Toutes les références culturelles dans One Piece – 5) Personnages mythologiques

(Suite au fait que WordPress n’en pouvait plus et que je ne pouvais plus rajouter du texte sur l’article principal, j’ai dû le découper. Voici la partie 5.)

.

Il y a également des références aux mythologies du monde entier :

Boa Hancock et ses soeurs (Boa Marigold et Boa Sandersonia) ont été surnommées les Soeurs Gorgones en raison de la soit-disante malédiction qu’elles auraient reçue après avoir tué un monstre, faisant apparaître des yeux dans leur dos dont la vision tuerait d’un coup. En réalité, elles avaient été faites esclaves par les Dragons Célestes dans leur enfance, qui leur avaient apposé leur marque dans le dos, et ne voulaient absolument pas que quiconque soit au courant.
Dans la mythologie grecque, les Gorgones sont des créatures fantastiques malfaisantes dont le regard a le pouvoir de pétrifier les personnes qui les regardent. Elles sont trois sœurs : Méduse (la plus célèbre et la seule à être mortelle), Euryale et Sthéno. Sur les scènes peintes des vases grecs antiques, les Gorgones ont généralement l’apparence de créatures hybrides à moitié humaines et à moitié monstrueuses. Elles ont un corps humain et portent des vêtements humains, mais possèdent des ailes (deux voire quatre) et un visage monstrueux avec une large bouche, des crocs de fauve et une chevelure de serpents. Elles courent, gesticulent et brandissent souvent des serpents dans leurs mains. Leur laideur est couplé à une capacité très dangereuse : celle de pouvoir pétrifier quiconque les regarde dans les yeux (comme le Mero Mero no mi de Hancock). Les Gorgones terrorisaient les mortels, et même les dieux se tenaient à l’écart.
Pline l’Ancien les décrivait comme des sauvageonnes recouvertes de poils et à la tignasse hirsute, ce qui aurait donné naissance au mythe de la chevelure de serpents. Un seul homme leur a tenu tête : Persée (et Luffy), qui réussit à décapiter Méduse, plaçant sa tête sur son bouclier pour utiliser son pouvoir. Enfin, les deux groupes de soeurs ont acquis leurs capacités contre leur volonté : les soeurs Boa ont été forcées par les Dragons Célestes de manger leur fruit du démon tandis que c’est Athéna qui transforma Médusa en monstre. ;

Boa Hancock partage des points communs avec d’autres personnages des légendes grecques :
> Il y a des des similitudes entre Hancock et la nymphe Calypso : le fait qu’elles possèdent une île entièrement peuplée de femmes (Amazon Lily / Ogygie), qu’elles soient irrésistibles pour tous les hommes… et le fait qu’elles soient choquées qu’un seul homme résiste à leur charme (Luffy / Ulysse), même après plusieurs années, et qu’il ne pense qu’à partir. |
>Sa capacité à séduire les hommes est similaire aux sirènes qui séduisent et attirent les marins pour les tuer ensuite, à la différence que les sirènes utilise seulement leur voix alors que Hancock utilise sa beauté physique. Hancock méprise aussi profondément les hommes (hormis Luffy), les voyant comme ses ‘’ennemis’’. |

>Enfin, sa tribu, les Kuja, constituée uniquement de femmes guerrières, est fortement basée sur les Amazones. Par ailleurs, sa relation avec Luffy, qui commence mal puis finit bien car ils sont devenus amis (elle est même follement amoureuse de lui), est l’inverse de celle du mythe, la reine Antiope commence par avoir de bonnes relations avec Thésée mais cela finit très mal.
Ya pas deux versions identiques, mais en gros, soit Thésée l’enlève (ou Hercule lui file comme ’’part du butin’’ après la bataille de Thémiscyre), soit Antiope tombe amoureuse de Thésée et quitte volontairement les Amazones. Ils se marient (chose unique dans l’Histoire des Amazones) et ont un fils : Hippolyte (qui porte donc le même nom que sa tante, une des soeurs d’Antiope). Les Amazones attaquèrent Athènes afin de sauver Antiope et de récupérer la ceinture d’Hippolyte (la reine, pas le gosse). Elles connurent la défaite lors d’une bataille près du mont d’Arès. Durant cette bataille, connue sous le nom de bataille d’Attique, Antiope combat donc aux côtés de son mari, mais est tuée accidentellement par une Amazone nommée Molpadia, qui à son tour est tuée par Thésée. Les tombes d’Antiope et de Molpadia se situent à Athènes. ;

– Le serpent géant Nola viendrait du Jörmungand des légendes nordiques, un gigantesque serpent de mer, fils du dieu Loki et de la géante Angrboda, et frère du loup Fenrir. Il grandit tellement qu’il finit par entourer le monde et se mordre la queue, d’où son autre nom, Miðgarðsormr, « serpent de Midgard ». À la fin du monde prophétique, le Ragnarök, Jörmungand provoquera des raz-de-marée en surgissant des mers pour combattre les dieux aux côtés des géants. Il sera finalement tué par Thor, mais le dieu succombera à son tour après neuf pas, empoisonné par le venin du serpent.
Il est aussi possiblement inspiré du Quetzalcoatl (voir catégorie Histoire). ;

Pell et Chaka, qui possèdent respectivement les fruits Zoan du faucon et du chacal, sont basés sur Horus et Anubis, dieux égyptiens à tête animale, le premier étant dieu du ciel et du soleil et protecteur des pharaons, tandis que le second est le dieu de l’embaumement et protecteur des défunts, des tombes et des funérailles. Ce sont deux dieux parmi les plus connus du Panthéon égyptien, qui en compte des milliers (car chaque province, chaque ville, chaque village avait ses propres dieux). ;

– La sirène Madame Shirley est apparemment basée sur les amabie, un type particulier de ningyo, les « hommes-poissons » du folklore japonais. Même si leur chair est goûteuse et apporte une longévité exceptionnelle (voir l’histoire de Happyaku Bikuni, que je raconte pour Kozuki Toki), les ningyo sont réputés pour leurs présages néfastes : en attraper un était supposé amener des tempêtes et la malchance, et trouver un ningyo échoué sur la plage était un présage de guerre ou de calamité. Il est souvent dit qu’ils sont capables de pleurer des larmes de perles (la sirène de One Piece en utilise une comme boule de cristal).
En addition à cela, certains ningyo, comme l’amabie, sont prétendument capables de prédire l’avenir : dans une histoire datant du 19ème siècle, une amabie serait apparue et aurait prophétisé à la fois une récolte abondante et une épidémie.

Madame Shirley a aussi un petite côté Cassandre, avec ses funestes prédictions qui se réalisent toujours. Bien que personne ne croit Cassandre, en raison de la malédiction d’Apollon, les visions du futur de Shirley sont en revanche prises très au sérieux par tous les hommes-poissons, connaissant sa réputation de voyante. ;

– Quand son ami Daidalos, un calamar géant, est mort de déshydratation en s’approchant trop près du soleil, l’homme-poisson Icaros a développé une pyrophobie sévère : ceci vient de la légende d’Icare, piégé avec son père Dédale dans le labyrinthe qu’il avait conçu pour le Minotaure, et qui a brûlé ses ailes de cire en volant trop près du soleil. ;

– Le Roi Neptune a pour origine le dieu latin Neptune (Poséidon chez les grecs). Dans la mythologie romaine, il est le dieu des eaux vives et des sources. Il est aussi le protecteur des pêcheurs, des bateliers et des chevaux d’après Virgile. C’est le frère de Jupiter (= Zeus) et de Pluton (= Hadès).
De plus, Neptune est un triton
cœlacanthe, appelé « Raja Laut » en Indonésie, ce qui signifie « Roi des océans« , ce qui convient au titre de Roi des Hommes-Poissons porté par Neptune. ;

– Son fils Fukaboshi est quant à lui une référence à Triton, un autre Dieu grec, fils et héraut de Poséidon et le messager de la mer. Il est couramment représenté comme un triton (mi-homme mi-poisson) avec un trident. ;

Nico Robin est, selon moi, inspirée d’une déesse hindou, vraisemblablement Saraswati, déesse de l’intelligence, de l’écriture et des sciences, épouse de Brahmâ. Elle est la déesse de la connaissance et des arts. Elle possède quatre bras, tenant dans ses mains un livre d’écritures sacrées, un rosaire, et avec ses deux autres mains elle joue d’un instrument à cordes (vîna), symbole de l’art.

Robin a mangé le Hana Hana no Mi (Fruit des Éclosions), lui permettant de reproduire et faire pousser n’importe quelle partie de son corps à plusieurs reprises sur la surface de n’importe quel objet ou corps (même si elle privilégie surtout les bras et parfois les jambes). Elle lit beaucoup et est extrêmement cultivée, jouant le rôle de « bibliothécaire » de l’équipage, ayant une grande connaissance du monde et de ses acteurs et la partageant avec les autres (comme quand elle est la seule à reconnaître Rayleigh, ou quand elle renseigne Luffy sur son propre père, dont il ignore beaucoup de choses). Elle semble douée en langues, car ses techniques commencent en espagnol (ex : « seis »), continuent en français (« fleurs ») puis se terminent en anglais (« clutch »). Enfin, n’oublions pas qu’elle a eu son diplôme d’archéologue à seulement HUIT ANS, et qu’elle est désormais la dernière personne (connue) à savoir lire les Ponéglyphes. ;

– La princesse sirène Shirahoshi, enfermée dans la Tour de Nacre pendant dix ans pour sa sécurité, fait penser au conte de Raiponce (recueilli par les frères Grimm au début du XIXème siècle), où une jeune fille vit enfermée pendant des années au sommet d’une haute tour sans porte ni escalier, et utilise ses longs cheveux pour faire monter ou descendre la sorcière qui la garde captive. ;

Burgess ressemble à Hercule, le demi-dieu et héros le plus connu de la Grèce antique : ils sont tous les deux de grande taille, imposants, (très) musclés et d’une force physique exceptionnelle. S’il fait plus penser à un luchador (pratiquant de lucha libre) avant l’ellipse de 2 ans, il est revu habillé comme un gladiateur dans le Colisée. Hercule était un guerrier qui a mené de nombreux combats. Dans le jeu God of War III, ce dernier avait également une épaulière (alors qu’il ne portait que la peau du lion de Némée dans les mythes), qu’on peut comparer à la manica de Burgess (armure typique des gladiateurs qui recouvre le bras droit à partir du poignet et jusqu’à une énorme épaulière).
Il a peut-être aussi un rapport avec Albrecht, l’homme le plus fort du monde dans les histoires du baron de Münchhausen, qui ressemble à un colosse. ;

Absalom porte le même nom qu’Absalom, un personnage biblique. Il est le troisième fils de David, roi d’Israël, et réputé pour être le plus bel homme du royaume. Son histoire est racontée dans le Deuxième livre de Samuel. Fuyant une bataille où son armée fut totalement mise en déroute, il se prit les cheveux (qu’il portait longs) dans les branches d’un chêne. Alors que le roi David avait demandé à ce qu’on fasse preuve d’égards envers son fils (révolté), Joab, général du roi, profita de cet instant pour transpercer à 3 reprises le poitrail d’Absalom, qui se débattait toujours dans les branches. L’Absalom de One Piece, s’il est loin d’être l’homme le plus beau du monde (notamment parce que son visage est à moitié celui d’un lion), a en revanche lui aussi de longs cheveux blonds, et son chapeau avec une croix ancrée et une croix de Saint-André peut faire penser à une couronne. ;

