Marathon des films Pokémon – Analyse et critique (partie 2, films 6 à 10) (/!\ spoils)

De retour pour vous jouer un mauvais tour ! Dans cette partie, nous nous intéresserons aux films 6 à 10.

On termine la G3, et on entame une bonne partie de la G4. La G4, ça signifie pour moi mon premier jeu sur ma première console portable, soit Diamant sur Nintendo DS Lite. Ah là là, que de centaines d’heures jouées depuis l’obtention de Krameur, mon Ouisticram, volé dans un sac oublié par le prof Seko pour tabasser des pigeons…

On arrête le baratin, et c’est parti pour les critiques ! o/

 

Pokemon - film 6(Jirachi, le Pokémon narcoleptique.)

Film n°6 : Jirachi, le génie des voeux

Résumé : Tous les mille ans, une comète passe près de la terre pendant une période de sept jours. C’est durant cette période que Jirachi, le Pokémon souhait, sort de son sommeil. Max se révèle être, comme par hasard, le gardien de Jirachi durant cette période, et devra le protéger d’un magicien travaillant comme scientifique pour la Team Magma, avec l’aide de ses amis, d’une amie d’enfance du magicien et d’un mystérieux Absol…

Ça commence quand même avec un concours de circonstances pas possible : 1) Sacha et cie assistent à un événements qui arrive qu’une fois par millénaire ; 2) Ils sont au bon endroit, pour aller à la foire dès que ça commence ; 3) Le cristal renfermant Jirachi est là aussi ; 4) Max est choisi pour être son « gardien » (et pas Sacha, pour une fois).

Nous avons donc le Pokémon Voeu, Jirachi, qui se réveille après 1000 ans d’hibernation dans un cristal. Et pendant sa semaine d’activité millénaire, il ne fait que jouer et dormir… Mais bordel, c’est la vie parfaite ! °O°
Il peut exaucer tous les voeux, mais Sacha et Cie vont tout faire pour exaucer SES voeux. WATDAFAK. Je veux bien qu’ils soient innocents et purs de nature, mais là, c’est carrément des saints vivants. Ça revient un peu à ça : « Tiens, t’as le droit d’être Dieu 30 secondes, tu fais quoi ? – Nan merci, j’passe mon tour. »
A la rigueur, si ç’avait été comme dans le film La Bande à Picsou – Le Trésor de la lampe perdue, où Riri, Fifi, Loulou et cie font des voeux à la con (genre vouloir un éléphant ou une piscine de glaces, il me semble), ç’aurait été moins frustrant que de les voir avec leur sale pureté digne de récits de la Bible.

Shimoseka (169)

Le seul voeu exaucé de manière consciente et voulu c’est : « Des tas de friandises ». [envie de frapper Max intensifies] (°-°#)
Mais ça a peut-être un rapport avec le fait que le pouvoir de Jirachi semble être un peu une arnaque, vu que les bonbons de Max sont juste téléportés depuis le stand de sucreries, et pas créés magiquement à partir de rien…
Et à la fin, la morale c’est : « lel, c’pas grave, c’est à nous de faire en sorte que nos rêves se réalisent. Sinon, où serait le plaisir ? »… Bon, en théorie oui, mais ça t’empêchait vraiment d’en profiter ? On te demande pas de souhaiter devenir maître dresseur, cependant ya sûrement d’autres choses que tu aurais voulu…

Le film commence donc avec la vie dans une foire, puis ya un road trip à la Mad Max – Fury Road, pour finir sur un combat contre Godzilla. C’est ça que je reproche un peu au final (mis à part l’inutilité de Jirachi) : il tente un peu de tout faire. Et c’pas terrible au final… D’autant plus qu’il n’y a carrément aucun vrai combat Pokémon, seulement des affrontements anarchiques. C’est pas le thème du film, mais quand même…

Quant au méchant qui est gentil, mais en fait a un passé de méchant, mais était gentil avant, et devient gentil après. Faudrait savoir… En plus, il veut recréer Groudon en utilisant le pouvoir de Jirachi, OK, pourquoi pas. Mais il a pas réfléchi 5 secondes au fait de pouvoir le CONTRÔLER, après ?!? *huge facepalm* Parce qu’il crée au final un Groudon géant mutant à tentacules qui absorbe l’énergie vitale de la nature.

J’ai aussi remarqué que les Pokémon légendaires, c’des Pokémon VIP en fait. T’as tous les Pokémon mainstream qui viennent les voir.

La berceuse de Flora est pas terrible,on dirait qu’elle chante au pif. Mais la musique de l’ending est assez cool, pour une fois.

