. En mai 2015, lors d’une interview, elle déclare que toutes ses relations n’ont pas toutes été hétérosexuelles.
Lors des MTV Video Music Awards 2013, Miley choque le monde avec une prestation jugée vulgaire : habillée d’un bikini en latex moulant, elle se montre dans des poses sexuellement explicites avec le chanteur Robin Thicke devant un public consterné. Un article publié dans The Hollywood Reporter décrit la prestation comme « grossière », tandis que la BBC explique qu’elle vole la vedette avec une « prestation torride ».)
– Britney Spears (1981-), chanteuse pop, danseuse et actrice américaine : impudique (même chose : clips sexys, à caractère sexuel pour certains : « Touch of My Hand », chanson sur la masturbation », ou « I’m a Slave for You », clip provocateur et sensuel, où la chanteuse mime notamment un orgasme.
Alors qu’elle défendait aux débuts de sa carrière les valeurs conservatrices (prônant la virginité avant le mariage, et souhaitant inculquer à son (jeune) public les valeurs morales de l’Amérique puritaine), elle rompt avec cette image dès 2001. Le fait le plus marquant de cette évolution est son baiser avec son amie Madonna lors des MTV Video Music Awards 2003.
Enfin, pendant sa tournée en 2004 (appelé « Onyx Hotel Tour »), lors de quelques chansons, Britney Spears mime un rapport sexuel avec d’autres danseurs ou porte un costume transparent qui lui donnait l’air d’être nue, le tout étant exécuté devant certains spectateurs mineurs).
– Madonna (1958-), auteur-compositrice-interprète, danseuse, actrice, réalisatrice et femme d’affaires américaine : impudique (la « Reine de la Pop » a toujours été très controversée, encore plus que Britney Spears. « Like a Virgin » mélangeait sous-entendus érotiques et références religieuses ; elle s’affichait en strip-teaseuse dans « Open Your Heart » ; elle simula un acte de masturbation durant une prestation de « Like a Virgin » pendant sa 2ème tournée mondiale (le « Blond Ambition Tour », en 1990) ; le premier produit lancé par sa propre société de production (Maverick Records, créée en 1992) est SEX, un recueil de photos érotiques en série limitée mettant en scène la chanteuse, dont les ventes explosent ; le clip « hot »de son singles « Erotica » choquera le public et sera censuré dans de nombreux pays ; etc…)
– Katy Perry (1984-), une chanteuse pop et rock, guitariste, compositrice et actrice américaine : impudique (souvent vêtue telle une pin-up des années 1960, elle a fait sensation avec son fameux T-shirt d’Elmo de Sesame Street, pour lequel elle fut bannie de la série. Elle est classée deuxième femme la plus sexy du monde en 2011, 6ème en 2012 puis 16ème en 2013 selon la liste des 100 femmes les plus sexy par le magazine FHM. Son clip « I Kissed A Girl » est assez explicite, elle envoie des feus d’artifice avec sa poitrine dans le clip de « Fireworks », des bombes de crème fouettée dans « California Gurls », où elle apparaît aussi allongée nue…)
On peut aussi citer Lil’ Kim et Foxy Brown, deux rappeuses américaines, qui sont des Nicki Minaj avant l’heure, ou tous ces rappeurs masculins qui s’affichent entourés de filles (Flo Rida, Pitbull, 50 Cent, 2 Chainz, et certains un peu moins pire, comme Sean Paul ou Jason Derulo)

13) Zahia Dehar (1992-) : luxurieuse et impudique (ancienne call-girl française, elle accèda à la notoriété par le biais d’une affaire de mœurs impliquant des footballeurs de l’équipe de France, qui auraient eu recours à ses services de call-girl alors qu’elle était mineure. Sa popularité lui permit de devenir une personnalité médiatique, aujourd’hui créatrice de lingerie et mannequin)

14) Kim Kardashian, (1980-) femme d’affaires, productrice et animatrice de télévision américaine : luxurieuse et impudique (amie proche de Paris Hilton, ce qui lui a permis d’attirer l’attention des médias, elle était restée relativement inconnue du grand public, jusqu’à la publication par Vivid (un des plus gros producteurs de films pornographiques au monde) d’une sex tape, qu’elle avait tournée en amateur avec le chanteur R&B Ray J. Depuis, elle est principalement connue pour l’émission de télé-réalité « L’Incroyable Famille Kardashian », qui la met en scène avec son entourage. En novembre 2014, elle fit le « buzz » sur Internet avec ses photos entièrement nue en couverture du magazine Paper (faites pour le plaisir et non pour l’argent), qui furent rapidement parodiée sur la toile.)