– En plus des Nains, beaucoup d’autres types de personnages sont basés sur des créatures mythologiques : géants (ex : Hajrudin, Sauro, Dory et Broggy, etc…), Sphinx, Basilic et minotaure (à Impel Down), satyres et centaures (à Punk Hazard), harpie (Monet), yétis (Yeti Cool Brothers), anges (Skypiéens et Bilcans), Cerbère, zombies et licorne (à Thriller Bark), dragons occidentaux (à Punk Hazard) et dragon chinois (fruit de Momonosuke), kraken (Surume), manticores (à Impel Down et Thriller Bark), sirènes (Camie, Shirahoshi, Shirley…) et hommes-poissons (Arlong, Jinbei, Fisher Tiger…), pégase (Pierre), phénix (Marco), monstres marins (les Rois des Mers) et vampire (Patrick Redfield, dans le jeu non-canon One Piece: Unlimited World Red). ;

– Les Rois des mers et autres bestioles aquatiques de grande taille de One Piece sont probablement basées sur les illustrations de monstres marins des vieilles cartes, souvent placées sur la carte comme avertissement pour les marins naviguant dans ces eaux en raison de superstitions locales, ou simplement pour illustrer (pour ne pas que les étendues d’eau ne fassent trop ‘’vides’’ je suppose), comme pour la Carta Marina du XVIème siècle, première carte détaillée des pays nordiques (image détaillée). Cette pratique a été abandonnée avec l’utilisation des techniques de cartographie modernes. Néanmoins, les récits de monstres marins et de récits de témoins oculaires qui prétendent avoir vu ces bêtes persistent encore de nos jours. Les contes de monstres marins se trouvent dans pratiquement toutes les cultures qui sont en contact avec la mer. ;

Monet est aussi très semblable à la Yuki-Onna, littéralement ‘’femme de neige’’, un yokai japonais, plus précisément un yurei (fantôme). Elle ressemble à une très belle femme en kimono, à la peau très blanche, qui vit dans les montagnes. Elle peut se transformer en tempête de neige, ou disparaître complètement dans la neige, et utilise son souffle glacial pour attaquer. C’est sûrement la personnification de l’hiver et la concrétisation de la peur inspirée par les blizzards, en particulier dans les régions enneigées aux hivers rigoureux (expliquant en même temps les morts/disparus lors de tempêtes de neige), sans pour autant oublier l’aspect magnifique et serein des paysages enneigés malgré le danger qu’ils représentent (une beauté fatale, littéralement).

La Yuki Onna apparaît essentiellement de nuit, dans un contexte de tempête de neige, mais son action sur les humains varie d’une légende à l’autre et connaît pas mal de spécificités régionales. Elle est souvent liée aux enfants (comme Monet), et certains de ses aspects peuvent rappeler certains personnages de notre propre folklore, non seulement les fantômes mais aussi les vampires ou les succubes. Elle se déplace sans laisser de traces et donc en flottant, mais elle n’a sans doute pas de pieds comme l’ensemble des fantômes japonais (ce qui n’est pas le cas des autres catégories de yokais au Japon).

Elle est mentionnée pour la première fois dans la littérature japonaise dans le Sôgi Shokoku Monogatari, ou Légendes de diverses régions, par Sôgi, daté de 1690 et composé de textes du prêtre bouddhiste Sôgi (1421-1502), célèbre poète renga de la fin de la période Muromachi (1333-1573). Les légendes japonaises étant avant tout une tradition orale, cette légende est sûrement bien plus ancienne.
(De plus, son apparence de harpie vient de la créature mi-femme mi-oiseau de la mythologie grecque qui ont la réputation d’enlever les gens [on rendait les Harpies responsables de toutes les disparitions, comme Homère le racontait dans son Odyssée].) ;

– A cause de son Fruit du Démon (le Mato Mato no Mi, Fruit du ciblage), Van Der Decken IX est le seul homme-poisson connu incapable de nager. C’est l’inverse de la plupart des adaptations de la légende du Hollandais Volant : le capitaine (dont le nom serait Bernard Fokke ou Van Der Decken, selon les sources) est un esprit humain qui ne peut pas marcher sur la terre ferme. La légende date de la fin du XVIIIème/début du XIXème siècle, et marqua durablement les esprits.

La cause de la malédiction du navire est très variable (même s’il y a 2 constantes : le bateau est hollandais, et l’action se déroule près du Cap de Bonne-Espérance) : assassinat de l’équipage par le capitaine (ou inversement) et la profération d’une malédiction, le navire coulé par le Diable qui revient piloté par les fantômes de l’équipage, un pacte avec le Diable pour avoir le plus rapide des navires qui finit par une malédiction, une punition de Dieu pour avoir appareillé un Vendredi saint, une malédiction provoquée par les actes de cruauté/piraterie de l’équipage…
Cependant, une version semble revenir plus souvent que les autres : Pendant une affreuse tempête, le capitaine se borne à vouloir continuer à naviguer. Là, 2 variations : soit il hurle et injurie Dieu parce que son bateau est sur le point de sombrer, est maudit à jamais, et est condamné à errer sur les flots et dans les limbes, n’étant ni mort ni vivant ; soit il défie le ciel de couler le navire, tire sur une forme lumineuse se matérialisant à bord, et Dieu lui déclare que comme il aime tant tourmenter les marins, il sera le mauvais esprit de la mer, et son navire portera malheur à ceux qui le verront. (cette deuxième option constitue le scénario de Der fliegende Holländer, traduit par Le Vaisseau fantôme en VF, le 4ème opéra de Richard Wagner, écrit en 1843).

Dans certains récits, Dieu a un peu pitié du capitaine, et lui dit qu’il sera libéré de son châtiment s’il arrive à trouver une femme qui l’aimera d’un amour absolu et éternel. MAIS, parce que Dieu est taquin, il n’aura droit d’accoster qu’une seule fois tous les 7 ans ! Du coup, s’il se loupe une fois, il doit poireauter 7 ans avant de pouvoir retenter sa chance. Dans One Piece, Van Der Decken IX est justement intéressé par la princesse Shirahoshi, dans un premier temps pour pouvoir se marier avec (même s’il s’est entichée d’elle depuis son plus jeune âge #Pédophilie ), mais encore davantage quand il apprit qu’elle avait le pouvoir de parler avec les Rois des Mers (car c’est l’arme antique Poséidon). ;

– Pour rester dans les légendes de marins, parlons de la légende de Davy Jones, dont sont inspirés le Davy Back Fight et Hody Jones. Le premier est un jeu entre deux équipages se jouant en une, deux ou trois manches. Chaque équipage a la possibilité d’acquérir un ou plusieurs membres de l’équipage adverse, ce qui a pour effet de le renforcer et par la même occasion d’affaiblir les adversaires. Ce jeu a été inventé par un certain Davy Jones pour acquérir des membres d’équipages venant d’autres équipages adverses, et a maintenant pour but de lui faire honneur après sa mort. Le second est un homme-poisson de type grand requin blanc. C’est le Capitaine de L’Équipage des Nouveaux Hommes-Poissons, qui voulait prendre le contrôle de l’Île des Hommes-Poissons.

Davy Jones est réputé être une sorte de fantôme maudit, le « monstre qui précède tous les démons des profondeurs » selon les Aventures de Peregrine Pickle (1751), apparaissant perché sur les mâts des bateaux les veilles de tempêtes ou autres désastres. Quelques théories ont été avancées pour savoir quelles étaient ses origines, mais rien de bien concluant. L’expression « Davy Jones’s locker » est une formule anglaise pour parler du fond de la mer, là où reposent les marins perdus. « To be sent to Davy Jones’s locker » (soit « être envoyé dans le casier de Davy Jones ») est un euphémisme pour décrire la mort en mer, ce qui suppose que Davy Jones est un surnom qui devrait représenter le diable/démon de l’océan. ;

– Le roi Wapol, caractérisé par sa gloutonnerie sans borne (augmentée par le fait que son fruit du démon, le Baku Baku no Mi, ou Fruit du glouton, lui permet de manger absolument tout, comme du métal ou du bois, et de l’intégrer à son corps), peut avoir pour inspiration Érysichthon, un personnage de la mythologie grecque. Fils de Triopas, roi de Thessalie, il abat un arbre sacré (peuplier selon Callimaque, chêne pour Ovide) dans un bosquet consacré à la déesse Déméter, et habité par des dryades/nymphes. Malgré les tentatives de raisonnements de ses hommes et des divinités de l’endroit, il n’en démord pas et finit par abattre l’arbre.

Pour le punir, Déméter fait appel à l’incarnation de la Faim, qui prend possession d’Érysichthon pendant son sommeil, le condamnant à une faim perpétuelle. Il commence à manger, manger, manger… En quelques jours il a mangé autant de provisions qu’une ville entière. Très vite, toutes ses possessions partirent en achat de nourriture. Sa fin est peu glorieuse : selon Ovide, tourmenté par la faim, Érysichton finit par se dévorer lui-même (ce que Wapol fait à un moment pour maigrir), alors que pour le poète Callimaque, Triopas chassa ce coûteux fils de chez lui et Érysichton passa le reste de sa vie à mendier et fouiller les ordures (comme Wapol dans ses mini-aventures). ;

Pekoms, hybride lion-tortue (et seul Mink ayant mangé un fruit Zoan), est possiblement lié à la Tarasque, une créature du folklore provençal qui était censée hanter les marécages près de la ville de Tarascon, semant le chaos et la terreur sur son passage. Ce monstre est un gloubi-boulga de créatures, qui changent + ou – selon les récits, mais ce serait « une sorte de dragon à six pattes courtes comme celles d’un ours, un torse comme celui d’un bœuf, recouvert d’une carapace de tortue et muni d’une queue écailleuse se terminant par un dard de scorpion. Sa tête a été décrite comme étant celle d’un lion aux oreilles de cheval avec un visage de vieil homme« . Sainte Marthe, venue évangéliser la Basse-Provence, réussit à soumettre la bête grâce à toute la compassion de sa foi chrétienne, et la mena en laisse dans la ville. ;

– L’ancien Amiral de la Marine Zephyr était l’antagoniste principal du Film Z ainsi que le leader des « Nouveaux Marines ». Son nom est tiré de Zephyr, la personnification du vent de l’ouest ou du nord-ouest dans la mythologie grecque. Il est souvent mentionné en compagnie de son frère Borée, le vent du nord. Comme lui, il est réputé habiter dans une caverne en Thrace. Dans l’Odyssée et dans les textes ultérieurs, on le considère comme un vent doux et léger, une brise tiède qui amène la fonte des neiges. ;

Zeff aux Pieds Rouges, abandonné sur son rocher en plein milieu de l’océan, a subit le même sort que le très connu roi Midas de la mythologie grecque : le dieu Dionysos lui accorda son vœu de pouvoir changer en or tout ce qu’il touche. Mais, incapable de manger ou de boire, il finira par supplier le dieu de reprendre son présent. Dionysos lui ordonne alors de se laver les mains dans les eaux du Pactole, dont le sable se change en or. Cette légende explique le caractère aurifère des fonds, auquel la Phrygie doit une bonne partie de son empire.
Quant à Zeff sur son rocher en pleine mer, il avait un gros sac de richesses, mais rien à manger, prouvant qu’il y a des choses bien plus importantes que l’or dans la vie. Mourant de faim pendant 85 jours (47 dans l’anime), il se jura d’ouvrir un navire-restaurant et de nourrir quiconque aurait faim s’il arrivait à s’en sortir. Heureusement, un bateau finit par passer à proximité et le récupéra, lui et Sanji. ;

Zunesha, l’éléphant géant qui transporte l’île de Zou sur son dos, doit son nom à une fusion entre le mot Zou (« éléphant » en japonais) et le Dieu hindou à tête d’éléphant, Ganesha (ou Ganesh). C’est le dieu « qui supprime les obstacles », également dieu de la sagesse, de l’intelligence, de l’éducation et de la prudence, le patron des écoles et des travailleurs du savoir, ainsi que l’une des divinités les plus vénérées en Inde. ;

King Baum, un arbre Homie et le souverain de la Forêt de la Tentation sur Whole Cake Island. Il peut-être avoir été inspiré par l’Arbre Vieil Homme (Old Man Tree) du court-métrage de Disney Flowers and Trees de 1932 : Baum est amoureux de Dame Arbre (qui a été inspiré par l’arbre féminin dans le film), reçoit un coup fatal où il est enflammé et son apparence plus tard ressemble à l’apparence de souche d’arbre du personnage.

