Toutes les références culturelles dans One Piece – 6) Personnages historiques

(Suite au fait que WordPress n’en pouvait plus et que je ne pouvais plus rajouter du texte sur l’article principal, j’ai dû le découper. Voici la partie 6.)

.

Les personnages sont parfois inspirés de vraies personnes de l’Histoire :

– La coupe de cheveux et le nom de Mozert, l’un des clients les plus connus du Baratie (le restaurant où Sanji travaillait) rappellent évidemment Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), le célèbre et prolifique compositeur génial autrichien, qui fut l’un des plus grands maîtres de l’opéra. ;

– Le nom de Dellinger pourrait venir de David Dellinger (1915-2004), l’un des militants pacifistes et non violents les plus influents du XXème siècle aux États-Unis, ce qui est assez ironique au vu de la personnalité violente et cruelle du membre de la Don Quichotte Family.
Le derringer était un type de petit pistolet à 1 ou 2 tirs (arme qui tua Abraham Lincoln). L’une de ses techniques (Pistol High Hell) peut en être dérivée. Les femmes utilisaient fréquemment ces armes de poing en raison de leur taille compacte, ce qui les rendaient faciles à dissimuler dans des sacs à main et des manchons, ce qui pourrait expliquer le fait que Dellinger a été élevée comme une fille. ;

Abalo Pizarro est basé sur Francisco Pizarro (1475-1541) , l’un des plus (tristement) célèbres conquistador espagnol, qui a conquis l’Empire inca et fut aussi gouverneur de l’actuel Pérou (Nueva Castilla). Il est connu pour avoir emprisonné et fait condamner à mort en 1533 l’empereur inca Atahualpa, après la bataille de Cajamarca. ;

Catarina Devon, seule femme de l’Équipage de Barbe noire, est inspirée de Catalina de Erauso (1592-1650), femme ayant un statut semi-légendaire. Destinée à être nonne, elle s’enfuit du couvent déguisée en homme et finit par devenir soldat. Courageuse, joueuse et bagarreuse, elle finit par être promue lieutenant, titre qui combiné avec sa jeunesse au couvent lui vaudra le surnom de « La nonne lieutenant ». Elle était semble-t-il une duelliste acharnée, responsable de la mort de douzaines d’hommes, dont son propre frère (qu’elle n’aurait pas reconnu dans la nuit). ;

Orlombus a plusieurs éléments provenant de l’explorateur Christophe Colomb :
>Ce sont tous deux des aventuriers, Orlombus possédant l’épithète ‘’l’Aventurier au massacre imaginaire’’. La seconde partie fait peut-être référence au  » »génocide involontaire » » des indiens Arawaks des Antilles, décimés de diverses raisons. |
>Le nom du bateau amiral de la flotte d’Orlombus, la Yonta Maria, fait penser à la Santa Maria, première caravelle de Colomb. On a le petit jeu de mots japonais habituel, avec « San » = 3 et « Yon » = 4. |
> Orlumbus est un jeu de mots entre « Columbus » et Ō (大), qui signifie ‘’grand/important’’ en japonais. |
> Son plat préféré est l’œuf dur, qui pourrait faire référence à l’œuf de Christophe Colomb, expression utilisée pour qualifier une idée simple mais ingénieuse, et basée sur une supposée (et douteuse) anecdote lors d’un repas de Colomb et des invités.
.
Columbus est l’une des membres de la Flotte Yonte Maria dirigée par Orlombus. C’est encore une fois un jeu de mots parce que c’est une fille vraiment petite et ‘’co/ko’’ (小), signifie « petit » en japonais.
.
Christophe Colomb (1451-1506) est un navigateur génois au service des monarques catholiques espagnols Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon. En réalité, il ne fut pas le premier européen à découvrir l’Amérique (les Vikings la connaissait depuis des siècles), mais celui qui, en cherchant une nouvelle route vers les Indes orientales, inaugura une longue période d’exploration des Européens vers le continent américain. Son premier voyage est retenu par l’historiographie de la civilisation occidentale comme l’événement majeur marquant le passage du Moyen Âge aux temps modernes. Il effectuera en tout 4 voyages, et sera persuadé jusqu’à sa mort d’avoir atteint les Indes orientales, le but originel de son expédition. ;

– Le criminel de guerre Suleyman est basé sur Soliman Ier le Magnifique (1494-1556), dixième sultan de la dynastie ottomane. C’est le plus grand sultan de l’empire ottoman, et celui dont le règne a été le plus long (46 ans, de 1520 à 1566). Avec Soliman II, l’empire ottoman atteint sa plus grande expansion territoriale, des frontières du Maroc à celles de la Perse, des portes de Vienne aux rives de l’océan Indien (il s’adjoindra un peu plus tard Chypre et la Crète). ;

Maynard « le Traqueur », le vice-amiral du QG de la Marine infiltré dans le Colisée, est sans doute inspiré de Robert Maynard (~1684 – 1751), lieutenant de la Royal Navy britannique et capitaine du HMS Pearl, célèbre pour avoir vaincu (et tué) le pirate Barbe Noire au cours de la bataille de l’île d’Ocracoke, le 22 novembre 1718. ;

– Le scientifique psychopathe César Clown a plusieurs origines possibles :
>Black Caesar (? – 1718) était un pirate africain du début du 18ème siècle. Pendant près d’une décennie, il a fait des expéditions pour attaquer les Keys (archipel au sud de la Floride, USA) et servit plus tard à bord du Queen Anne’s Revenge, sous les ordres de Barbe Noire, jusqu’à ce que ce dernier soit tué, et lui pendu. |