N’empêche, Sacha aura presque avoué qu’il aime Ondine dans ce film ! A moins qu’il la friendzone à vie ?… Pauvre Ondine, putain… 😥

J’ai oublié de dire que la Team Rocket était encore là, et était toujours aussi inutile. Et que Jirachi parle comme un putain de gosse.

Bref, Jirachi est cute mais sert juste d’engrais, Max et Cie sont des grosses poires, et inverser la polarité est la solution universelle. Ça m’a pas vraiment convaincu…

 

Pokemon - film 7(« E.T. » version Pokémon, ça a quand même plus de gueule qu’un nain tout gris qui fait de la lumière avec ses doigts.)

Film n°7 : La Destinée de Deoxys

Résumé : Un groupe de scientifiques sont en plein investigation sur la banquise quand une météorite s’écrase non loin de leur camp de base : un Deoxys s’en extrait, avant d’être attaqué par Rayquaza. Quatre ans plus tard, Sacha et cie arrivent à Larousseville, une métropole à la pointe de la technologie. Sacha veut concourir à la Tour de Combat locale. Pendant ce temps, Deoxys les suit, mais pour quelle raison ?…

Comme le précédent film, il ne sait pas trop quoi choisir comme scénario et change du tout au tout plusieurs fois : ville futuriste, combats en arène, Walking Dead-like, puis invasion de robots fous.
J’aime bien les aménagements de la ville, mais ya tout qui est automatisé, et faut son passeport pour tout.  (la Team Rocket est d’ailleurs réduite à l’état de clochards voleurs de bouffe. C’est pitoyable.)
Le passage « Walking Dead » ne marche pas, vu qu’on sait que Deoxys va pas les tuer. Ça surprend un peu, ce genre d’ambiance « groupe de survivants qui doivent se démerder tout seul dans une ville envahie » dans l’univers de bisounours de Pokémon.
Et puis, l’invasion de cubes… C’était vraiment nécessaire ? Sérieux, d’où sortent ces millions de cubes ? Il y en avait besoin d’autant dans la ville ? Ils étaient en promo ? Ça ressemble juste à une rallonge artificielle du film pour qu’il y ait encore quelques pseudo-rebondissements, en mode « Vous pensiez que c’était fini, mais en fait non !~ »

Le perso principal (à part Sacha) est Tory, un petiot tout mignon qui a peur des Pokémon depuis une expérience traumatisante dans le passé… Mais Sacha est là pour l’encourager gentiment ! ^-^ …Nan, je déconne, il le harcèle partout puis se plaint que Tory l’envoie chier.
Alors entre Sacha qui va trop vite en besogne pour le soigner de sa phobie et Tory qui s’enfuit comme une collégienne japonaise dès qu’il y a un Pokémon à moins de 3 m de lui, c’est assez pénible…
Pour les autres persos ? Flora et Cie servent à rien. Le gros qui drague Flora, et Pierre qui drague tout ce qui bouge, c’est assez lourd. Le richard se la pète.

Les combats Deoxys vs Rayquaza sont bien stylés, mais Rayquaza spamme vraiment les Ultralaser (il apprend pas que cette attaque, dans les jeux…), et il a une animation parfois assez rigide…
Pis je suis content, j’ai compris pourquoi Deoxys kidnappait tous les gens et éteignait l’électricité avant que le film ne l’explique ! o/
En revanche, j’pensais qu’il aurait mieux valu filer le cristal à Deoxys que libérer les gens. Mais leur plan était plus complexe, donc OK.

Et tout est bien qui finit (trop) bien : Deoxys est ami avec tout le monde, il s’en va, la ville remarche, personne est blessé. Ça manque de sang… ._.

 

Pokemon - film 8(Kamehameha en approche…)

Film n°8 : Lucario et le Mystère de Mew

Résumé : Lors d’une fête organisée à la mémoire du Seigneur Aaron, Sacha a emporté le tournoi et endossé le rôle cérémonial d’Aura Gardien. Mais un Mew enlève Pikachu et le Miaouss de la Team Rocket tandis qu’un Lucario sort du bâton d’Aaron, alors qu’il y était enfermé depuis des siècles, prenant Sacha pour son maître qui l’avait trahi. Sur le trajet vers l’Arbre des Origines (où Mew est parti), de nombreuses surprises les attendent, et Lucario va apprendre pourquoi Aaron l’a enfermé.