Je ne pense pas que ce soit le cas, mais il me rappelle aussi un peu l’Erlkönig du poème Le Roi des aulnes de Goethe écrit en 1782. La créature évoquée dans le poème est un Erlkönig (roi des aulnes), personnage représenté dans un certain nombre de poèmes et ballades allemandes comme une créature maléfique qui hante les forêts et entraîne les voyageurs vers leur mort (même s’il ressemble à un fantôme de vieux roi humain barbu et pas à un arbre). Dans le poème, il tente d’attirer un enfant chevauchant rapidement avec son père pour sortir au plus vite de la forêt. Le père tente de convaincre l’enfant qu’il ne voit et n’entend que des éléments de la forêt (brouillard, bruissement des feuilles). L’enfant s’agitant et ne cédant pas à ses promesses, le roi des aulnes finit par le menacer violemment, et lorsque le cheval quitte enfin le bois, le père découvre son enfant mort dans ses bras. #RipInPeaceSweetPrince (Vidéo du poème chanté en allemand, avec le thème qui l’accompagne). ;

Zeus et Prométhée (deux des homies personnels de Big Mom, nuage et soleil lui servant à provoquer des tempêtes) ont pour nom ceux de deux célèbres personnages mythologiques, rivaux à un certain niveau :
>Zeus est le dieu suprême dans la mythologie grecque, armé de. Fils de Cronos et de Rhéa, marié à sa sœur Héra, il engendra de nombreux dieux et déesses (pas forcément avec Héra), et héros (avec des mortelles). D’une grande puissance, mais aussi d’un caractère colérique, il est le maître de la destinée et de la météo, et frappe de sa foudre ceux qui le courroucent. Mais il reste tout de même un dieu justicier et protecteur, voire bienfaiteur et sauveur, et les hommes (les Grecs) l’invoquent souvent pour le secours et la sauvegarde. À l’esprit des grands capitaines, pas de décisions importantes sans le consulter. On lui sacrifie après un voyage et on l’invoque avant d’entreprendre. |

>Prométhée est un Titan, et une figure allégorique du panthéon. Il vola le feu divin et l’apporta aux hommes, leur enseignant aussi la métallurgie. Par sa nature et ses nombreuses ruses, il finit par s’attirer en particulier la colère de Zeus : son châtiment fut d’être enchaîné nu à un rocher dans les montagnes du Caucase, où un aigle venait lui dévorer le foie chaque jour, tandis que chaque nuit, il repoussait. Il fut finalement délivré par Hercule. Prométhée devient immortel grâce au centaure Chiron : celui-ci, blessé accidentellement par les flèches empoisonnées d’Héraclès, ne supportant plus la souffrance mais ne pouvant ni guérir ni mourir, demande la mort aux dieux. Zeus la lui accorde après que Chiron a légué son immortalité à Prométhée, car Zeus est alors reconnaissant envers Prométhée de lui avoir prédit que, s’il avait épousé la Néréide Thétis, le fils qu’ils auraient eu ensemble aurait été plus puissant que lui et l’aurait détrôné. #MeilleursEnnemis. ;

– 61 ans avant le début de l’histoire, Mère Carmel plaça une portion de son âme dans un grand feu à Erbaf, créant un homie : Pandore. Dans la mythologie grecque, Pandore est le nom de la première femme (humaine) créée par les dieux, façonnée dans l’argile par Héphaïstos et animée par la déesse Athéna. Sa création fut ordonnée par Zeus comme punition pour l’humanité pour avoir reçu le cadeau du feu divin volé par Prométhée. Ainsi, ils lui donnèrent une beauté digne des déesses, et toutes sortes de talents (talent musical, habileté manuelle, tissage et autres ‘’travaux des femmes’’), mais aussi pas mal de défauts moraux (mensonge, curiosité, jalousie, impudence, perfidie…).
Zeus offrit la main de Pandore à Épiméthée, frère de Prométhée. Bien qu’il eût promis à Prométhée de refuser les cadeaux venant de Zeus, Épiméthée accepta Pandore. Pandore apporta dans ses bagages une boîte mystérieuse que Zeus lui interdit d’ouvrir. Une fois installée comme épouse, Pandore céda à la curiosité qu’Hermès lui avait donnée et ouvrit la boîte, libérant ainsi les maux qui y étaient contenus : la Vieillesse, la Maladie, la Guerre, la Famine, la Misère, la Folie, la Mort, le Vice, la Tromperie, la Passion, l’Orgueil… Elle voulut refermer la boîte pour les retenir ; hélas, il était trop tard. Seule l’Espérance, plus lente à réagir, y resta enfermée. (ce n’est pas la première ni la dernière fois qu’une légende dit que la femme est l’origine des maux de l’homme)
Cette connection proche entre les Pandore et Prométhée grecs est assez appropriée, comme les Pandore et Prométhée du manga sont deux homies soleil créés par une mère et sa ‘’fille adoptive’’. ;

Loki est le prince d’Elbaf, qui était autrefois le fiancé arrangé de Laura avant qu’elle ne s’enfuie. Il partage son nom avec le Loki, dieu nordique de la discorde. En plus d’être un dieu, Loki était également considéré comme un Jötunn, qui est une race de géants. D’autre part, son nom pourrait aussi faire référence à Utgard-Loki, un Jotunn qui, contrairement au dieu nordique du mal, est le souverain d’Utgard à Jotunheim, la patrie des géants.
Le dieu Loki est capable de métamorphose, et est aussi impulsif et irresponsable que malin et rusé. Puni par les dieux pour avoir provoqué la mort du dieu Baldr, il est prophétisé que lors du Ragnarök (la fin du monde), Loki se libérera et mènera les géants à l’assaut contre les dieux et les hommes. (c’est peut-être un indice pour la suite des événements du manga) ;

– L’apparence de Kokoro (version sirène), semblable à un dugong, pourrait être une référence à la vie réelle, où les dugongs ont été parfois confondu avec des sirènes par des marins avec un coup dans le nez (et/ou en grand manque de présence féminine). ;

Jarl « Mountain Beard » (Yarle « Barbemont » en VF), ancien co-capitaine de l’Équipage des Géants avec Jorl et, tout comme ce dernier, est considéré comme le héros de son peuple. Il est également l’un des plus vieux guerriers au monde (il avait 345 ans dans le flash-back de Big Mom, 63 ans auparavant)).
Outre le fait que « Jarl » soit un
nom traditionnel masculin donné dans les pays scandinaves, c’est aussi un titre de noblesse (équivalent de notre comte). Enfin, dans la mythologie nordique, Jarl était le fils de Ríg (le dieu Heimdallr) et de Modir (une humaine). Ríg lui enseigna les runes, une partie de sa magie, ainsi que le langage des oiseaux. Jarl réunit alors des hommes et conquit quelques terres, puis se maria à Erna. Ils eurent onze fils, les ancêtres de la race des guerriers dans la société nordique. ;

Hera, un gladiateur qui participa à la compétition pour remporter le Mera Mera no Mi, doit vraisemblablement son nom à deux figures mythologiques grecque :
>la très jalouse déesse grecque Héra, sœur et la femme de Zeus (#Inceste), protectrice des femmes et la déesse du mariage, gardienne de la fécondité du couple et des femmes en couches. |
>le demi-dieu Héraclès, fils de Zeus et d’Alcmène, et l’un des héros les plus vénérés de la Grèce antique. La mythologie grecque lui prête un très grand nombre d’aventures qui le voient voyager à travers le monde connu des Doriens puis dans toute la Méditerranée, à partir de l’expansion de la Grande-Grèce, jusqu’aux Enfers. Les plus célèbres de ses exploits sont les douze travaux. Il est mentionné dans la littérature grecque dès Homère (~VIIIème s. av. J-C). ;

– Les Wotans sont une espèce hybride entre un géant et un Homme-Poisson. Le nom « Wotan » pourrait venir du mythe nordique du Jötunn (Jötnar au pluriel), des géants. Ces créatures humanoïdes sont la personnification des forces de la nature (la force brute et primordiale et le chaos des origines), dotées d’une force impressionnante ainsi que, parfois, des pouvoirs divins comme celui de la métamorphose et de l’illusion. Ce sont des créatures chaotiques, par opposition aux dieux qui représentent l’ordre, mais sont également tous décrits comme très anciens, porteurs de la sagesse d’une époque révolue.
Certains géants ont une apparence horrible, des griffes, des crocs, et des caractéristiques déformées en dehors de leur taille généralement élevée (tout comme les wotans). Certains d’entre eux peuvent même avoir plusieurs têtes. Les géants sont habituellement mentionnés comme vivant à Jötunheimr, mais on en trouve aussi à Niflheimr, Utgarðr et Járnviðr. Ils sont étroitement liés aux éléments, ainsi, il existe des géants du feu et des géants des glaces.
Coïncidence ou pas, « Wotan » est une variante germanique du nom du dieu nordique Odin. ;

Salome est le serpent de Boa Hancock, lui servant à la fois d’animal de compagnie, d’arme, de siège/fauteuil et de moyen de transport. Dans le texte biblique, Salomé était la fille d’Hérodiade, souvent décrite comme dangereuse et séduisante (ce qui est plutôt le cas d’Hancock). Salomé est surtout connue pour l’épisode où, après avoir effectué l’érotique danse des sept voiles à Hérode Antipas qui est son beau-père (ou son père), celui-ci est charmé et lui accorde ce qu’elle veut (ou il avait promis de lui accorder si elle dansait pour lui). Ne sachant que demander, elle demande conseil à sa mère, qui lui dit de réclamer alors la tête de Jean Baptiste (prédicateur juif qui critiqua Hérode pour son mariage avec l’ancienne femme de son frère), qu’Hérode Antipas fait apporter sur un plateau.
Salomé, cet enfant sans désir propre, devient un personnage de tentatrice sensuelle qui inspire les artistes, particulièrement aux XIXe et XXe siècles. Oscar Wilde, dans son opéra Salomé, tragédie en un acte écrite en 1891, évoque notamment la « beauté mortuaire » de la princesse, extrêmement pâle (surtout sous les rayons de la Lune). Dans One Piece, Salomé ne semble vivre que pour servir Hancock, et ne fait rien de lui-même. L’impératrice pirate est quant à elle l’une des femmes les plus belles du monde, et a la peau très pâle. ;

– Les noms des armes antiques, dernier héritage du Siècle Oublié avec les Ponéglyphes, se rapportent à des dieux de la mythologie gréco-romaine :