>César (Caesar en VO) était le titre des empereurs romains, dérivés du cognomen (surnom) de Jules César (100 – 44 av. J-C). Ce général, homme politique et écrivain romain marqua le monde romain et l’histoire universelle : stratège et tacticien habile, il repoussa les frontières romaines jusqu’au Rhin et à l’océan Atlantique en conquérant la Gaule, puis utilisa ses légions pour s’emparer du pouvoir. Il se fit nommer dictateur à vie, et fut assassiné peu après par une conspiration de sénateurs.
D’ailleurs, lors de son trajet sur la mer Égée en 75 av. J.-C., il est enlevé par des pirates de Cilicie (région du sud de la Turquie) qui le retiennent prisonnier durant 38 jours sur l’île de Farmakonisi et réclament une rançon de vingt talents d’or (soit 3600 deniers d’or = 28,8 kg d’or = 1 286 496 € par rapport au prix de l’or de 2019, selon mes calculs). César, gardant son attitude de supériorité, déclare en valoir cinquante, et promet de revenir exécuter les pirates après sa libération (ce qu’ils prennent pour une blague). Après que la rançon soit payée, il leur envoie une flotte de quatre galères avec 500 hommes armés, les capture dans leur repaire et les fait crucifier. En signe de clémence, il leur trancha la gorge dans un premier temps. |

>Enfin, pour son rapport privilégié avec le gaz, son hypocrisie avant de révéler son véritable visage, ses expériences immorales usant de cobayes humains, et sa recherche d’armes mortelles, il rappelle malheureusement les scientifiques nazis, en particulier l’infâme Dr Josef Mengele (1911-1979), médecin en chef du camp d’Auschwitz-Birkenau. Les sujets d’étude de Mengele étaient bien mieux nourris et traités que les autres déportés et il créa un terrain de jeux pour les enfants auxquels il se présentait comme étant « oncle Mengele », leur apportant du sucre, se préoccupant des détails de leur vie quotidienne… ceci alors qu’il était connu pour ses tendances sadiques et son absence totale d’empathie envers tous les sujets de test. Il fut responsable de la mort d’un nombre indéterminé de prisonniers qu’il tua par injection létale et lors de ses expérimentations, notamment sur des jumeaux, des personnes atteintes d’hétérochromie, de nanisme ou de difformités anatomique. Ses travaux visaient à démontrer la supériorité de l’hérédité sur les facteurs environnementaux et ainsi appuyer la doctrine nazie de la supériorité de la race aryenne. Il ne témoigna jamais le moindre remord sur ses activités durant la guerre. ;

– Le Grand Corsaire et maître épéiste Mihawk rappelle beaucoup le personnage de Cyrano, un épéiste du manga Monsters de Oda (fine moustache, longue épée, grand talent au sabre, porte un chapeau de mousquetaire sur ses cheveux bruns peignés, homme digne et d’honneur).
Or, Cyrano est lui-même recopié sur Cyrano de Bergerac, personnage du célèbre dramaturge français Edmond Rostand, dans sa « comédie héroïque » du même nom écrite en 1898 (même style, même chapeau, fines lames…).
Et pour créer son personnage de Cyrano de Bergerac, Rostand s’est lui-même librement inspiré de la vie et de l’œuvre de l’écrivain libertin Savinien de Cyrano de Bergerac (1619-1655), qui s’engagea en 1639 dans les régiments des Gardes françaises, très probablement en tant que cadet (mais pas dans les « Cadets de Gascogne », qui est une invention de Rostand) jusqu’à sa participation au siège d’Arras en 1640. Ami des lettres et de la paix, il se battait également souvent en duel et en combats « civils ». ;

– Le surnom de l’Amiral-en-chef Sengoku, dit le Bouddha, vient de Siddhārtha Gautama aussi appelé le Bouddha (« l’Éveillé »). C’était un chef spirituel qui vécut au VIe ou Ve siècle av. J.-C., fondateur historique d’une communauté de moines errants qui donnera naissance au bouddhisme. Tous les courants bouddhistes le considèrent comme le « bouddha pur et parfait » (samyaksambuddha) de notre ère, qui non seulement a atteint l’éveil, mais est capable de « mettre en branle la roue de la Loi » et de propager l’enseignement bouddhiste (« Dharma ») dans le monde. Son enseignement se transmit oralement pendant trois à quatre siècles avant d’être couché dans les textes du canon pali.
Prince naissant dans la caste des kṣatriyas (guerriers et administrateurs), la tradition affirme qu’à 29 ans, alors qu’il se promène hors de l’enceinte du palais, il découvre la souffrance endémique de son peuple qui lui avait été cachée jusqu’alors et le fossé qui la sépare du luxe de sa vie aristocratique : la vieillesse, la maladie, la mort et la sagesse, et encore d’autres. Rejetant alors titre et palais (c’est « la grande renonciation », abhiniskramana), il quitte sa ville et le palais de son père à cheval pendant une nuit. Commence alors une vie d’ascèse, où il suit les enseignements de plusieurs ermites renonçants (saṃnyāsin ou sâdhu), et entreprend des pratiques méditatives austères. Trop affaibli par son régime extrême (il manque de se noyer) qui ne lui fait de toutes façons pas atteindre l’illumination, il décide de délaisser les austérités extrêmes et de se concentrer sur la méditation, traçant la voie moyenne qui consiste à nier les excès. Il atteindra l’éveil à 35 ans. ;

Victoria Cindry, la servante zombie du Dr Hogback, était de son vivant une actrice de théâtre célèbre, simple, souriante et gentille malgré sa renommée. Elle est tombée de scène et en est morte, il y a dix ans. Son apparence (blonde, rouge à lèvres, forte poitrine, robes de soirées, boa), sa forte volonté (c’est le seul zombie qui désobéit et méprise Hogback même longtemps après l’implantation de son ombre) et sa grande popularité me fait penser à l’actrice et chanteuse américaine Marilyn Monroe (1926 – 1962). En plus, Hogback dit que Cindry (zombie ?) est dépressive, comme Marilyn dans les dernières semaines avant sa mort (elle aurait subit un avortement et demandé à plusieurs médecins une grande quantité de somnifères). ;