Pour une fois, on a pas un film sur un Pokémon légendaire, mais plutôt sur un quiproquo à éclaircir, afin de restaurer une vieille amitié. Ça change, c’est bien.
Le Seigneur Aaron est classe, dommage qu’on l’ait pas vu beaucoup. C’était un peu un Dovahkiin, avec sa maîtrise de l’aura. Mais ya un truc qui m’chiffonne : Lucario dit qu’Aaron l’a entraîné à ressentir l’aura, alors que c’est le « Pokémon Aura ». Ça aurait plutôt dû être l’inverse. C’est comme si un cracheur de feu apprenait à un Dracaufeu à utiliser Lance-flammes. x)
Pour l’histoire de l’aura, même si c’est bizarre d’entendre parler d’un truc comme ça dans le monde globalement orienté sur la technologie (et qu’on en entend plus jamais parler par la suite), j’ai envie de dire : « Pourquoi pas ? ». OK, cette histoire de mélange de sonar, de 6ème sens et de Haki de l’observation (#OnePiece) est WTF, mais ça colle à l’histoire, donc j’trouve pas ça totalement hérétique.

Sinon, Lucario est vraiment sombre et pessimiste. Ça change de l’optimisme naïf et enfantin de Sacha, mais ya vraiment un gouffre entre eux. Heureusement, le pouvoir de l’amitié (qui est le 5ème élément de Pokémon) le rattrape, et il est moins émo vers la fin. Le monologue final d’Aaron était assez émouvant. Dommage que Sacha et Cie fassent leur deuil en 2 min top chrono après… >_> (ça casse tout)
Et pour le côté « Les Visiteurs » entre les souvenirs de Lucario qui ont des siècles et le monde d’aujourd’hui, j’ai trouvé ça cool. Ya un petit côté drama, un peu comme quand Captain America (dans le film First Avenger) se rend compte qu’il a été congelé pendant 70 ans.

Niveau graphismes, le film est hyper beau. Les paysages sont super bien faits, surtout l’arbre, la vallée, le château et la salle de bal. J’ai trouvé ça un peu dommage que Sacha et Cie gardent pas leurs costumes du festival, ça aurait pu être cool (et ça changerait de leurs éternelles fringues habituelles). Surtout que c’était sur l’affiche du film…

La vallée perdue sous l’arbre (magnifique *-*) fait penser au « Monde perdu » et « Voyage vers le centre de la Terre ». Sûrement une référence.

 

Les côtés négatifs maintenant :
L’histoire commence encore une fois avec un énorme COMME PAR HASARD, mais on a l’habitude, maintenant.
Mew est le même qu’avec Aaron ? Il est immortel ? (question valable pour tous les légendaires, en fait…) En tout cas, il doit bien se faire chier. Et ses cris perçants sont toujours pénibles…
L’histoire de ce qu’est réellement l’arbre est un peu bullshit, mais bon. Son système de défense est assez… bizarre, mais efficace.
Comme d’habitude, la Poké-Team (hors Sacha, donc) est peu utile, mais la Team Rocket l’est + que dans le film 7 (et a regagné un poil de dignité…).

1er fail du film : il y a de l’écho quand Sacha et Pikachu crient à l’extérieur de l’arbre, alors que le son ne peut pas rebondir sur une montagne à côté. Eh oui, faut des conditions particulières, ça marche pas automatiquement dès qu’on est en altitude…
Autre fail : Sacha qui dit « C’est un Regice ! » comme s’il venait de le découvrir alors qu’il l’a déjà rencontré un peu plus tôt dans le film. Les Reg font des sons électroniques chelous aussi.

Et puis, c’est quoi ce bullshit final avec le chocolat, Lucario et Aaron… En théorie, c’est vrai que ça symbolise leur réconciliation, mais en pratique, c’est quand même assez space…

Néanmoins, le film était quand même pas mal meilleur que les précédents. Peut-être parce que les persos et la quête étaient mieux ? Parce que le scénario ne changeait pas n’importe comment plusieurs fois, comme si les scénaristes voulait caser tous leurs trips ? Et on a la preuve qu’il n’y a pas besoin de grand méchant ou de légendaire(s) of doom pour avoir une histoire intéressante. Qu’on se le dise ! *regarde fixement les scénaristes* è_é

 

Pokemon_Ranger_et_le_Temple_des_mers(L’affiche est un peu coupée sur la droite, mais celle en anglais a le titre a la place de Manaphy, et comme il est déplacé en-dessous, il a moins l’air d’être sur le point de se faire attraper par le pirate. Voilà voilà…)

Film n°9 : Pokémon Ranger et le Temple des Mers

Résumé : Fantôme, un dangereux pirate, veut s’emparer du Prince des Mers, Manaphy. Il veut se servir de lui pour qu’il l’emmène au Temple des Mers afin de récupérer le trésor qu’il contient mais Sacha, Flora, Pierre et Max vont tout faire pour l’arrêter.