15) Joe, personnage principale du film « Nymphomaniac », en deux parties, écrit et réalisé par Lars von Trier, sorti en 2013 : luxurieuse, parfois assez impudique (Joe raconte à Seligman, l’homme qui l’a receuilli chez lui après l’avoir trouvée dans une ruelle, rouée de coups, l’histoire de sa vie (peu joyeuse), qui tourne principalement autour du sexe).

16) Princesse Peach : luxurieuse (dans le jeu Super Mario RPG : Legend of the Seven Stars, le « Toadstool’s ??? » (« Toadstool » était son nom américain, soit le « ??? de Peach ») à l’utilité plus que douteuse est planqué derrière la cheminée de sa chambre, apparemment très personnel, qu’un serviteur vous force à replacer. De plus, Bowser la kidnappe VRAIMENT TRÈS facilement. Et on se demande ce qu’ils foutent pendant que Mario arrive…)

17) Bayonetta, sorcière de l’Umbra de la série de jeux vidéo beat’em all éponyme : très impudique (elle fait en permanence des poses lascives pendant ses combats ; sa tenue semble en cuir, mais est en réalité composée de ses cheveux qu’elle peut contrôler à sa guise pour leur donner différentes formes (main géante, tête de dragon…), et ceux-ci se retirent lorsqu’elle crée une grosse incantation ; son penchant pour les sucettes est aussi suggestif ; enfin, n’oublions pas qu’elle est sacrément bien foutue).

18) Bill Clinton (homme d’État américain et 42ème président des Etats-Unis, de 1993 à 2001) et Monica Lewinsky : impudiques et luxurieux (Dès le début de la campagne électorale de 1992, des rumeurs courent sur les liaisons extraconjugales de Clinton. L’une de ses anciennes collaboratrices, Paula Jones, l’accuse de harcèlement sexuel et d’autres aventures sont rendues publiques, en particulier lorsque l’enregistrement d’une conversation téléphonique entre Monica Lewinsky et Linda Tripp (une collègue de Monica) révèle que la première affirme avoir pratiqué des fellations alors qu’elle était stagiaire à la Maison-Blanche).

19) Valeria Messalina (~20 – 48), ou Messaline en français, fut la troisième épouse de l’empereur romain Claude et donna naissance à Britannicus. Sa conduite scandaleuse et son dévergondage sans borne finirent par provoquer sa perte. Soupçonnée de comploter contre l’empereur, elle fut sommairement exécutée en 48.
Quand l’empeur Caligula est assassina en 41, la Garde Prétorienne proclame Claude comme nouvel empereur et Messaline devient impératrice. Tyrannique une fois parvenue à la première place, Messaline semble régler sa conduite selon trois axes : son souci dynastique, ses affaires de cœur et son goût pour les richesses. Parmi ses victimes les plus illustres, on compte Julia Livilla, fille de Germanicus, ainsi que la cousine de celle-ci, Julia, fille de Drusus.
Messaline est célèbre pour son appétit sexuel hors du commun, voire sa nymphomanie. La tradition antique unanime colporte à son sujet des récits complaisants et sans équivoque donnant une image de l’« Augusta meretrix » (« putain impériale ») : Messaline est ainsi devenue l’incarnation même de la luxure et du scandale. À en croire la saisissante description qu’en donne l’écrivain Juvénal, débauchée, elle n’hésitait pas à se prostituer ouvertement dans les bordels de Subure (quartier populaire de mauvaise réputation, l’un des bas-fonds les plus sordides de Rome). Elle avait transformé une partie du palais en lupanar (maison close).
Dans le livre X (10, hein) de l’ « Histoire naturelle » (consacré aux oiseaux), chapitre 83, Pline l’Ancien raconte l’histoire de la compétition entre Messaline et une prostituée, qui aurait duré 24 heures et où l’impératrice gagna avec un score de 25 partenaires.
C’est la seule femme avec Livia Julia (dite Livillia, nièce de Tibère et femme de son fils) à avoir avoir été frappé de la « damnatio memoriae » (littéralement, « damnation de la mémoire ») : un ensemble de condamnations post mortem à l’oubli, votée par le Sénat romain à l’encontre d’un personnage politique. Elle consiste par exemple en l’annulation de ses honneurs, l’effacement de son nom des monuments publics et des documents, la déclaration de son anniversaire comme jour néfaste ou le renversement de ses statues.