>Pluton : apparemment un énorme navire de guerre capable de faire des ravages sans limites. Franky brûla les plans pour empêcher Spandam de s’en emparer. Pluton (ou Dis Pater) est le Dieu des Enfers et l’homologue romain du dieu grec Hadès. Pluton est souvent représenté avec ses attributs et son compagnon Cerbère. Il règne sur les Enfers avec son épouse Proserpine, aussi nommée Perséphone. Etant donné qu’il a accès à toutes les richesses du sol, il est aussi vachement riche.
Plutón est aussi le nom d’un navire de guerre utilisé par la Marine espagnole en 1898, pendant la bataille de Santiago de Cuba. On ne sait pas si Pluton est basé sur un tel bateau. |
>Poséidon : capacité latente permettant à son utilisateur (uniquement une sirène de la famille royale, actuellement Shirahoshi) de commander les Rois des Mers, les plus grands et puissants monstres marins. Etant donné leur force et leur nombre, sur une planète recouverte à 90% de flotte, je vous dit pas le carnage absolu que ça pourrait être. Dans la mythologie grecque, Poséidon est le dieu de la mer, de l’eau, des sources, des séismes… et des chevaux.
Cela correspond pour Shirahoshi au thème de ses parents : Neptune est l’équivalent romain de Poséidon et Otohime est la fille du dieu marin japonais Ryūjin. |
>Uranus : son utilisation ainsi que ses caractéristiques sont actuellement inconnues. Dans la mythologie romaine, Uranus correspond au dieu grec Ouranos qui est le dieu du Ciel (et accessoirement le dieu de la Vie), le père de douze Titans et le grand-père des six premiers dieux de l’Olympe. (On peut donc imaginer que c’est une arme volante ou qui contrôle le ciel). ;

–  »L’île » de Zou (posée sur le dos d’un éléphant ambulant millénaire) est potentiellement basée sur un vieux mythe hindou (5ème siècle av. J-C) : la Terre est une surface plate, avec en son centre une immense montagne touchant le ciel. Quatre éléphants la maintiennent en équilibre sur leur dos. Ils sont placés aux quatre coins du monde : nord, sud, est et ouest. Ces pachydermes sont eux-mêmes sur la carapace d’une immense tortue, car la tortue est la représentation de Vishnou (Kurma, son 2ème avatar) ; c’est donc comme si Vishnou en personne garantissait la stabilité/l’équilibre du monde. Enfin, la tortue repose sur Sesha (aka Ananta), un serpent géant (nâga) à mille têtes qui a participé à la création du monde (-> schéma de leur empilement). ;

– La capacité de Kamijiro (la tête de lion sur le ventre de Holdem) à cracher du feu peut être une référence à la Chimère, une créature mythologique pouvant également cracher du feu, avec la tête d’un lion et est l’assemblage de plusieurs créatures (corps et tête de lion + tête de chèvre + serpent comme queue). ;

– Du peu qu’on sache d’elle pour l’instant, feue la mère de Momonosuke, Kosuke Toki, vient d’un passé lointain et a traversé les âges (ou faisait des bonds dans le futur) grâce à son Fruit du Temps. Cela m’a fait penser au conte japonais de Yao Bikuni (ou Hyappyaku Bikuni). C’est une des histoires de ningyo les plus connues (les ‘’sirènes’’ japonaises -> cf Madame Shirley) : pour vous la faire courte, un pêcheur attrape un jour un poisson super bizarre. Il le montre à ses potes pêcheurs, et le cuisine pour qu’ils en mangent tous. L’un d’entre eux va en douce dans la cuisine et remarque que le poisson a une tête quasi humaine : il prévient alors les autres. Du coup, quand leur hôte leur sert sa trouvaille, ils font semblant de manger, mais emballent leur part dans un papier pour l balancer en repartant.

Mais l’un d’entre eux, bourré au sake, rentre avec. Sa petite fille lui demande un cadeau quand il arrive, et il lui donne bêtement le poisson, qu’elle part manger. Un peu après, ayant repris ses esprits, il se rappelle que le plat n’avait pas l’air catholique et a peur que sa fille se soit empoisonné : heureusement, il ne lui est rien arrivé, ni sur le coup, ni plus tard. Le père (indigne) oublie alors l’affaire.

Les années passent, la fille grandit et se marie. Mais elle n’a plus vieilli : elle a gardé la même apparence de jeune femme tandis que son mari vieillissait et mourait. Après de nombreuses années de jeunesse perpétuelle et devenant veuve à maintes reprises, la femme n’en put plus : elle devint nonne et voyagea dans plusieurs pays. Finalement, elle retourna dans sa ville natale, à Wakasa, où elle mit fin à ses jours à l’âge de 800 ans. (on constate aussi que Toki se sacrifie dans son château en flammes, envoyant ses amis et son fils dans le futur, même si on ne connaît pas les raisons exactes de ce choix : limites du fruit ? plus de volonté de vivre [âge et/ou car mari tué] ?) ;

Sanji et Zeff pourraient être inspirés de Saint Dié, un légendaire ermite et religieux français du VIIème siècle, premier patron d’un vaste ban montagnard centré sur la haute vallée de la Meurthe dans les Vosges. Après avoir souffert de la faim (en hiver dans une haute vallée vosgienne), il lutta pour apporter de la nourriture à tous les affamés.  »Le saint n’oublie pas l’extrême misère et la détresse la plus sincère des démunis », tout comme Sanji et Zeff ouvrirent le Baratie afin de nourrir tout le monde, du plus riche dandy au plus infâme pirate, car le souvenir de la faim qu’ils ressentirent pendant des dizaines de jour sur leur rocher perdu en mer est resté gravé en eux. ;

Shanks partage pas mal de caractéristiques avec le dieu nordique Týr :
>Týr est le Dieu du ciel, de la justice, du serment, de l’ordre et de la guerre. Il est très sage, le plus brave et le plus vaillant des Ases (le groupe de dieux principaux d’Ásgard). Il est aussi renommé pour son talent à l’épée. -> Shanks est un Empereur, un des 4 pirates les plus forts de la partie du monde la plus impitoyable. Malgré toute sa puissance, il reste pas mal humble (on pense au moment où il laisse Higuma faire alors qu’il aurait pu l’atomiser sans bouger). Même si on ne le voit finalement que très peu, chaque apparition est un véritable événement où il explose le compteur de charisme. |
>Il peut influencer le déroulement d’une bataille ; ainsi, il est nécessaire de l’invoquer de l’invoquer. Tyr est un dieu garant de l’ordre du monde par le fait qu’il représente l’assemblée, le droit, la justice. -> Shanks, par son arrivée, mit fin à la bataille de Marine Ford. Comme ça. Juste en posant ses énormes couilles devant Akainu et compagnie. |
>Týr montra sa valeur héroïque en sacrifiant sa main dans la gueule du loup Fenrir pour gagner sa confiance et l’enchainer (au ruban Gleipnir indestructible). Il est alors connu comme le dieu manchot. Cet acte de sacrifice est à l’image de l’importance qu’accordait la société nordique à la loi ainsi qu’à l’ordre. Ce sacrifice a permis de repousser les forces du chaos et du désordre. Si l’on prend en compte la perception traditionnelle des rayons solaires comme des bras, le sacrifice de son bras revient à illuminer un lieu ou une chose en donnant une part de soi-même. -> Shanks a sauté à la mer pour sauver Luffy de la noyade et perdra son bras, dévoré par le Monstre de la Baie (qu’il dominera par le Haki des rois juste après). Ce sacrifice touchera profondément Luffy qui, après avoir reçu en plus son chapeau de paille fétiche, jurera qu’il lui rendra quand il sera devenu le roi des pirates : cela deviendra un de ses symboles clés et l’une de ses principales motivation pour trouver le One Piece. |
>Týr semble être l’opposé du dieu malin Loki, qui est sans honneur, sans foi ni loi, et représente le sabotage et le désordre. -> Shanks est strictement l’inverse de Barbe Noire, un être maléfique qui tua son frère d’armes par traîtrise pour lui voler le fruit qui lui permettra de contrôler le monde. Teach profite du bordel causé par les autres (Impel Down, MarineFord, etc.) ou le cause lui-même (Drum, Jaya, Banaro…). Son équipage est un ramassis des pires criminels du monde, dont il est un ‘’digne’’ représentant. |
>Le jour du Ragnarök, le dieu de la guerre Týr tuera Garmr dans cette bataille cataclysmique mais mourra des blessures infligées par la bête. Garmr est le chien démon de Hel (la déesse des morts, fille de Loki), qui a trois têtes dans certaines histoires. -> Ça fait penser au Jolly Roger de Barbe Noire. On peut donc penser que Shanks sera tué par Barbe Noire à la fin de One Piece, mais le blessera/tuera aussi (?). ;

Kinemon peut utiliser son pouvoir de fruit du démon pour se métamorphoser (enfin, pour faire apparaître des vêtements), comme les kitsune des mythes japonais. Ce sont des yokai ressemblant à des renards, possédant une intelligence supérieure, une longue vie et des pouvoirs magiques. Un kitsune peut prendre forme humaine, une capacité apprise quand il atteint un certain âge (100 voire 50 ans). Le prérequis commun pour la transformation est que le renard doit placer sur sa tête un roseau, une large feuille ou un crâne. Ils se changent souvent en belles femmes, en jeunes filles ou en hommes âgés (-> déguisements de l’équipage à Dressrosa). Ces formes ne sont pas limitées par l’âge ou le genre du renard, et un kitsune peut se déguiser sous les traits d’une personne spécifique.

Son surnom, le ‘’renard de feu’’, fait plutôt référence aux kitsunebi (litt. ‘’feu de renard’’), des yokais ressemblant à des lanternes clignotantes apparaissant la nuit en moyen ou grand nombre. La couleur de ces lanternes varie du rouge au bleu. Des légendes racontent que ces lumières proviennent du soupir de renard, ou qu’elles font partie des capacités surnaturelles communément attribuées aux kitsune, avec la possession, la création de feu/d’éclairs, les apparitions dans les rêves des autres, le vol, l’invisibilité, et la création d’illusions très réalistes.
(Ce sont en réalité probablement des ‘’feux follets’’, des flammèches produites par l’inflammation spontanée de méthane (CH4) et de formes chimiques du phosphore (diphosphine [P2H4] et/ou hydrogène phosphoré [PH3]), émis par la décomposition d’un cadavre animal sous l’action de bactéries.)