– Le Dr Hiluluk, un charlatan qui se présentait comme étant médecin à Drum, est un hommage à Takashi Nagai, un médecin spécialisé en radiologie, converti au catholicisme, survivant du bombardement atomique de Nagasaki et écrivain japonais. Voici leurs points communs : ils furent médecins, ils ont aidé leurs compatriotes en soignant des malades (même si Hiluluk faisait souvent pire que mieux), ils ont eu une maladie incurable et mortelle (leucémie pour Nagai, due à sa forte exposition aux rayons X).
Et surtout, tous deux ont un rapport important avec les cerisiers dans leurs pays/ville pour le peuple : le premier a passé plus de 30 ans à chercher comment colorer les flocons de neige de la couleur des cerisiers en fleur, dans l’espoir de soigner le coeur des gens, comme le sien fut guéri ; le second utilisa les 50 000 yens versés par Kyushu Times pour planter 1 000 plants de cerisiers dans le quartier d’Urakami afin de transformer cette terre dévastée en colline de fleurs (l’endroit est appelé « Nagai Senbonzakura », les « 1 000 cerisiers de Nagai »).
Les actions des deux hommes ont fortement touché les habitants de leur ville/pays (Nagasaki/Drum), qui leur ont fait un hommage (une minute de silence lors des obsèques de Nagai / pays rebaptisé « Royaume des Cerisiers » pour Hiluluk). Enfin, lors du discours et du suicide d’Hiluluk face à Wapol, un chœur chante l’Ave Maria de Schubert, ce qui renvoie à la foi chrétienne forte de Nagai. C’est l’un des rares moments de l’anime qui utilise une musique non-originale. (vidéo du passage en question).
(je vous conseille de lire l’article Wikipédia sur la vie de cet homme, qui est très touchant). ;

Chouchou est un chien blanc qui vit à Orange Town, restant nuit et jour devant une animalerie, sans bouger, car le magasin appartenait à son propriétaire décédé, Hokker. Il est inspiré de Hachikō (1923-1935), un chien célèbre au Japon pour avoir attendu quotidiennement son maître à la gare de Shibuya (un des arrondissements de Tokyo), pendant près de dix ans, même après la mort de ce dernier. Surnommé Chūken (‘’Chien fidèle’’), il est devenu un exemple de fidélité, et une statue fut érigée en son honneur à la gare de Shibuya, face au Shibuya Crossing. C’est aujourd’hui un lieu très connu de rendez-vous à Tokyo, où les amoureux viennent se prêter serment de fidélité.
Greyfriars Bobby (1856-1872) est un chien de race Skye terrier qui vécut à Édimbourg. Il est connu pour avoir passé 14 ans à garder la tombe de son propriétaire jusqu’à sa mort, ne quittant le cimetière que pour aller demander de la nourriture au restaurant où son maître l’emmenait. Plusieurs livres et films furent dédiés à son histoire (dont un film produit par Walt Disney en 1961, Bobby des Greyfriars), et on lui bâtit une statue commémorative grandeur nature, qui est devenu une attraction touristique. ;

– Le Soldat Fureur Éclair, qui préparait depuis plusieurs années un plan pour provoquer l’insurrection du peuple et renverser Doflamingo, est similaire à Guy Fawkes (1570-1606), célèbre pour avoir été membre d’un groupe provincial catholique anglais qui a planifié la Conspiration des poudres de 1605. Le groupe planifiait d’assassiner le roi Jacques Ier (ainsi que sa famille et la plupart des membres de l’aristocratie d’un seul coup) et de restaurer un monarque catholique sur le trône. Responsable de la poudre à canon stockée sous la chambre des Lords (au palais de Westminster), il fut dénoncé par une lettre anonyme, et arrêté le 5 novembre 1605. Interrogé et torturé, il avoua finalement le nom de ses complices. L’échec de Fawkes est commémoré en Angleterre depuis ce jour. Son effigie est traditionnellement brûlée sur un bûcher, souvent accompagnée d’un feu d’artifice. L’air figé du Soldat, ses joues roses et ses petites moustaches font penser au masque de Fawkes, devenu un symbole de protestation après sa reprise sur des forums Internet ou encore par le collectif Anonymous et l’Occupy movement. ;

– Les Funk Brothers, Bobby Funk et Kerry Funk sont des assassins originaires du Royaume de Mogaro ainsi que des gladiateurs qui ont participé au tournoi du Colisée Corrida pour tenter de gagner le Mera Mera no Mi. Kerry est le grand frère de petite taille, un boxeur très teigneux, tandis que son petit frère est une armoire à glace très résistante mais pacifiste, ne s’étant jamais battu de sa vie. Utilisant le pouvoir du « Fruit de la Pelisse » (Jake Jake no Mi), le petit frère peut se changer en une sorte de veste (techniquement plutôt en kigurumi humain), afin que son frère le « porte ». Il prend ensuite le contrôle de son corps, ajoutant la taille et la résistance de son frère à son ardeur au combat. Leur nom (« Funk »), leur prénoms courts sonnant américain en -y, le fait qu’ils soient frères et qu’ils participent à un tournoi dans une arène, tout ceci a été influencé par les célèbres frères catcheurs Dory Funk Jr (1941-) et Terry Funk (1944-). Dans les années 70, en plus des Etats-Unis, ils se sont aussi fait des noms au Japon où ils devenaient certainement les étrangers les plus populaires de l’histoire du Japon. (Les Funks furent les premiers gaijin (= étrangers) à être considérés comme faces (ceux qui ont le rôle de « gentils » au catch, et sont aimés du public) au Japon). ;

Andre et Candre (ou André et Candré) sont des frères jumeaux, le premier étant un pirate du Nouveau Monde allié à Barbe Blanche et le second un soldat de la Marine. Leur nom vient du musicien Yōsui Inoue (1948-), un célèbre musicien japonais qui débuta en 1969 sous le pseudonyme « Andre Candre » (et portant toujours une afro) avec peu de succès, avant de changer de label et de nom pour la sortie de son premier album en 1971. Son troisième album Kōri no Sekai est le premier album de l’histoire à dépasser le million de ventes au japon. Il sortira une vingtaine d’albums durant les décennies suivantes, vendant plus de 10 millions de disques. Andre fut également appelé ainsi par Oda en raison de sa ressemblance physique (visage et taille) avec le renommé catcheur français André le Géant (1946-1993) de la WWE.