Allez, c’parti pour une nouvelle perle des films Pokémon… #Ironie
Commençons avec les points positifs :

Le film est globalement très beau, surtout les passages sous-marins, et le Temple. Mais ya parfois des effets 3D chelous assez moches (dignes d’une PS2, et encore…), surtout pour les véhicules.
Les moments entre Flora et Manaphy sont mignons et un peu touchants, mais tu sais qu’ils vont devoir se séparer à la fin, donc bon. Ça m’a fait prendre une certaine distance, perso (en prévision des feels finaux).
Voilà, c’est à peu près tout.

Une fois qu’on a fini d’admirer les décors, la première chose qu’on remarque, c’est que BORDAL DE MORDRE, ON SE FAIT IECH. Le film est quand même vraiment long (presque 2 h, putain) pour pas beaucoup de scénario. Les amateurs d’épisodes fillers dans les animes (soit à peu près personne) seront enchantés de voir la troupe de… gens du voyage (?) faire leur tournée dans les villes, puis se lancer tranquillement à la recherche du Temple. Vous pressez pas, hein…

Et puis, les pirates qui poursuivent le groupe sont clichés, riches (énorme sous-marin + bonne demi-douzaine d’hélicos) mais pas du tout doués. Je n’ai d’ailleurs pas bien compris pourquoi Sacha et cie ne défoncent pas leurs hélicos. Ils sont en cas de légitime défense contre des criminels, et ils ne gênent habituellement pas pour détruire les milliers de robots/mongolfières de la Team Rocket lors des épisodes habituels. Mais nan, là,  ils sont pris de non-violencïte aigüe et préfèrent fuir à l’infini…
Ah, et faudrait aussi m’expliquer pourquoi la famille fait des spectacles de rue alors que le vieux possède un bateau personnel (genre yacht) et un bathyscaphe.
D’ailleurs, encore une fois, Sacha et Cie sont exposés à des secrets millénaires par hasard et alors qu’ils connaissent la famille depuis quelques jours…
Et à la fin, t’as le truc habituel « OMG, je me demande si Sacha va réussir à faire ça pendant le temps limité ! ». Les mecs, please… (c’est d’ailleurs le problème des films issues de séries animées : ya pas de suspens quant au sort des persos principaux…)
Le passage avec le Temple est assez bordélique, entre ceux qui arrivent, qui (re)partent, ou reviennent… On se croirait dans One Piece :’)

Point personnages : à part Flora qui gagne un rôle de maman/protectrice (comme Max lors du film avec Jirachi), Sacha fait le café pour tout le monde. Les gens du voyage sont sympas mais sans plus. Le capitaine pirate est le typique « traître-cupide-violent », et le Pokémon Ranger est un James Bond au rabais (dire que c’est lui qui donne son titre au film, et pas Manaphy…). La Team Rocket sert juste à montrer le pouvoir Permucoeur de Manaphy, mais au pire, elle est remontrée plus tard.

Et puis, ya quasiment aucun combat. Ni même d’attaque lancée. Pikachu ne fait aucune attaque Tonnerre, c’est dire. Pourtant le mec dans l’intro disait que humains et Pokémon « se sont unis depuis longtemps pour partager le frisson du combat Pokémon ».
Ya en revanche un MOTHERFUCKIN KYOGRE qui fait un ULTRALASER. …Wait, même Kyogre obéit à Manaphy ? ô_o

On se retrouve donc avec un film beaucoup trop long, trop mou, trop basé sur ses graphismes, et la petite scène d’action à la fin ne nous satisfait pas. Ceci, couplé à la fausse hype sur le Ranger, à la fin assez WTF et à Manaphy qui apprend à parler : ça risque pas qu’il soit dans mon top 5.

 

(J’ai pas su me décider entre l’affiche anglais et japonaise.)

Film n°10 : L’ascension de Darkrai

Résumé : En se rendant à un concours Pokémon, Sacha et ses amis arrivent à la ville d’Alamos. Or, cette ville semble touchée par un mal mystérieux lié au légendaire Darkrai, le Pokémon Noirtotal qui habite dans la ville et s’est récemment mis à causer des cauchemars aux habitants. Au même moment Dialga et Palkia débarquent en ville et s’y affrontent, entraînant Alamos et ses habitants dans une autre dimension.

Le premier film d’une « trilogie interne » où les événements d’Alamos ne sont que les prémices d’un danger beaucoup plus grave… Premier film également où Max et Flora laissent leur place à Aurore.