– On peut voir en Kaido une référence aux oni, des monstres du folklore japonais. Proches des ogres, ce sont des créatures humanoïdes de grande taille, avec des cornes (une ou deux), des griffes et dents acérées, des poils ébouriffés et un aspect hideux. Ils sont surpuissants, aimant manger, boire (du sake) et se battre/tuer/voler/détruire. Les oni sont couramment dépeints portant des pagnes en peau de tigre et maniant un gourdin de fer à piques appelé kanabō (金棒). Jusque là, Kaido correspond à tous ces points, sauf les fringues en tigre et les dents/griffes pointues
Il existe plusieurs sortes d’oni. Le plus courant dans la culture nippone est le rouge à 2 cornes, mais il existe aussi des oni célestes, vivant dans les nuages. Ils ont la peau bleue et une seule corne sur le front. Un oni céleste est réputé pour agir sur la météo et est donc rendu responsable des tempêtes, ou de la pluie qui ne vient pas lorsque les cultivateurs l’attendent. ;

– La transformation Su Long des Minks est similaire au mythe (européen) des loups-garous, qui se transforment également en bêtes féroces lors de la pleine lune.
Il s’agit d’humains qui ont la capacité de se transformer, partiellement ou complètement, en loup, ou en créature anthropomorphe proche du loup.
La transformation Su Long semble être inhérente à la nature des Minks, comme si elle était dans leur ADN, alors qu’un humain ne devient loup-garou que suite à des causes externes : une malédiction, un rituel volontaire, et plus récemment la morsure ou griffure d’un loup ou d’un autre lycanthrope.
Les Minks peuvent ne pas se transformer : il leur suffit de ne pas regarder directement la pleine lune. Le loup-garou ne peut normalement pas échapper à son sort, la transformation se déclenchant quand il regarde la pleine lune, quand il est touché par les rayons lunaires, voire dès que la lune est pleine. Les deux errent alors sous leur forme bestiale jusqu’au matin (ou jusqu’à ce qu’ils tombent de fatigue). Un Su Long qui se contrôle peut simplement se cacher les yeux de la Lune quand il est fatigué afin de reprendre son apparence normale.
Les lycanthropes sont majoritairement décrits comme des êtres maléfiques possédant les capacités du loup et de l’homme à la fois, une force colossale, et d’une grande férocité puisqu’ils sont capables de tuer de nombreuses personnes en une nuit. Ils se rappellent rarement leurs méfaits nocturnes après avoir repris forme humaine. Les Su Longs, qu’ils se contrôlent ou pas, peuvent provoquent des dégâts considérables et rares sont ceux qui peuvent leur tenir tête ; ils gardent quant à eux leurs souvenirs (c’est ce qui leur permet notamment d’apprendre à se contrôler peu à peu en s’entraînant). ;

– En raison de la cicatrice sur son visage, Brûlée est très jalouse des belles jeunes filles, ce qui fait qu’elle a une irrépressible envie de lacérer leurs beaux visages quand elle en rencontre. Cela ressemble un peu au célèbre mythe japonais (devenue une légende urbaine) de la Kuchisake-onna, qui signifie littéralement ‘’femme à la bouche fendue’’.
Il s’agit du fantôme vengeur d’une femme très belle mais peu fidèle ; elle fut défigurée puis tuée par son mari, un samouraï jaloux. Elle revient d’entre les morts et tue comme elle a été assassinée : ressemblant à une femme avec un masque chirurgical (chose commune au Japon, quand on est malade ou qu’on veut un peu atténuer la pollution respirée), armée d’une paire de ciseaux, elle s’en prend surtout aux enfants et adolescents, leur demandant : « Suis-je belle ?« . Si l’enfant répond oui, elle retire alors son masque et lui montre sa bouche lacérée. La femme lui demande à nouveau : « Même comme ça ?« . Si l’enfant répond « non », elle le tue immédiatement. Au contraire, s’il répond « oui », alors Kuchisake-onna le raccompagne chez lui et le tue devant la porte de sa maison (ou lui entaille le visage comme elle). Il existe d’autres versions de la légende dans lesquelles la jeune femme s’attaque plutôt aux hommes ou bien la solution pour échapper à sa vengeance est de lui répondre qu’elle n’est ni belle ni laide (pour la rendre confuse) ou de lui retourner ses questions (ce qui la fera fuir).
La cicatrice de Brûlée est principalement verticale et elle utilise ses longs ongles pointus pour blesser ses victimes, tandis que la femme de la légende a une cicatrice horizontale et utilise une paire de ciseaux. ;

Barbe Blanche a quelques éléments qui peuvent le faire ressembler au dieu Poséidon : c’est un des 4 Empereurs (statut qui démontre sa force), son pouvoir du Gura Gura no Mi lui permet de créer des raz-de-marées (tout comme Poséidon maîtrise les océans), et son Bisento (légendaire -> 1 des 12 Saijo Ô Wazamono) qu’il ne quitte jamais est analogue au trident, l’arme signature du Dieu. ;

Toratsugu, un des personnages de One Piece x Kyoto (un événement à Kyoto en 2017), a mangé le Tori Tori no Mi modèle Nue, lui permettant de se transformer totalement ou partiellement en nue (prononcez ‘’noué’’). Un nue (鵺) est une créature fantastique de la mythologie japonaise, ayant la tête d’un singe, le corps d’un tanuki, les pattes d’un tigre et un serpent à la place de la queue. À cause de son apparence, il est souvent appelé chimère japonaise. Les nue peuvent se transformer en nuage noir et voler, et sont considérés comme étant des créatures malveillantes, porteuses de malchance et de maladie. ;

– Il est possible que le rapport entre Carrot et la Lune (qui la fit se transformer en Sulong), ne soit pas un hasard : le lapin lunaire, ou lièvre de jade, est une tache sur la Lune qui a (plus ou moins) une forme de lapin. L’histoire d’un lapin vivant sur la Lune existe dans de nombreuses cultures, notamment dans la mythologie aztèque et dans le folklore de l’Asie de l’Est, où il utilise un mortier et un pilon. Folklore Dans la mythologie chinoise, il est souvent présenté comme un compagnon de la déesse de la lune Chang’e, fabriquant constamment de l’élixir de longue vie pour elle ; mais dans les versions japonaise et coréenne, il utilise un pilon pour préparer du mochi (une pâte obtenue par pétrissage de riz gluant cuit, qui accompagne de nombreuses recettes au Japon). C’est une légende bien connue au Japon, qui a été reprise dans pas mal d’oeuvres artistiques, dont récemment Super Mario Odyssey. ;

– Le fait que Judge Vinsmoke ait pour épithète ‘’Garuda’’, ainsi que la présence d’un grand oiseau comme symbole dans la salle du trône de son royaume, sont sûrement basés sur le Garuda, un oiseau légendaire ou une créature semblable à un oiseau dans la mythologie hindoue, bouddhiste et jaïne. Il est, suivant les occasions, le ‘’véhicule’’ (vahana) du dieu hindou Vishnu, un protecteur du dharma et Astasena dans le bouddhisme, et le Yaksha (= esprit naturel) du Tirthankara (≈ bouddha) jaïn Shantinatha. Garuda est décrit comme le roi des oiseaux et une figure semblable à un milan sacré. Il apparaît soit sous forme zoomorphe (oiseau géant aux ailes partiellement ouvertes), soit sous forme anthropomorphique (homme avec des ailes et quelques traits aviaires).
Garuda est généralement un protecteur ayant le pouvoir d’aller rapidement n’importe où, toujours vigilant et ennemi du serpent. Il est aussi connu sous le nom de Tarkshya et Vynateya. Garuda fait partie des insignes d’État en Inde, au Myanmar, en Thaïlande, au Cambodge et en Indonésie. L’emblème national de l’Indonésie (depuis 1950) s’appelle Garuda Pancasila : il représente Garuda (doré) avec un bouclier héraldique sur sa poitrine et un parchemin dans ses serres. Les 5 symboles du blason représentent l’idéologie de l’État indonésien, les Pancasila ou « cinq principes ». Sur le parchemin est écrit ”Bhinneka Tunggal Ika”, soit « Unité dans la diversité » ou plutôt “(Bien que) divisée, elle est une”. ;

Oz, l’énorme géant devenu un zombie de Moria, devrait son nom au dieu nordique Óðr (‘’le furieux/frénétique’’ en vieux norrois), ou Óð, ou Ód, parfois écrit en anglais Odr or Od. C’est le dieu des blés ainsi que l’époux de la belle déesse Freyja. Immédiatement après leur mariage, Ód partit en voyage vers des contrées lointaines et inhospitalières. À peine était-il parti que les dieux le considérèrent comme étant mort. Profondément attristée, Freyja parcourut le monde à sa recherche, le retrouvant naufragé et transformé en monstre des mers. Mélancolique mais loyale, elle resta et le réconforta. Toutefois une nuit, tandis qu’elle dormait, un audacieux chasseur tua la bête qu’Ód était devenu. Émus par le désespoir absolu de la déesse, les Ases (dieux) acceptèrent l’entrée d’Ód dans les Sessrúmnir (la demeure de Freyja), en dépit du fait qu’il ne soit pas mort au combat, pour que lui et Freyja soient à jamais ensemble. ;

César Clown, avec son visage sinistre, ses cheveux décoiffés et ses cornes le font ressembler à une image stéréotypée d’un démon; en particulier Baphomet, une divinité païenne (Mahomet ?) devenue diabolique, le plus souvent représentée comme un être mi-homme mi-chèvre, avec des seins.
Aujourd’hui, le symbole est associé à tout ce qui touche à l’occultisme, la magie rituelle, la sorcellerie, le satanisme et l’ésotérisme. Baphomet apparaît souvent dans la culture populaire et identifié avec quelque chose d’occulte. C’est le symbole de la connaissance (une des étymologies possibles de son nom vient de l’arabe ‘’Abu fihama(t)’’, ce qui signifie ‘’Père de la compréhension’’) et il représente une tradition qui devrait aboutir à un ordre social parfait, ce qui explique peut-être pourquoi il fut utilisé comme symbole par les alchimistes et les francs-maçons. César est l’un des meilleurs scientifiques du monde, même s’il est totalement immoral.
Baphomet représente à la fois le bien et le mal, tandis qu’à Punk Hazard, César cultivait une image de bienfaiteur chez ses subordonnés et les enfants, tout en restant en réalité un bâtard complet. En effet, comme le dit sa page wikia : ‘’Barbe Brune et les autres centaures présents sur l’île de Punk Hazard sont extrêmement reconnaissants envers César pour les avoir pris sous son aile après qu’ils aient perdu l’usage de leurs jambes. Ils le considèrent comme un « Dieu » sauveur et bienfaiteur, lui vouant une confiance aveugle. Barbe Brune compare Vegapunk au diable et César à Dieu et croit que César continue ses recherches pour le bien de l’humanité, tout du moins au début de l’arc.’’.
C’est bien visible à Zo, où il est à la fois le problème et la solution des habitants face au gaz toxique employé par Jack : c’est lui qui l’a créé mais, forcé par Chopper et Sanji, il synthétise un remède aérien et à injecter chez les malades. Dans une moindre mesure, il participe à la tentative d’assassinat de Big Mom, où ses lances KX (Mal) devaient abattre l’Impératrice pirate autoritariste (Bien). ;

– Dans le SBS du tome 43, Oda explique : “Il y a différentes légendes à travers le monde concernant des esprits gardiens des bateaux. « Klabautermann » est le nom de l’un de ces êtres qui provient d’une histoire allemande. Au japon, on parle de « Funadama« . Avec un Klabautermann à bord, on peut naviguer en toute sécurité.
Un Funadama est un esprit (souvent féminin) de la mythologie shinto vénéré par les pêcheurs et les marins en tant que protecteur des navires. Un trou est fait dans le mât du navire et certains objets y sont insérés pour symboliser l’esprit, incluant les cheveux d’une femme, des poupées, deux dés, douze pièces de monnaie et cinq grains (chaque objet symbolisant qqch). Il accorderait des captures abondantes s’il est vénéré alors les prises sont rares.
Un Klabautermann est un kobold d’eau qui aide les marins et les pêcheurs de la mer Baltique et de la mer du Nord dans leurs tâches. C’est une créature joyeuse et assidue, dotée d’une compréhension experte de la plupart des embarcations et d’un talent musical irrépressible. On pense qu’il sauve les marins tombés à la mer.
Il ressemble à un petit marin en jaune avec une pipe à tabac et un bonnet de marin en laine, portant souvent un maillet à calfatage. Cette figure est sculptée et attachée au mât en tant que symbole de chance. Malgré ses attributs positifs, il y a un présage associé à sa présence : aucun membre d’un navire béni par sa présence ne le verra jamais. Il ne devient visible que pour l’équipage d’un navire condamné. (Le Klabautermann de One Piece correspond bien physiquement et moralement à la version originale et bienveillante de la créature (sauf pour la pipe en bois)).
Plus récemment, le Klabautermann est parfois décrit comme ayant des attributs plus sinistres et est blâmé pour ce qui ne va pas sur le navire. Cette incarnation du Klabautermann est plus similaire à un démon ou à un gobelin, susceptible de faire des farces (des ‘’pranks’’) et, au final, de condamner le navire et son équipage. Cette détérioration de son image vient probablement du fait que les marins, une fois rentrés chez eux, racontent leurs aventures en mer. Comme la vie en mer peut être assez sombre, toutes les créatures – réelles, mythiques et entre les deux – sont finalement devenues le centre d’histoires assez affreuses. ;