Wallem, un Capitaine Pirate du Nouveau Monde allié avec Barbe Blanche, et ayant participé à la bataille de Marineford, doit apparemment son nom à Nordahl Wallem (1902-1972), un marin norvégien qui a participé aux Jeux olympiques d’été de Berlin en 1936. Pendant l’épreuve de course de voiliers 8 m JI (mixte), il remporta la médaille d’argent avec les 5 autres membres d’équipage du bateau norvégien Silja. ;

– Quant à Crocodile, c’est un bon petit regroupement de clichés sur la mafia italienne, que tout le monde connaît depuis le succès absolu du film de Coppola Le Parrain, sorti en 1972 et considéré comme un des meilleurs films de tous les temps. Riche as fuck (il possède un casino à Rainbase, le Rain Dinners), tiré à quatre épingles, cheveux gominés ramenés en arrière, grosses bagouzes aux doigts, gros cigare en permanence, un style classieux teinté d’orgueil/mépris (suivant s’il est question de lui ou de qqn d’autre) et de cruauté, froid et calculateur, prêt à tous les sacrifices pour parvenir à son but… et surtout : Baroque Works. C’est une importante organisation criminelle de 2000 hommes aux nombreuses activités illégales : vols, captures de pirates pour leur primes, corruption…
Il dirige tout ceci dans l’ombre, connu seulement sous le nom de code Mr 0, et secondé par les meilleurs chasseurs de primes. Et comme dans les films de mafieux, il est trahi par une taupe infiltrée dans l’organisation, ici Miss Wednesday, qui était la princesse Vivi du royaume d’Alabasta, dont il avait l’intention de rebeller la population puis prendre le pouvoir. (Il me fait aussi pas mal penser à Giovanni, le boss de la Team Rocket dans Pokémon, avec qui il partage pas mal des caractéristiques énumérées ci-dessus.) ;

Capone Bege est lui un stéréotype vivant des gangsters de la mafia américaine des années 20/30, pendant la Prohibition. Il est inspiré par Al Capone (1899-1947), qui était d’origine italienne. Alphonse « Al » Capone n’était pas un pirate, mais il avait la réputation d’éliminer impitoyablement ses cibles. Lui et sa bande ont dirigé la pègre de Chicago pendant près de dix ans, avant que les autorités ne l’attrapent à la fin des années 20. Le style de Bege et ses hommes (costards classes, cigares, armes lourdes) et son penchant pour la violence lui font clairement référence, tandis que son travail comme mercenaire s’aligne plutôt sur le travail de William Le Sauvage en tant que corsaire. ;

Vito, le conseiller de Capone Bege, doit son nom à Vito « Don Vito » Genovese (1897-1969) qui était lui aussi un mafieux et patron du crime italo-américain de la même époque qu’Al Capone. Il fut le parrain de la famille Genovese de 1957 à 1969. C’est lui qui commit l’un des meurtres (celui de Tom Reina) qui provoqua la guerre des Castellammarese, une lutte entre deux familles sicilienne new-yorkaise (la famille Castellammaraise de Brooklyn et la famille Masseria), de 1927 à 1931. ;

Gaburu est un Commandant Révolutionnaire à la tête d’un groupe de rebelles, apparaissant dans les Mini-Aventures de Caribou dans le Nouveau Monde. De par son activité et son béret avec une étoile, il a une grande ressemblance avec le révolutionnaire marxiste argentin Che Gevarra, figure majeure de la révolution notamment celle de Cuba. Après avoir combattu aux côtés de Fidel Castro, pour renverser le gouvernement de Cuba, il repartit vers de nouvelles aventures révolutionnaires en Bolivie, où il mourut exécuté à l’âge de 39 ans. Depuis, il est le symbole des mouvements révolutionnaires (communistes). ;

– Dans L’Équipage aux Cent Bêtes, Jack « la Sécheresse » est considéré comme le bras droit de l’Empereur Kaido et fait partie des 3 « Calamités ». C’est l’antagoniste principal de l’Arc Zou et un pirate célèbre du Nouveau Monde et très connu au sein de la Pègre. La prime sur sa tête s’élève à 1 MILLIARD de berrys, ce qui est la plus haute prime jamais vue jusqu’à Totto Land, témoignant de sa force et de sa dangerosité. C’est un homme sans pitié et partout où il passe la terre s’assèche et devient aride comme si une sécheresse s’était abattue, d’où son surnom.
Ceci est inspiré de la fameuse citation « Là où passe mon cheval, l’herbe ne repousse pas » d’Attila (~395 – 453), roi des Huns, qui est parfois considéré comme l’événement déclencheur des « invasions barbares » et indirectement de la chute de Rome et de la fin de l’Empire d’Occident en 476 (rien que ça). Attila est surtout connu dans l’historiographie et dans la tradition chrétienne occidentale pour avoir été le « fléau de Dieu », un véritable antihéros très féroce, possédant un vaste et puissant empire, et qu’on a accusé de nombreux crimes et martyres (imaginaires). Au XIXe siècle, Attila devient une métaphore du tyran et les Huns, des ennemis barbares et brutaux. ;

Sally Entoilette est la reine du Royaume de Goa et la femme de Sterry. C’est un jeu de mots avec le nom de la reine Marie-Antoinette de Habsbourg-Lorraine (1755-1793), dernière reine de France et de Navarre, dont elle partage la beauté (et le goût du luxe). Marie-Antoinette était réputée très gracieuse, aimant la danse, les bals masqués et soirées dansantes, les toilettes (les vêtements et accessoires féminins, pas les W.C., hein), les voyages dans les différents châteaux de la Cour autour de Paris, l’aménagement intérieur et la décoration.