20) Mentionnées au chapitre 23 du livre d’Ézéchiel par le prophète du même nom, dans la Bible hébraïque, Ohola et Oholiba sont les noms donnés à deux sœurs représentant l’une le royaume d’Israël (Samarie) et le royaume de Juda. Ohola signifie « sa tente » et Oholiba « ma tente est en elle ».
Elles sont décrites comme des prostituées et des femmes adultères qui se livrent à des amants étrangers : le prophète dénonce ainsi l’idolâtrie et les alliances politiques des royaumes d’Israël et de Juda avec des nations païennes (Égyptiens, Assyriens, Chaldéens…). En raison de ses crimes, Ohola est emmenée en captivité, maltraitée et mise à mort, et l’avenir d’Oholiba est annoncé comme étant le même que celui de sa soeur.
L’auteur utilise un langage très imagé, indiquant par exemple que la vigueur des amants d’Oholiba était « celle des ânes » et « leur rut celui des étalons » (23, 20). Montesquieu relèvera ce passage, pour en déduire que la Bible ne doit pas être lue par tous.

21) Les acteurs et actrices pornographiques, qui sont considérés par des législations comme des travailleurs du sexe, car faisant commerce de leur corps. On peut citer pour les femmes des noms devenus assez populaires, comme Katsuni, Clara Morgane, Lisa Ann, Faye Reagan, Laure Sainclair, Tori Black, Lexi Belle, j’en passe et des meilleurs, et pour les hommes, nous avons bien sûr Rocco Siffredi, mais il y en a bien sûr de nombreux autres moins connus, tels Gabriel Pontello, Nacho Vidal, Richard Lemieuvre, Rodney Moore, Ed Powers, Philippe Dean, etc…, qui deviennent aussi parfois réalisateurs et/ou producteurs de films porno par la suite.

22) Roméo et Juliette , les célèbres personnages principaux de la tragédie du même nom, écrite par William Shakespeare et publié en 1597 : morts par amour (à Vérone, en Italie, Roméo Montague et Juliette Capulet sont tombés amoureux au premier regard, mais hélas! leurs deux familles se vouent une haine viscérale. Leur amour est donc condamné dès sa naissance et leur mariage secret ne fera qu’hâter leur tragique destin.
Tybalt, le cousin de Juliette, provoqua Roméo en duel. Celui-ci refusa, et se fit remplacer par son ami Mercutio, qui payera la confrontation de sa vie. Roméo jura de le venger, et après avoir tué Tybalt, fut banni de la ville. Le père de Juliette se résolut alors à marier sa fille au comte Pâris. Juliette chercha refuge auprès de Frère Laurent, qui lui remit une potion lui permettant de feindre la mort pendant quarante heures. Après avoir fait promettre à l’homme d’église de prévenir Roméo du subterfuge, Juliette avala le breuvage.
Hélas, Roméo ne reçut pas la nouvelle à temps, et fou de douleur, se rendit au tombeau de sa bien-aimée pour s’y donner la mort. Il y trouve Pâris, qu’il tue au terme d’un duel, avant d’avaler lui-même un poison. Juliette se réveilla alors et, constatant la mort de son jeune époux, saisit la dague de celui-ci pour le rejoindre dans l’autre monde.)

23) Jack Dawson : mort par amour pour Rose DeWitt Bukater dans « Titanic », film de James Cameron, sorti en 1997 (Rose, fille d’une famille aristocratique, est passagère du Titanic. Aors qu’elle allait voulait sauter du navire pour se suicider, et échapper à cet univers mondain qu’elle trouve ennuyeux et monotone où nul ne se soucie d’elle, elle est sauvé par Jack. Se rapprochant de plus en plus, elle finira par fuir son mariage arrangé pour rester avec Jack. Lorsque le navire sombre, les deux amants se retrouvent dans l’eau glacée et trouvent pour refuge une pièce de boiserie. Seule Rose peut monter dessus, et Jack reste dans l’eau glacée, finissant par mourir de froid et couler au fond de l’océan, pour elle. Rose réussit à signaler sa présence au canot de l’officier Harold Lowe, venu chercher des survivants. Les rescapés du naufrage sont pris à bord du Carpathia au matin du lundi 15 avril, Rose comprise. À son arrivée à New York, le 18 avril, elle donne pour nom à l’homme qui établit une liste de rescapés « Rose Dawson », et ne donne plus de signe de vie à sa famille.)
Même si elle n’est théoriquement pas morte par amour, j’ai placé Rose avec Jack parce qu’elle a gardé toute sa vie son souvenir, et malgré son mariage et ses deux enfants, je pense qu’elle l’a toujours profondément aimé. Ç’aurait été terriblement pute de ma part de les séparer encore une fois. J’ai un coeur, merde.