– Le surpuissant Knock Up Stream est probablement inspiré d’événements naturels similaires, tels que :
>les éruptions limniques, qui sont le résultat d’un dégazage soudain et brutal d’un lac méromictique, relâchant les gaz volcaniques émis en continu par un volcan et accumulés durant des années dans les couches profondes du lac.
>les geysers, qui sont des sources d’eau chaude qui jaillissent par intermittence en projetant à haute température et à haute pression de l’eau et de la vapeur. En raison d’une infiltration souterraine, chauffée par le magma ou simplement la chaleur géothermique, de l’eau est chauffée et mise sous pression, propulsée alors vers la surface par effet de convection. L’orifice de surface est généralement étroit (et résistant à la pression), relié à des conduits fins qui mènent à d’imposants réservoirs d’eau souterrains.
>les geysers maritimes, ou trous souffleurs littoraux, des orifices au sol (appelé évents), généralement en bordure de mer, où de l’eau est projetée en hauteur par suite des mouvements de flux et de reflux de la mer dans une galerie souterraine, comprimant puis détendant de l’air coincé dans une cavité ; s’il existe un orifice communiquant avec le sol, une partie de l’eau repoussée peut être recrachée au niveau de l’orifice.

Mais au niveau mythologique (grecque), il peut faire penser à Charybde, fille de Poséidon et de Gaïa. Elle avait l’appétit vorace et lors du 10ème des travaux d’Héraclès (ramener le troupeau de Géryon), elle subtilisa une partie du troupeau en question ; Zeus la punit alors, en la foudroyant et la changeant en un gouffre marin. Depuis, elle est condamnée à avaler trois fois par jour d’immenses quantités d’eau, incluant navires, marins et poissons. Elle dévore tout et rejette l’eau, ainsi que ce qui n’est pas comestible, et terrifie les marins. Charybde sera souvent représentée sous la forme d’un immense tourbillon marin, dévastateur, aspirant tout sur son passage et tuant les marins par dizaine. ;

– Quand Brook explique comment il est mort, que son âme (ressemblant à un petit nuage) est montée au ciel, mais que grâce à son fruit elle est revenue, cherchant son corps, cela fait référence aux hitodama (人魂, ‘’âme humaine’’) du folklore japonais. Ce sont des boules de feu qui flottent le plus souvent au milieu de la nuit. Elles passent pour être les âmes des morts (récemment décédés) qui se sont séparées de leurs corps, d’où leur vient leur nom.
Comme pour toutes les légendes, ils ont des caractéristiques communes à travers le Japon, mais avec des différences selon les régions. Ils volent lentement à une altitude peu élevée. De couleur bleue, orange, ou rouge, ils ont aussi une queue courte ou longue. On les voit généralement la nuit, mais quelques-uns ont été observés pendant la journée. Il est plus courant d’en voir près des tombes, évidemment. ;

> La forme de l’Ope Ope no Mi (un cœur) ainsi que sa capacité unique à octroyer la vie éternelle peut peut-être être lié aux Pêches d’Immortalité de la mythologie chinoise. Elles sont consommées par les immortels en raison de leur vertu mystique de conférer une grande longévité à tous ceux qui les mangent. Les pêches symbolisant l’immortalité (ou le souhait d’une vie longue et en bonne santé) sont un symbole courant dans l’art chinois. Elles apparaissent dans les représentations ou les descriptions de nombreuses fables, peintures et autres formes d’art, souvent en association avec des iconographies dans le même thème, comme certaines divinités ou immortels ou d’autres symboles de la longévité, tels que les cerfs ou les grues.
Il s’agit d’un élément majeur du roman fantastique La Pérégrination vers l’Ouest. Sun Wukong avait été placé en tant que Protecteur des Pêches au paradis, qui prenaient des millénaires à pousser et mûrir, et réalisa rapidement leurs effets légendaires (en consommer une donne + de 3 000 ans de longévité). Lorsqu’il fut seul au milieu des pêchers, il dévora sans aucune retenue les plus beaux fruits. Plus tard, il reçut la visite des Yunu, suivantes de Xiwangmu (l’Impératrice du Ciel), venues cueillir des pêches dans son jardin pour la grande fête donnée en l’honneur des plus grands Immortels du Ciel. Comme il n’était pas sur la liste des invités, il endormit les suivantes, se rendit à l’endroit du festin pour endormir les serviteurs et s’y gava de tout ce qu’il pouvait y trouver. Ivre, il atterrit dans le palais de Laojun et s’empara des pilules d’immortalité que celui-ci réservait aux convives du Ciel avant de regagner son royaume, conscient de ce qu’il avait fait. Il fut vaincu par les dieux et très gravement puni pour tout cela.
Dans la cuisine chinoise, une pêche de longévité (ou shoutao) est un type de pain aux graines de lotus. Il est blanc avec un bout teint en rouge et un pli sur le côté, imitant la forme d’une pêche. C’est une représentation des pêches de l’immortalité. La pâtisserie est généralement servie lors des anniversaires des personnes âgées, car elle célèbre leur accomplissement d’avoir atteint un âge avancé.
Les pêches sont représentées d’une façon assez spéciale dans l’art japonais : on leur rajoute souvent un bout pointu, ce qui les fait plus ou moins ressembler à un coeur (image), bien que cela soit plus souvent pris pour la forme de fesses… ;

Inuarashi (Caborage en VF) est un chien Mink et l’un des deux ducs du duché de Mokomo sur Zou, ‘’régnant’’ de 6h du matin à 6h du soir. En raison de sa forme très humanoïde et sa tête de chien, il fait penser aux Inugami (犬神, ‘’dieu chien’’), une créature mythologique de la mythologie japonaise qui ressemble à un chien. Plus précisément, c’est un type de shikigami, émanant d’un chien et lui ressemblant. Généralement, il exécute une vengeance ou agit comme gardien si l’inugami-mochi (le propriétaire de l’inugami), le lui ordonne. Les inugami sont extrêmement puissants, capables d’exister indépendamment de leur propriétaire et même de se retourner contre lui. Ils peuvent aussi posséder un être humain.
La croyance populaire sur la technique de création d’un inugami est assez macabre : il faut enterrer un chien jusqu’au cou et placer de la nourriture autour de lui qu’il ne peut pas atteindre, le laissant agoniser jusqu’à sa mort (une légende parle d’une femme qui lui coupa la tête avec une scie en bambou). Son esprit se libère finalement et il devient un inugami. Puisque son dernier souhait était de manger, les aliments placés autour du corps agissent comme une offrande qui apaise son esprit, le rendant du coup obéissant. Cependant, l’inugami est très puissant, et peut hanter, posséder ou attaquer son propriétaire par vengeance ou s’il est offensé. ;

Pica présente des similitudes avec le demi-géant de la mythologie grecque Antée. Les deux sont invincibles tant qu’ils restent en contact avec le sol : Pica peut se déplacer dans le sol et ne laisser qu’une coquille vide en pierre (voire envelopper son corps de pierre et façonner la roche pour se battre), tandis qu’Antée se régénère en contact avec la Terre, sa mère (Gaïa).
Les deux sont également vaincus dans les airs : Zoro découpa un Pica titanesque jusqu’à trouver son véritable corps et le vainquit enfin. Antée fut vaincu par Héraclès, alors que celui-ci était à la recherche des pommes d’or du jardin des Hespérides ; Le héros le souleva de terre puis l’étouffa. ;

– Le nom du fruit de Wapol est le Baku Baku no Mi. Il est peu probable qu’il vienne de l’onomatopée ‘’Baku’’, qui est le son de la tôle frappée, mais plus logiquement de l’expression ‘’Baku Baku Tabeteru’’, soit ‘’ingurgiter’’ en français. Une autre dérivation possible est que ce fruit soit inspiré du Baku (獏 ou 貘), un yokai de la mythologie japonaise originaire du folklore chinois, qui se nourrit des rêves et des cauchemars : dans certaines régions, les gens ont coutume de faire appel à lui (par des prières/incantations) pour lui donner à manger leurs mauvais rêves, voire pour chasser le mal, car il pourrait aussi manger les ‘’esprits maladifs’’.
Il est assez habituel que les yokais soient imaginés différemment selon l’endroit et/ou l’époque, mais le baku est vraiment le summum de ce manque de cohérence : en Chine, il est originellement décrit comme un ‘’léopard blanc’’, puis un ours jaune, puis un animal avec une petite tête, des pattes courtes et des taches noires et blanches, puis un animal identique au panda.
Il devient familier au Japon dès la période Muromachi (XIVe-XVe siècles). Un manuscrit du début du XVIIe siècle, le Sankai Ibutsu, décrit le baku comme une chimère de la mythologie chinoise, avec une trompe d’éléphant, des yeux de rhinocéros, une queue de bœuf, des pattes de tigre, qui est censée protéger de la pestilence et du mal, quoique les capacités de protection contre les cauchemars ne soient pas mentionnées. Enfin, pendant la période japonaise classique (pré-Meiji, donc avant 1868), une estampe dépeint un baku avec une tête, des défenses et un tronc d’éléphant, des cornes et des griffes de tigre. (En réalité, ça doit surtout être un tapir [animal à petite trompe aussi appelé ‘’baku’’ en japonais] qu’un ivrogne a imaginé n’importe comment, puis il y a eu un téléphone arabe infini…)
Depuis les années 1980, le baku apparaît dans les mangas, anime et autres formes de culture populaire, non plus comme une chimère d’un éléphant et d’un tigre, mais comme un tapir : par ex, dans Pokémon, Soporifik et Hypnomade puis Munna et Mushana sont inspirées de l’apparence et des capacités du baku. ;