Hélas, de nombreuses mauvaises langues ont répandu une mauvaise image d’elle, notamment en raison de son caractère dépensier (toilettes et fêtes coûteuses, qui ne sont pourtant presque rien dans les dépenses générales de la cour, des administrations ou d’autres princes/seigneurs), de son total manque de respect envers le cérémonie et l’étiquette (au contraire, elle inventa un nouveau style de vie et de divertissement ; de plus, elle ne demandait pas un grand respect à ses sujets et courtisans, et partait souvent en escapades), et de la jalousie des autres courtisans surtout après avoir évincé de sa cour les vieux aristocrates.

Quand Marie-Antoinette se rend enfin compte de son impopularité (vers 1785-1789) et tente de réduire ses dépenses, notamment en réformant sa maison, cela déclenche à la place de nouveaux éclats quand ses favoris se voient privés de leurs charges. Les critiques continuent, la reine gagne le surnom de « Madame Déficit » et on l’accuse de tous les maux, notamment d’être à l’origine de la politique anti-parlementaire de Louis XVI. Elle sera jugée puis guillotinée après la Révolution, le 16 octobre 1793.
(son nom japonais se retranscrit en Sari Nantokanette, et ‘’nantoka’’ est une expression assez vague qui veut dire ‘’quelque chose, en quelque sorte, d’une certaine façon’’, ce qui donnerait littéralement donc pour son nom ‘’Quelque chose-nette » ou ‘’Machinette’’.) ;

Devil Dias, ce pirate acheté aux enchères d’esclaves par des Dragons Célestes, pourrait devoir son nom de plusieurs explorateurs portugais : Dinis Dias (XVe siècle), un marchand d’esclaves, ainsi que les frères Pero, Diogo, et Bartolomeu Dias (~1450 – 1500). Ce dernier fut la première personne à passer le Cap de Bonne Espérance. Cette référence est en outre corroborée par le fait qu’il a été introduit dans l’histoire à l’Archipel Sabaody, qui est un lieu où tous les pirates doivent passer pour partir vers le Nouveau Monde.
Il peut aussi être nommé d’après Henrique Dias (1605-1662), un chef militaire brésilien, fils d’esclaves africains libérés. Il était l’un des héros des deux batailles de Guararapes (avril 1648 et février 1649), l’épisode décisif de l’insurrection de Pernambuco (expulsion des Hollandais du nord-est du Brésil pour rétablir le contrôle des Portugais). Le titre de Dias fut élargi pour devenir « gouverneur de tous les créoles, noirs et mulâtres » en 1639. ;

Vasco Shot, un des légendaires criminels qui ont été condamnés à vie au niveau 6 d’Impel Down (et alcoolique notoire), porte le même prénom que Vasco de Gamma (1469-1524), un grand navigateur portugais. Il est traditionnellement considéré comme le premier Européen à arriver aux Indes par voie maritime en contournant le cap de Bonne-Espérance (à l’extrémité sud du continent africain), en 1498. ;

– Le « Roi Combattant » Elizabello II, roi du Royaume de Prodence, est aussi un combattant aguerri qui rejoignit le Corrida Colosseum pour se battre pour gagner le Mera Mera no Mi. Le nom d’Elizabello semble être un croisement entre deux grands noms de reines européennes : Isabelle et Elizabeth. Le « II » à la fin du nom peut également être une référence à l’actuelle (et célèbre) monarque anglaise, Elizabeth II (1926-). ;

Raideen est un géant qui a résidé à Elbaf il y a 63 ans. Il a été montré en train d’entraîner Hajrudin. Son nom est peut-être dû au catcheur professionnel James Raideen, qui travaille actuellement à la All Japan Pro Wrestling (AJPW) où il est l’actuel champion du monde par équipes de la AJPW avec Ryoji Sai. Mais son nom pourrait aussi être une référence à Brave Raideen (ou Yūsha Raideen), un anime japonais de super robot (sous-genre du mecha), mettant en vedette un robot du même nom. ;

– Lors de son enfance, quand le père de Sanji comprit que ce dernier n’aurait jamais les mêmes compétences que ses frères améliorés génétiquement, il le fit passer pour mort et l’enferma en secret pendant 6 mois dans une cellule de prison, lui faisant porter un masque en métal, ne laissant voir que ses yeux. C’est bien sûr une référence au célèbre homme au masque de fer, l’un des prisonniers les plus fameux de l’histoire française, enfermé pendant 34 ans jusqu’à sa mort en 1703 à la Bastille. Le mystère entourant son existence, ainsi que les différents films et romans dont il a fait l’objet, n’ont cessé d’alimenter les imaginations. Au fil des siècles, des dizaines de personnes ont été supposées être l’homme en question, plus ou moins fantasques, comme un jumeau de Louis XIV, Nicolas Fouquet, un enfant bâtard, un amant de la reine, un des chefs de la Fronde, Molière ou encore D’Artagnan. Les thèses concernant Eustache Dauger (ou Danger), apparemment un valet au courant d’un lourd secret, sont parmi celles qui reviennent le plus souvent.
Le Vice-Amiral Bastille de la Marine porte lui aussi en permanence un masque sur le visage et porte le nom de la forteresse où le prisonnier était enfermé. ;

– L’apparence du supernova Killer pourrait aussi provenir du « Masque de Fer« . Il ne l’enlève apparemment jamais, même pour manger, et se nourrit donc d’aliments qui peuvent passer par les trous percés dedans, comme des bâtonnets de légumes ou des pâtes (ramens ou spaghetti). ;

– Le nom de Gotty, un assassin de l’Équipage du Fire Tank, est possiblement inspiré de John Gotti (1940-2002), un ancien parrain de la famille Gambino, une des Cinq Familles mafieuses italo-américaines de New York. Il est remarqué après avoir vengé l’enlèvement du neveu du « capo di tutti capi » (chef suprême de la mafia). Gotti devient rapidement un des membres les plus rentables de la famille Gambino et protégé du sous-boss Aniello Dellacroce. Il organisa par peur de représailles l’assassinat du parrain Paul Castellano (qui lui avait interdit de vendre de la drogue), et prit par la suite le contrôle de la famille.
De fait, Gotti devient un des parrains les plus puissants du crime organisé américain, faisant des centaines de millions de dollars de bénéfice dans les domaines de la construction, du vol de camions, des prêts à taux usuraire, des paris, de l’extorsion et autres activités criminelles. Sa personnalité expressive et son style flamboyant lui attira l’attention des médias et la sympathie du public, du jamais-vu pour les mafieux qui fuient toujours la popularité et vivent discrètement. Après une série de procès où il fut acquitté, la police continua à accumuler les preuves contre lui. Il finit sa vie en prison où il mourut d’un cancer de la gorge en 2002. ;