24) Corésus : mort par amour (grand prêtre du temple de Dionysos à Calydon, il s’éprit de Callirhoé, qui en retour le déteste. Corésus s’en ouvre à la statue de Dionysos, mais le dieu plonge les Calydoniens dans la folie et la mort (ou leur envoie une épidémie de peste). Les Callydoniens, après avoir consulté un oracle, apprennent la source de tous leurs maux : la colère de Dionysos. Il faut donc que Corésus sacrifie Callirhoé ou tout autre personne qui aurait le courage de mourir à la place de la jeune femme. Mais personne ne prit la défense de la jeune femme, qui est menée à l’autel pour être sacrifiée. Au moment du sacrifice, Corésus retourne l’arme contre lui, tandis que Callirhoé est évanouie.

25) Micko Black : luxurieux et impudique (connu pour sa chanson « Ma bite, son histoire »). Même si la chanson paraît vulgaire, c’est en fait qu’on la catégorise mal à cause du titre, du clip qui fait Booba-like, et des paroles qui ne sont pas très claires sans explication et qu’on peut facilement comprendre de travers (je vous envoie vers la vidéo où Micko Black explique les paroles de sa chanson et son contexte -> lien)

26) (Éphésiens 5:5) Nous rencontrerons bien plus tard les flatteurs et adulateurs, dans le 8ème cercle.

27) (Matthieu 7:13) La « porte étroite » est symbolisée par Jésus. Il n’y a qu’en le suivant qu’on accède (difficilement) au Paradis, et donc parallèlement beaucoup de chemins, plus faciles d’accès, mais qui mènent au final en Enfer.

28) Le Patron, personnage de l’émission Salut les Geeks : luxurieux et impudique (ce chef d’entreprise fortuné et pervers est guidé par sa sexualité dévergondée : il est à la fois adepte de pédophilie, de zoophilie, d’urophilie, de sado-masochisme, et de nombreuses autres formes de sexualités. Il intervient fréquemment pendant l’émission pour faire des répliques et des jeux de mots ou sous-entendus salaces destinés à faire rire les spectateurs).

29) Je les regroupe toutes à la suite pour faire plus simple :
Morrigan Aensland est un personnage de la série de jeu de combat Darkstalkers développé par Capcom. C’est un succube très coquette, avec de longs cheveux vert clair, des gros seins, un justaucorps de cuir, et des ailes de chauve-souris sur son dos et sur ​​le côté de sa tête. Il a souvent été laissé entendre que Morrigan est le véritable personnage principal de la série Darkstalkers, en raison de son importance dans l’histoire ainsi que ses nombreuses apparitions en dehors de sa série de jeux (Darkstalkers). Elle peut même être considéré comme un anti-héros, car malgré son apparence démoniaque, elle n’est pas mauvaise de nature.
– Kurumu Kuruno, une succube dans le shônen ecchi Rosario + Vampire. Elle voulait envoûter tous les garçons pour en faire ses esclaves et en faire un harem mais elle n’a pas pu parce que les lycéens lui préféraient Moka, une vampire. Elle finira par tombera amoureuse de Tsukune, le héros, et le choisira comme étant l’élu (l’homme avec qui elle doit se reproduire).
– Dans l’hindouisme, les Apsaras sont des nymphes célestes d’une grande beauté, nées selon les légendes ou de la fantaisie du dieu Brahma ou du Rishi Daksha ou de Kashyapa. Selon la légende, elles émergent des eaux pour séduire les hommes ; ceux qui les repoussent deviennent fous, tandis que ceux qui les acceptent comme maîtresse ou comme épouse gagnent l’immortalité. On peut citer par exemple Rambha (la reine des apsaras), Urvasi (la plus belle et la plus connue), Menaka (l’une des plus belles apsaras, après Urvasi), ou encore Tilottama (réputée pour avoir été créée par Vishvakarma, hindou présidant les divinités de tous les artisans et architectes).
– Les Alrunes seraient des démons succubes d’où serait issue la nation des Huns ; elles prendraient toutes sortes de formes, mais ne pourraient pas changer de sexe.
Mahalath, démone majeure succube, qui apparaît sous la forme d’une belle femme entièrement nue, avec des ailes gigantesques et des jambes en forme de serpents.
Vjeshitza, démone majeure succube, aux ailes enflammées.
Il y en a pas mal d’autres qui existent, d’importance mineure (Nahama, Gramon, Oilette, Hermiana, Abrahel, Plegit), intermédiaire (Alrunes, Naamah, Gallou), ou majeure (Lilith, Agrat Bat Mahlat, Nahema, Gremory, Yekon, Mormo, Concupiscence)…
Pour les incubes, il y en a aussi des mineurs (Babuce, Oeillet, Natalis, Kelen, Floron), intermédiaires (Amant, Zalcos, Asbeel, Gallou) et majeurs (Baphomet, Verbouc, Roudin, Rouchim, Rosier, Persil).
Si j’ai mis deux fois Gallou, c’est parce que c’est un démon intermédiaire succube/incube, apparaissant sous la forme d’un androgyne.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s