– Il y a plusieurs références à la Bible dans One Piece :
>L’arbre d’Adam est un arbre géant dont le bois est le plus résistant et de la plus haute qualité que l’on trouve dans le monde. Sa rareté le rend très précieux, et il est considéré comme un grand trésor. Adam est le premier homme créé par Dieu dans la Genèse, et vivait au jardin d’Eden avant d’en être banni. |
>L’arbre d’Eve est un arbre gigantesque (+ de 10 km de haut) dont les racines apportent depuis la surface de la lumière et de l’oxygène à l’Île des Hommes-Poissons, située au fond de la mer. Eve est la première femme créée par Dieu dans la Genèse, à partir d’une côte d’Adam, et vivait au jardin d’Eden avant d’en être bannie. |
>L’Arbre de la Cognition était un arbre vieux de 5000 ans, situé sur l’Île d’Ohara (West Blue), dévastée depuis le Buster Call. Il a été utilisé comme bibliothèque pendant des siècles, et contenait des milliers de ressources historiques qui ont été recueillies depuis l’ensemble du globe. L’arbre de la connaissance du bien et du mal est un des deux arbres principaux (et mystérieux) du Jardin d’Eden, avec l’arbre de vie. C’est sur ses branches que poussent les fruits défendus, que Dieu interdit à Adam de manger ; mais le serpent tenta Eve pour qu’elle le fasse… |
>Bartolomew Kuma pourrait être nommé d’après Barthélémy, un des 12 apôtres de Jésus (en plus du pirate Bartholomew Roberts). C’est peut-être une des raisons expliquant pourquoi il tenait toujours une Bible avant l’Ellipse. |
>Le fait qu’Ener aime les pommes, tandis qu’il se prend pour Dieu, est peut-être une référence au fameux fruit défendu de la Genèse qui a causé le péché originel et dont on paye toujours le prix aujourd’hui, putain (Dieu, gros rageux). |
>Crocus vivant dans la Whale Island Laboon (qui avala le Vogue Merry à peine arrivé sur Grand Line) rappelle l’histoire de Jonas, le cinquième des douze petits prophètes de la Bible. C’est le personnage principal du livre de Jonas qui fait partie de la Bible hébraïque et de l’Ancien Testament chrétien. Il fut jeté à la mer et avalé par un gros poisson (une ‘’baleine’’) dans lequel il resta 3 jours et 3 nuits avant d’être recraché sur le rivage, afin d’accomplir sa mission confiée par Dieu (qui était de prophétiser la destruction de la ville de Ninive, capitale de l’empire assyrien), qu’il avait tenté de fuir dans un premier temps. |
>Les deux gigantesques jumeaux King Bulls Sodome et Gomorrhe de la Franky Family ont leurs noms tirés d’un passage de la Genèse : proches de la Mer Morte (en actuelle Jordanie), les deux villes Sodome et Gomorrhe, gangrenées par le péché (luxure, gourmandise, orgueil, paresse, égoïsme… selon Ézéchiel 16: 49-50) et les mauvaises moeurs (surtout l’homosexualité), s’attirèrent la colère de Dieu et furent détruites par une pluie de feu et de soufre. Dans One Piece, Sodome fut mis à terre par un tir de mortier et Gomorrhe a été rendu aveugle par un boulet reçu dans les yeux lors de la bataille à Enies Lobby. Ils ont heureusement été soignés par Chopper lors de leur retour à Water Seven. |
> Noah, l’ancien navire géant datant du Siècle Perdu, est bien sûr inspiré de l’Arche de Noé (cf Lieux : Île des Homms-poissons). ;

– Le design de Peterman (le chef d’un gang de kidnappeurs à Sabondy) pourrait venir de Robin des Bois. Ironiquement, le premier est amoral et vénal, capturant les autres pour les vendre comme esclaves des riches, plutôt que de dérober ceux-ci comme dans la légende.
Robin des Bois (Robin Hood en anglais) est un personnage fictif, héros légendaire et archétypal du Moyen Âge anglais. D’abord sujet d’une tradition orale, il devient un personnage littéraire dès le XIVe siècle, puis le héros de diverses chansons de gestes du XVe siècle (≈ ballade). Selon la légende, telle qu’elle est répandue aujourd’hui, Robin des Bois était un brigand au grand cœur qui vivait caché dans la forêt de Sherwood et de Barnsdale. Habile archer et braconnier, mais aussi défenseur des pauvres et des opprimés avec ses nombreux Joyeux Compagnons (‘’Merry Men’’ en anglais), il détroussait les riches au profit des pauvres ou rendait au peuple l’argent des impôts prélevés, selon les idéaux des auteurs. Le shérif de Nottingham est un de ses ennemis récurrents. ;

Koncelot, un Mink-renard et l’un des trois mousquetaires d’Inuarashi, semble être un jeu de mot entre « kon », le cri du renard en japonais, et Lancelot, l’un des chevaliers de la Table Ronde.
Lancelot du Lac est un des Chevaliers de la Table Ronde de la légende arthurienne. Il est généralement considéré comme le plus grand compagnon du roi Arthur, le seigneur de Joyeuse-Garde et le plus grand épéiste et jouteur de l’époque – jusqu’à ce que sa liaison adultère avec la reine Guinevere soit découverte, provoquant une guerre civile exploitée par Mordred et entraînant la fin du royaume d’Arthur.
Sa première apparition en tant que personnage principal est dans le poème Lancelot ou le Chevalier de la charrette, écrit par Chrétien de Troyes au XIIe siècle. Plus tard, ses exploits ont été étendus dans la ‘’prose Lancelot’’, qui a été élargie pour le vaste cycle Lancelot-Graal. Là, le fils qu’il a eu avec Lady Elaine, Galahad, devient un chevalier encore plus parfait et accomplit la Quête du Saint Graal. ;

.

– Après s’être fait abandonné par son troupeau à cause de son nez bleu et de sa consommation d’un fruit du démon, Chopper avait voulu se rapprocher des humains. Cependant, sa forme humaine était plus proche d’un monstre poilu que d’un homme lambda, ce qui les effraya. Cela rappelle les histoires sur l’homme sauvage, une figure mythologique qui apparaît dans la littérature et les œuvres d’art de l’Europe médiévale. Couvert de poils et souvent armé d’un gourdin, il constitue un lien entre l’humanité civilisée et les esprits de la nature sauvage. L’image de l’homme sauvage a subsisté en héraldique jusqu’au XVIe siècle, principalement en Allemagne. Le concept d’homme sauvage médiéval s’inspire des mythologies grecque et romaine (faunes et Sylvanus), de la Bible (Nabuchodonosor puni par Dieu), ou des légendes celtiques.
En plus de ces influences mythologiques, l’homme sauvage médiéval s’inspire également des écrits d’historiens antiques (comme Hérodote, Ctésias, Quinte-Curce…), quoiqu’à un degré probablement moindre. Ces hommes sauvages antiques sont nus et parfois couverts de poils, mais habitent généralement une terre très lointaine, les distinguant de l’homme sauvage médiéval, dont on croyait qu’il existait juste à la frontière de la civilisation.
Des descriptions déformées de singes ont pu contribuer aux conceptions antique comme médiévale de l’homme sauvage, comme Pline l’Ancien (23 – 79 ap. J-C) qui, dans son Histoire naturelle, décrit une race de créatures ‘’silvestres’’ (sauvages) indiennes ayant des corps humanoïdes, mais couverts de fourrure, possédant des crocs, et étant incapables de parler, description qui correspond aux gibbons vivant dans la région.
.
Chopper est probablement dérivé en particulier de deux créatures imaginaires :
>Le Yéti ou ‘’Abominable Homme des neiges’’ est une créature folklorique ressemblant à un singe, plus grande qu’un humain moyen, qui habiterait les montagnes de l’Himalaya. Les noms Yeti et Meh-Teh sont couramment utilisés par les peuples autochtones de la région et font partie de leur histoire et de leur mythologie (folklore du Népal, de l’Inde, du Bhoutan et du Tibet). Les histoires du Yeti sont apparues au XIXe siècle comme une facette de la culture populaire occidentale. Du fait de l’absence de preuve matérielle de son existence, la communauté scientifique le considère comme un être légendaire, un cryptide peut-être né de l’observation de fossiles de gigantopithèque par des populations himalayennes dépourvues de connaissances scientifiques. Les soit-disantes observations de la bête ou de ses empreintes ne seraient que celles d’ours, de loups ou des inventions/canulars/erreurs. |
>Le Bigfoot, ou Sasquatch, est une créature légendaire du folklore américain qui vivrait au Canada et aux États-Unis. La multiplication des témoignages laisse penser qu’il ne s’agit pas d’un individu, mais de plusieurs créatures. Le nom bigfoot (« grand pied » en anglais) lui a été donné par les premiers colons lors de la conquête de l’Ouest, du fait de sa grande taille présumée et surtout des empreintes gigantesques qu’il laisserait après son passage. Cet être humanoïde, souvent décrit comme un ‘’chaînon manquant’’ entre les humains et leurs ancêtres (ou d’autres grands singes), occuperait principalement les grandes chaînes de montagnes (Adirondacks, Rocheuses, et Appalaches), ainsi que les régions très boisées et faiblement peuplées par l’homme (les Everglades). Au fil des ans, ces créatures ont inspiré de nombreuses entreprises commerciales et canulars. Les folkloristes associent la figure de Bigfoot à une combinaison de facteurs et de sources, comprenant le folklore entourant la figure de l’homme sauvage européen, la croyance populaire chez les Amérindiens et les bûcherons, et une augmentation culturelle des préoccupations environnementales. ;

.

– Les membres de la Tribu des Trois-Yeux, dont Charlotte Pudding fait partie en tant que métisse, ont la particularité d’avoir un œil sur le front qui, quand il est ‘’éveillé’’, leur permet de lire et déchiffrer les Ponéglyphes. On ignore tout sur cette tribu, mais cela ne semble pas être une tâche facile. Pudding indique également qu’en tant que métisse, elle n’est même pas sûre de pouvoir éveiller son pouvoir un jour.

Un troisième œil est une particularité sacrée pour certaines religions orientales. Cet ‘’œil intérieur’’ ou ‘’œil de l’âme’’ est une métaphore mystique et ésotérique qui désigne, au-delà des yeux physiques, un troisième regard, celui de la sagesse, à utiliser pour observer le monde et soi-même afin de mieux les comprendre. Dans l’hindouisme et le bouddhisme, le troisième œil est appelé Urna ou jnana chakshus (l’œil de la connaissance), s’obtenant suite à l’illumination par la méditation. Il est représenté sur le front des divinités, des saints et des bouddhas sous forme d’une marque sur le front.
Le Jnana-chakshus (litt. oeil de la sagesse) est le nom sanskrit pour le troisième œil, attribut du dieu Shiva, et très reconnu en Inde. C’est celui qui donne des visions. C’est l’œil qui voit au-dessus de la réalité, qui perçoit l’énergie spirituelle, les chakras et le yantra, une fois la réalisation de son Soi intérieur atteinte. Le troisième œil est souvent associé à des visions religieuses, la clairvoyance/précognition, la capacité d’observer les auras, et aux expériences extracorporelles. Cela ressemble aux pouvoirs que semblent donner l’éveil de l’œil de cette tribu.

Dans le taoïsme et de nombreuses sectes religieuses traditionnelles chinoises comme le Chan (zen en japonais), « l’entraînement du troisième œil » consiste à centrer l’attention sur le point situé entre les sourcils, les yeux fermés et le corps dans diverses postures de qigong. Cet entraînement doit permettre aux étudiants de s’accorder avec la « vibration » correcte de l’univers et d’obtenir une base solide sur laquelle atteindre des niveaux de méditation plus avancés. Le Troisième œil (ou œil de l’esprit) est l’un des principaux centres énergétiques du corps situé au sixième chakra, sur le méridien principal. Cet œil serait lié aux souvenirs d’une personne, et permet également de créer des images mentales d’objets sans perception sensoriel, comme pour l’hindouisme (et éventuellement aussi voir les fantômes/esprits). Le lien avec la mémoire rappelle le Fruit du Démon de Pudding, le Memo Memo no Mi.

Dans la théosophie, il est lié à la glande pinéale, une glande endoctrine du cerveau des vertébrés. Le philosophe français René Descartes en parlait comme du ‘‘siège de l’âme’’. Le troisième œil se réfère à la porte qui mène aux royaumes intérieurs et aux espaces de conscience supérieure.
Dans la spiritualité du New Age, le troisième œil symbolise souvent un état d’illumination ou l’évocation d’images mentales ayant une signification spirituelle ou psychologique profondément personnelle. ;

.