Napoléon est le bicorne rose de Big Mom. C’est un Homie spécial car il possède un fragment de l’âme de celle-ci. Il peut se changer en diverses armes selon les envies de sa propriétaire (lance, coutelas, épée). C’est une référence évidente à Napoléon Bonaparte (1769-1821), premier empereur des Français, infatigable général et tacticien, et personnage majeur de l’Histoire de France et de l’Europe.

Objet, dès son vivant, d’une légende dorée (parfois comparé à un messie) comme d’une légende noire (accusé d’avoir « enflammé l’Europe et provoqué des centaines de milliers de morts »), il doit sa très grande notoriété à son habileté militaire, récompensée par de nombreuses victoires, et à sa trajectoire politique étonnante, mais aussi à son régime despotique et très centralisé ainsi qu’à son ambition qui se traduit par des guerres d’agression très meurtrières (au Portugal, en Espagne et en Russie) avec des centaines de milliers de morts et blessés, militaires et civils pour l’ensemble de l’Europe.

Malgré de nombreuses victoires à ses débuts, des coalitions de plus en plus générales se forment contre lui (financées par l’Angleterre), menant à plusieurs défaites (bataille de Vitoria, bataille de Leipzig). L’intransigeance de Napoléon devant ces sanglants revers lui fait perdre le soutien de pans entiers de la nation française, tandis que ses anciens alliés ou vassaux se retournent contre lui. Amené à abdiquer en 1814 après la prise de Paris, capitale de l’Empire français, et à se retirer à l’île d’Elbe, il tente de reprendre le pouvoir en France, lors de l’épisode des Cent-Jours en 1815, où il reconquiert la France et rétablit le régime impérial. Il amène pourtant le pays dans une impasse (du fait de sa mise au ban de l’Europe) avec la lourde défaite de Waterloo qui met fin à l’Empire napoléonien et assure la restauration de la dynastie des Bourbons. Sa mort en exil, à Sainte-Hélène, sous la garde des Anglais, fait l’objet de nombreuses controverses. ;

Komei, connu par les titres « Génie Tacticien » et « Plume blanche », est l’antagoniste principal de l’épisode spécial de l’Aventure de Nebulandia. C’était un Vice-Amiral de la Marine infiltré dans l’équipage des Pirates de Foxy, étant aussi conseiller des opérations spéciales de la Division de Recherches et de Développement des Stratégies.
Komei est inspiré de Zhuge Liang (181-234), un stratège chinois célèbre et reconnu comme étant l’un des meilleurs tacticiens de l’époque des Trois Royaumes (220-280), avec Sima Yi et Zhou Yu. Il s’allia au seigneur Liu Bei et, en tant que Premier ministre des Shu, mena cinq invasions du royaume de Wei dans le but de restaurer la dynastie Han.
>Le nom Komei est la lecture japonaise du prénom de courtoisie de Zhuge Liang : Kong-ming (孔明).
>Komei est particulièrement rusé et ne laisse rien au hasard. En effet, il est parvenu à monter un plan comportant de nombreuses étapes en anticipant les réponses de ses adversaires. Zhang Liang était lui aussi un expert des prévisions et stratégies politico-militaires, par exemple le Plan de Longzhong, très complexe et organisé sur plusieurs années.
>Son apparence (petites moustaches droites, longue barbe fine, chapeau et kimono de style chinois ancien) est également proche de celle de Zhuge Liang.
>Enfin, il se bat avec un éventail  »magique » (digne de celui d’un tengu), comme le fait le Zhuge Liang de la licence de jeux hack’n’slash Dynasty Warriors (et un peu celui de Fate/Grand Order). ;

Wellington est un pirate faisant une apparition pendant le flash-back de l’enfance de Law. Il attaqua le garçon et Baby 5 et était sur le point de le tuer quand Doflamingo et cie lui réglèrent son compte. Son nom est sûrement une référence à Arthur Wellesley, 1er Duc de Wellington (1769 – 1852), membre de la septième coalition contre Napoléon, commandant les forces britanniques et alliées durant la campagne de Belgique. Le 18 juin 1815, Wellington, avec l’appui des forces prussiennes commandées par Gebhard Leberecht von Blücher bat définitivement Napoléon à la bataille de Waterloo. L’Empereur français abdique une nouvelle fois le 22 juin, et est exilé par les Britanniques sur l’île Sainte-Hélène. Après cela, Wellington se lança dans une carrière politique et fut à deux reprises Premier ministre du Royaume-Uni. ;

– Au Pays des Wa, Nico Robin fut chargée par Kinemon de devenir une geisha pour espionner le shogun Orochi lors de ses banquets et ainsi connaître à l’avance le mouvement de ses troupes. Cela rappelle l’espionne Margaretha Zelle, alias Mata Hari (1875 – 1917), danseuse exotique puis espionne au service de la France : elle profita de sa grande notoriété, ses relations internationales, son don des langues (et de séduction) et de sa nationalité hollandaise (neutre pendant la guerre, donc elle pouvait voyager facilement) pour espionner des militaires du Haut Commandement allemand en Belgique et en Espagne pendant la Première Guerre Mondiale. Accusée d’espionnage au profit de l’Allemagne dans le cadre d’une enquête sommaire, Mata Hari passe du statut d’idole à celui de coupable idéale dans une France traumatisée par la guerre. Son procès ne dure que trois jours sans apporter de nouveaux éléments. Elle est condamnée à mort pour  »intelligence avec l’ennemi en temps de guerre » et exécutée le 15 octobre 1917 par fusillade. #ViveLaFrance ;