Déjà, pour commencer, c’est super beau. Certains plans sont franchement dignes de peintures. Et la ville est en haut de la montagne du Purgatoire. x) La cathédrale à son apothéose est magnifique.
Les animations des attaques sont super bien faites, aussi. Surtout le Hurle-Temps de Dialga et le Spatio-Rift de Palkia.
Une bonne B.O. également, surtout vers la fin.

 

Eh oui, vous avez bien lu : ya carrément Dialga et Palkia, les deux Pokémon légendaires qui contrôlent respectivement le temps et l’espace, qui viennent se friter au-dessus de la ville. Ville soumise également à plusieurs phénomènes étranges : apparition de « fantômes », métamorphoses, sortie de la ville ramenant toujours à son point de départ… Ils s’éclairciront par la suite, mais j’ai trouvé ça intéressant : ça a un petit côté fantastique à la Silent Hill, par ex (en beaucoup moins flippant, heureusement).

Mais le plus surprenant, c’est pas qu’il y ait des Zarbi dans le néant, ou un combat Palkia-Dialga qui désintègre la ville, non… C’est que Darkrai A DES PUTAIN DE JAMBES.

Sinon, pour l’histoire : ça commence comme un truc tout mimi, tout cucul, avec des osananajimi (= amis depuis l’enfance) et des combats d’animaux dans la rue et un jardin rempli de Pokémon… (Trouvez l’intrus)
Mais ça part vite en couilles. Et c’est bizarre, parce que pour une fois, personne ne peut rien faire pendant un bon moment. J’veux dire : à part dans le film avec Lugia, Sacha a toujours l’habitude d’affronter tout le monde. Mais là, il peut VRAIMENT rien faire. Faut dire, même Pikachu et compagnie peuvent rien faire face à l’incarnation du TEMPS et de l’ESPACE. Et là, c’est le drame.
Heureusement, le scénario nous avait innocemment montré les 2 clés à utiliser pour résoudre le problème. Et tandis que c’est Bagdad dans la ville, nos héros finissent par piger que Darkrai était gentil, et qu’il protégeait la ville.

Au final, Sacha, Aurore, Pikachu et Cie font le café, et tout est bien qui finit bien. Ou c’est ce qu’ils pensent me faire croire.

Parce que Darkrai a été désintégré. C’est le seul être vivant à l’avoir été. Même Sacha le dit à Palkia : « Tu as désintégré toute la ville… et aussi un vaillant Pokémon. » Et malgré le fait qu’il renvoie la ville dans sa dimension, Palkia ne peut pas ressusciter de Pokémon…
En plus, on voit en flash-back tout ce que Darkrai a mangé dans la gueule, comme quand on se souvient des bons moments passés avec qqn à son enterrement.
Mais le générique de fin est troublant ; Les paroles sont genre « Je penserai toujours à toi », « Et quand je ferme les yeux je te revois », « Car tu n’es pas qu’un souvenir », « Comme une lumière qui guide mes pas » -> Ils parlent de lui comme d’un disparu, tout en disant qu’il servira de modèle/ange gardien. Donc Darkrai est mort. D’où le titre du film : « l’ascension », métaphore de l’âme qui monte au ciel. C’seulement mon avis, après, mais ça semble logique.
Et donc même si on le revoit sur un toit à la toute fin du film en haut de la cathédrale, on peut dire que c’est un esprit, comme avec Lucario et Aaron.
RIP in peace, sweet prince. 😥

Au final, un film Pokémon assez classique mais pas mauvais. Début sympa, phénomènes paranormaux, grosse baston, mise en place de la stratégie, les Pokémon font le café, Sacha sauve le monde au dernier moment du compte à rebours.
Là encore, yavait pas vraiment de méchant : le baron laisse béton Alice, la Team Rocket est anecdotique, Palkia et Dialga se cassent. Morale : Faut pas juger sur les apparences / Tout le monde a un coeur.

 

 

On a donc dans l’ordre : 2 films + ou – médiocres au scénario à géométrie variable, 1 film sur « le pouvoir de l’amitié » qui rattrape le truc, 1 film soporifique et 1 film qui rappelle étrangement le film n°2, avec Lugia (bataille de titans, pendant que Sacha se balade, destruction du monde imminente, pouvoir de la musique salvateur).
Des films bons ou mauvais, mais pas de quoi fouetter un Chacripan. Pas de sous-daube comme le film de Celebi, et on espère que c’était le dernier. Pas de chef d’oeuvre comparable aux 2 premiers films, mais on garde espoir.

 

Prochainement, dans la partie 3, nous aborderons les films 11 à 15. De l’illogisme, de la mythologie et des beaux graphismes en prévision !

Et vous, vous avez pensé quoi de ces films ?:)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s