– Le pouvoir de Gol Tesoro de transformer en or tout ce qu’il touche ressemble à la légende du roi Midas, un personnage mythologique grec de Phrygie, fils de Gordias. Il se suicida en 676 avant notre ère, lors de l’invasion de la Phrygie par les Cimmériens.
Midas est le héros de nombreuses histoires, la plus célèbre restant celle-ci : Silène (satyre et père adoptif de Dionysos), ayant bu plus que de raison, s’égare jusque sur les terres de Midas, qui le recueille et lui offre l’hospitalité. Dionysos, à sa recherche, le trouve là et remercie l’hôte de celui qui l’a élevé en lui accordant un vœu. Midas demande alors la faculté de transformer en or tout ce qu’il touche. Mais comme dit le proverbe : ‘’Be careful what you wish for’’ : son pouvoir s’avère être un cauchemar, comme il métamorphose tout ce qu’il touche en métal précieux, y compris ce qu’il voudrait ne pas transformer : la nourriture devient immangeable, et il change même sa fille en statue d’or en voulant la prendre dans ses bras.
Il supplie alors le dieu de reprendre son présent. Dionysos lui ordonne alors de se laver les mains dans les eaux du Pactole, dont le sable se change en or. Cette légende permet d’expliquer le caractère aurifère des fonds, auquel la Phrygie doit une bonne partie de son empire. ;

O-Tama possède un fruit du démon qui lui permet de transformer des parties de son corps en nourriture (lorsqu’elle les détache). Il lui suffit d’entourer de la peau avec ses doigts et de dire  »Kibidango ! » pour la détacher sous forme de boulette, permettant d’apprivoiser n’importe quel animal, et même les utilisateurs de Smiles. Ceux-ci lui jurent ensuite obéissance et n’obéissent qu’à elle.
Les kibidangos qui apprivoisent les animaux sauvages sont aussi une référence à l’histoire de Momotarō, un garçon surpuissant né d’une grande pêche flottant sur une rivière. Il distribue à des animaux ces boulettes de pâte de farine de milet (recette obsolète : de nos jours, on utilise du riz gluant, de l’amidon, du sirop et du sucre). Les animaux en question sont un faisan, un singe et un chien, qui vont prêter allégeance, rejoindre et aider le jeune garçon jusqu’à l’affrontement final contre Ura, le chef des démons sur l’île d’Onigashima. Après cela, il retournera chez ses parents avec ses amis avec le trésor des démons. Lui et sa famille passèrent une vie agréable tous ensemble. ;

– Jusqu’à présent, O-Tama a apprivoisé un komainu, un babouin géant et Speed, une utilisatrice du Zoan Smile du cheval. Un komainu (狛犬, litt. ‘’chien coréen‘’) est une créature semblable à un lion-chien qui est représentée sous forme de statue pour garder l’entrée ou le honden (sanctuaire intérieur) de nombreux sanctuaires shintoïstes. On les trouve généralement par paires, l’une de chaque côté de l’entrée, l’une avec la bouche ouverte pour représenter la syllabe a (a-gyō) ou le début des choses, et l’autre avec la bouche fermée pour représenter la syllabe un (un-gyō)ou la fin des choses, comme pour les statues de Niō. Ils se trouvent parfois aussi dans les temples bouddhistes, dans les résidences de la noblesse et même dans des domiciles privés. Le komainu est également une des pièces du shōgi, l’échiquier du jeu d’échec au Japon. ;

– Le nom du fruit de Brook, le Yomi Yomi no Mi, peut avoir 2 origines : « yomigaeru » (蘇る) signifie ‘’revivre’’ ou ‘’renaissance’’, et ‘’yomi no kuni’’ (黄泉の国) est le ‘’Royaume des morts’’ ou ‘’Au-Delà’’ japonais. Intéressons-nous donc au deuxième :
Yomi ou Yomi-no-kuni est le pays des morts, littéralement le ‘’monde des ténèbres’’, semblable à l’Hadès grec ou au Shéol hébreu. Son existence est notamment relatée dans le Kojiki et le Nihon shoki, deux recueils traitant du mythe de la création du monde. Selon la mythologie shinto, c’est là que vont les morts dans l’au-delà. Une fois que l’on a mangé quelque chose au foyer de Yomi, il est (globalement) impossible de retourner au pays des vivants. Ce royaume des morts semble avoir une continuité géographique avec notre monde (son entrée serait située dans la province d’Izumo) et ne peut certainement pas être considéré comme un paradis, ni véritablement comme un enfer : pas de récompense ou de punition ici, tous les défunts y mènent une existence sombre et obscure à perpétuité, quel qu’ait été leur comportement dans la vie.
Dans la mythologie japonaise, Yomi repose sous la terre et fait partie d’une triade de 3 lieux discutés dans Kojiki : Takamahara (高天原, ou Takama-ga-hara, litt. ‘’Haute plaine céleste’’, située dans le ciel), Ashihara-no-Nakatsukuni (葦原の中つ国 lit. « pays du milieu des lits de roseaux’’, situé sur la Terre), et Yomo-tsu-kuni (黄泉国) ou Yomi-no-Kuni (黄泉の国, litt. ‘’Terre de Yomi’’, situé sous terre). Yomi est gouverné par Izanami no Mikoto, déesse de la création devenue déesse des morts. ;

Brook pourrait être basé sur la mythologie japonaise du gashadokuro (餓者髑髏 / がしゃどくろ, litt.  »crâne affamé »), ou odokuro ( »grand crâne »), un yôkai japonais prenant la forme d’un squelette géant, 15 fois plus grand qu’une personne moyenne ; il est dit qu’il est créé à partir des amas d’os de personnes mortes de la famine ou dans des batailles, sans avoir été enterrées. Se cachant pendant la journée, il apparaît d’on ne sait où le soir, accompagné d’un bruit de claquement, et assaille les passants : il leur mord la tête et boit le sang qui s’écoule du corps décapité. Il est réputé invincible, et extrêmement puissant.
La création du gashadokuro est cependant récente, datant de la seconde moitié du 20ème siècle – dans une série de livres pour enfants publiés à la fin des années 60, le première apparition étant dans ‘’The World Mysterious Thriller Complete 2 – World Monsters’’ de Shigeaki Yamauchi – et ne doit pas être mélangée avec des histoires antérieures avec des crânes/squelettes. Même la très célèbre illustration Takiyasha la sorcière et le fantôme du squelette, un triptyque de style ukiyo-e d’Utagawa Kuniyoshi (1798-1861), particulièrement réputé pour ses représentations de scènes historiques et mythiques, ne montre qu’un ‘’spectre squelettique’’ invoqué par la princesse Takiyasha pour effrayer Ōya no Mitsukuni. Cependant, bien qu’il ne s’agisse pas directement d’un gashadokuro, on peut dire que cette image a décidé de sa représentation à notre époque. ;

– Le village d’Ebisu de Wano a ceci de particulier que les habitants sont extrêmement joyeux et (sou)rient la majorité du temps,, car ‘’si tu oublies de rire, la bonne fortune te quittera’’. C’est ce qu’ils appellent le ‘’visage d’Ebisu’’. Ils vivent grâce à Ushimitsu, une personne mystérieuse qui pille la capitale et distribue l’argent aux pauvres la nuit.
Ebisu (恵比寿) est la divinité japonaise des pêcheurs (+ marchands et travailleurs) et de la prospérité/chance. C’est l’un des sept dieux de la fortune (福神 Shichifukujin) et le seul à provenir purement du Japon sans aucune influence hindoue. Il est souvent représenté avec un grand chapeau (un kazaori eboshi) et transportant une morue ou un bar. Il est fêté le 10 janvier (le 20 octobre à Ōsaka). Cette fête shinto, qui remonte au XVIe siècle, est devenue aujourd’hui une fête commerciale.
Cette divinité populaire serait un kami ou un héros de l’ancien temps. Né sans os (ou sans bras ni jambes) – ceux-ci ne pousseront qu’à partir de ses trois ans – c’est un enfant très faible ; par la suite, il reste légèrement handicapé et sourd, mais néanmoins joyeux et de bon augure (d’où son titre « Le dieu qui rit »). Il est réputé pour être dur d’oreille, raison pour laquelle ses fidèles, avant de prier, font un grand bruit. ;

– Il y a 20 ans, Hyogoro était beaucoup plus grand et musclé, avec des cheveux et un bouc semblables à des flammes. Il portait aussi un katana. (image) Il ressemblait ainsi à Fudō Myō-ō (不動明王), nom japonais d’Acala, une déité bouddhique du mikkyō (bouddhisme ésotérique). Il est l’un des cinq rois du savoir, associé au feu et à la colère. C’est la principale divinité irritée (dharmapāla) au Japon.
Il est souvent représenté sous forme courroucée avec le visage convulsé de colère. Ses canines sont saillantes, la main droite pointant vers le haut, symbolisant le ciel et l’esprit, la gauche vers le bas, la terre et la matière. Il peut tenir une épée vajra et un lasso. Une aura de feu agitée l’entoure complètement, connue sous le nom de ‘’flamme de karura’’ (d’après une créature mythique ressemblant à un oiseau cracheur de feu, le garuda -> cf Judge). Il est assis sur un grand rocher symbolisant sa fermeté et sa détermination inébranlable. Il représente l’immuabilité (et la transmutation de la colère si irrité).
Au Japon, Acala est hautement vénéré dans le bouddhisme Shingon, Tendai, Zen, le bouddhisme Nichiren et le Shugendō. On le trouve à l’entrée de nombreux temples bouddhistes. Fudō Myō-ō est également très vénéré par certains yakuza, qui font souvent appel à son expression faciale et comportement intenses. (Hyogoro était autrefois un chef yakuza réputé) ;

– Le chef des espions d’Orochi s’appelle Fukurokuju. C’est un homme avec un crâne très haut et des lobes d’oreilles étirés. Le vice-amiral Strawberry et l’ancien leader du Gang du Pays des Fleurs Don Chinjao ont eux aussi comme point commun d’avoir un crâne démesurément allongé.
Au Japon, Fukurokuju (福禄寿, littt. ‘’longévité, richesse, bonheur’’) est l’un des Sept Dieux Chanceux de la mythologie japonaise. Plus apparenté au dieu chinois Shou, il est le dieu de la sagesse et de la longévité. Avant d’atteindre la divinité, il était un sennin (un ermite philosophe/sage avec des pouvoirs surnaturels) chinois de la dynastie Song, réputé pour ses miracles accomplis, et une réincarnation du dieu taoïste Xuanwu.
Fukurokuju est généralement décrit comme chauve avec de longues moustaches et un front allongé. On dit qu’il est une incarnation de l’Etoile Antarctique. Le livre sacré lié à son personnel contient soit la durée de vie de chaque personne sur terre, soit une Écriture magique. Il est accompagné d’une grue et d’une tortue, considérées comme des symboles de la longévité. Il est aussi parfois accompagné d’un cerf noir (des légendes anciennes disent qu’un cerf noircit s’il a plus de 2000 ans). Il est le seul membre des Sept Dieux Chanceux à avoir la capacité de ressusciter les morts. ;

– . ;

.

.

.

Voilà, c’est tout pour les créatures de légende ! Du moins pour l’instant… Dans la partie 6, nous traiterons des personnages historiques. 🙂

Tschaw ! o/

2 réflexions au sujet de « Toutes les références culturelles dans One Piece – 5) Personnages mythologiques »

  1. Ping : Toutes les références culturelles dans One Piece – 4) Films, dessins animés et séries | DJOnePiece300

  2. Ping : Toutes les références culturelles dans One Piece (personnages et lieux) | DJOnePiece300

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s