Nelson Royale est le commandant de la 8ème Division de la Marine ainsi que Commodore. Il n’apparaît que dans l’animé, dans l’Arc Île du Navire de Guerre. Il doit son nom au vice-amiral britannique Horatio Nelson, 1er vicomte Nelson, duc de Bronte (1758-1805). Il s’est illustré pendant les guerres de la Révolution française et napoléoniennes notamment à la bataille de Trafalgar, où il remporte une victoire décisive pour la Grande-Bretagne, qui inaugure la suprématie de la Royal Navy, mais y perd la vie. Il est couramment appelé l’amiral Nelson par les Français et Lord Nelson par les Anglo-Saxons.
Nelson saura utiliser un large éventail de tactiques, sans rester prisonnier de schémas traditionnels au contraire de nombre de ses collègues, ce qui lui vaut une réputation d’officier insubordonné. Son coup d’œil et sa faculté d’adaptation lui permettent d’agir très rapidement, prenant souvent de vitesse ses adversaires. Il a le don d’inciter ses hommes à donner le meilleur d’eux-mêmes. Il attire le dévouement et la loyauté de ses subordonnés et en retour leur laisse une grande liberté d’action. Son courage physique dans les combats et l’image d’héroïsme que lui valent ses nombreuses blessures en font de son vivant même une figure vénérée par la population britannique.
A l’opposé total, Nelson Royale est peut-être excellent dans le commandement en mer, mais c’est surtout un sac de graisse totalement égoïste et obsédé par sa recherche des os de dragons millénaires, profitant de sa position haut-gradée pour envoyer ses subordonnés faire tout le travail, se fichant de ce qui peut leur arriver. Étroit d’esprit, il est prêt à toutes les bassesses pour atteindre son but, loin de l’idéal de justice de la Marine. ;

– Le nom de Silvers Rayleigh est peut-être une référence à Lord John W. Rayleigh (1842-1919), physicien qui a expliqué le phénomène nommé  »diffusion Rayleigh » (elle fournit une explication de la couleur du ciel en la reliant à la diffusion de la lumière par les molécules d’air).
Rayleigh a également combattu Kizaru, qui possède le Pika Pika no Mi, Fruit du Démon de type Logia permettant un contrôle total de la lumière : sur Sabondy, Rayleigh fut capable de « disperser » les attaques lumineuses de Kizaru, ce qui est un jeu de mots visuel pour la diffusion Rayleigh, qui implique la dispersion de la lumière. ;

Monet pourrait faire référence au peintre Claude Monet (1840-1926) qui représentait des paysages en hiver, sous la neige comme ‘’La Pie’’ (1868-1869) ou ‘’Entrée de Giverny en hiver, soleil couchant’’ (1885). On peut faire le lien avec son fruit du démon. ;

Ushimitsu Kozō (litt. ‘’Garçon des trois heures du bœuf’’) est le surnom d’un voleur de la Capitale Fleurie qui vole la nuit aux riches pour donner aux pauvres. Ushimitsu fait référence à l’ancien découpage japonais du temps (jusqu’à l’ère Edo), avec les 12 signes du zodiaque durant deux heures (= 1 koku) chacun. L’heure du bœuf correspond à 2 h du matin (début à 1h et fin à 3h). Un koku peut être divisé en quatre périodes égales de trente minutes. Ushimitsu correspond donc à la 3ème partie de l’heure du bœuf, soit entre 2h et 2h30 du matin. (j’ai eu du mal à trouver une explication claire…)
Nezumi Kozō (1797-1831) est le surnom de Nakamura Jirokichi, un voleur japonais et héros populaire qui vécut à Edo (aujourd’hui Tokyo) durant l’époque d’Edo. En 1822, il fut attrapé, tatoué et banni d’Edo. Le 8 août 1831, il fut capturé de nouveau et confessa le vol de plus de cent propriétés de samouraï et l’impressionnant vol de plus de trente mille Ryō durant ses quinze années de carrière. Après sa capture, il fut attaché à un cheval et paradé en public avant d’être décapité aux sites d’exécution de Suzugamori. Sa tête fut ensuite publiquement exposée sur un pieu. Enfin, il fut enterré à Ekō-in situé dans le quartier de Ryōgoku à Tokyo. Tant de pèlerins ébréchèrent des morceaux de sa pierre tombale, comme porte bonheur, que des substituts durent être construits peu de temps après sa mort. (Les spécialistes modernes sont d’avis que Jirokichi, vraiment pauvre au moment de son arrestation, n’a pas distribué son argent aux pauvres comme un Robin des bois, mais l’a probablement dépensé pour se procurer des femmes et de la boisson.)
Nezumi est le mot japonais pour  »rat » ; un ‘’kozō’’ était un jeune garçon de course qui travaillait dans un magasin ou un atelier durant la période Edo. Le surnom  »Nezumi Kozō » peut donc se traduire approximativement en français par  »garçon rat ». Puisqu’un surnom contenant le terme kozō était souvent donné aux pickpockets, qui étaient invariablement de jeunes garçons ou de jeunes filles (puisque la profession demandait des doigts agile), il a été suggéré que Jirokichi était un pickpocket connu durant sa jeunesse.
(Nezumi, un Colonel de la Marine corrompu par Arlong, a fait fouiller le jardin de Belmer, trouvant ainsi le butin de Nami pour acheter la liberté de son village. Ainsi, Nezumi est l’antithèse de Nezumi Kozo, ainsi qu’un bon gros bâtard d’ses morts.) ;

Oz a eu son corps préservé par sa congélation pendant des siècles comme Ötzi, l’homme des glaces. C’est le nom qu’on a donné à un humain momifié naturellement (congelé et déshydraté) découvert par hasard le 19 septembre 1991 à 3 210 mètres d’altitude, dans le val de Senales en Italie, dans les Alpes de l’Ötztal (d’où le surnom d’Ötzi). Il était enseveli sous une couche de glace et son existence a été révélée par la fonte importante du glacier cet été-là. Il date du Chalcolithique (vers 2600 av. J-C). Dans les médias français, il a parfois été appelé Hibernatus, par référence au film du même nom.
Il s’agissait d’un homme d’environ 45 ans, mesurant 1,59 à 1,65 m et pesant dans les 50 kg, brachycéphale (crâne plus large que long), avec une barbe et toutes ses dents (mais des incisives très écartées). Ce serait un chasseur‐cueilleur, en raison de ses jambes musclées, mais pas le haut de son corps et de ses mains pas trop calleuses, mais peut-être aussi un berger.
Il s’agissait de la plus ancienne momie naturelle connue, jusqu’aux datations d’autres momies retrouvées à la Cueva de la Momia (Mexique ; datant d’environ 3390 av. J-C), ou de la momie de Fallon de la Grotte de l’Esprit (Nevada, États-Unis), désormais datée à 9 415 ans (plus ou moins 25 ans). ;

– Le gardien d’Impel Down Magellan doit bien évidemment son nom à Fernand de Magellan (~1480 – 1521), un navigateur et explorateur portugais de l’époque des Grandes découvertes. Il est connu pour être à l’origine de la première circumnavigation de l’histoire — achevée en septembre 1522 sous les ordres de Juan Sebastián Elcano après trois ans de voyage — en ayant navigué vers l’ouest pour rejoindre les Moluques, découvrant sur son chemin le détroit qui porte son nom aujourd’hui.
À la fin du Moyen-Âge (où on savait depuis un bail que la Terre était ronde, mais là n’est pas le problème), l’Europe avait développé un goût pour les épices exotiques, ce qui a favorisé, outre l’intérêt de géographes, celui d’explorateurs et de commerçants. Magellan était convaincu que les Moluques (îles aux Épices) se trouvaient dans la moitié du globe qui revenait à la couronne d’Espagne, à la suite du traité de Tordesillas de 1494, qui partageait le monde entre les deux grandes puissances coloniales : Castillans et Portugais. Il pensait qu’il pourrait rejoindre par l’ouest les îles aux Épices qu’il avait déjà approchées lors de son séjour à Malacca en 1511-1512.
Ce projet fut finalement soutenu par la couronne espagnole, qui conduisit la flotte qu’il commandait à effectuer le tour du monde, ce qui n’était en rien le projet initial. L’événement eut un retentissement considérable en Europe. Après un peu plus d’un quart de siècle, le projet de Christophe Colomb était enfin réalisé et comme le souligne Pierre Chaunu « jamais le monde n’a été aussi grand qu’au lendemain du périple de Magellan ».
.
Quant à la raison pour laquelle Magellan a le pouvoir du Doku Doku no Mi, fruit du venin, est en raison de la mort du navigateur : Lapu-Lapu, roi de la petite île de Mactan, en face de Cebu, refuse de se soumettre aux envahisseurs. Magellan mène une expédition contre lui en estimant que soixante hommes en armure dotés d’arquebuses peuvent vaincre des indigènes nus, bien qu’ils soient 30 fois plus nombreux. Lors de cette bataille de Mactan, Magellan est blessé par une flèche empoisonnée, et il meurt le 27 avril 1521. La chronique d’Antonio Pigafetta apporte des précisions essentielles sur cet épisode : les guerriers de Lapu-Lapu s’étaient confectionnés des boucliers en bois extrêmement dur, résistant aux arquebuses, tout en s’armant de flèches empoisonnées dont le venin avait un effet quasi immédiat. ;

Nefertari Vivi doit son nom à un certain nombre de reines égyptiennes, notamment Néfertari Meryenmout (litt. ‘’La plus belle de toutes, aimée de Mout’’), la principale ‘’Grande épouse royale’’ du pharaon Ramsès II qui vécut sous la XIXe dynastie aux environs du 13e siècle avant J-C. Elle est une des huit épouses connues de Ramsès II, qu’il aurait épousé à 16 ans, alors qu’elle était âgée de 14 ans. Elle fut toujours l’épouse préférée de Ramsès, et eut une grande influence sur le monarque qui tint compte de ses remarques et de ses conseils. Elle le seconda dans toutes les fonctions royales et religieuses en tant qu’« Épouse du Dieu » et « Maîtresse de la Haute et Basse-Égypte », ce qui fait d’elle une figure importante de cette époque.
Néfertari II est une princesse et reine d’Égypte de la XIXe dynastie. Elle est la troisième fille de Ramsès II et la deuxième qu’il eût avec Néfertari (Meryenmout). On ne sait rien d’elle, et il semble qu’elle mourut jeune.
La reine Néfertari est la première Grande épouse royale du pharaon Thoutmôsis IV, de la XVIIIe dynastie. Ses origines sont inconnues. Elle est représentée en plusieurs occasions auprès de la reine-mère Tiâa, toutes deux sous les traits de déesses accompagnant Thoutmôsis. On la voit également au côté de son époux, devant les dieux, sur huit stèles de Gizeh.
Enfin, Ahmès-Néfertary est l’épouse et probablement la sœur du pharaon Ahmôsis Ier, fondateur de la XVIIIe dynastie. Sur une stèle, on liste ses prérogatives politiques et religieuses : fille de roi, sœur du roi, grande épouse du roi, épouse divine, deuxième prophète d’Amon, etc. ;

– Si Boa Hancock est surtout basée sur la mythologie grecque (Amazones, Gorgones, sirènes, tout ça…), plusieurs choses me laissent à penser qu’elle serait aussi en partie basée sur la fameuse reine égyptienne Cléopâtre VII (69 – 30 av. J-C) : elles partagent leur grande beauté, leur caractère bien trempé, leur statut royal, ainsi que leur rapport aux serpents -> Cléopâtre se serait suicidée en se laissant mordre par un serpent venimeux (vipère ou cobra).
Cléopâtre règne sur l’Égypte entre -51 et -30 avec ses frères-époux Ptolémée XIII et Ptolémée XIV, puis aux côtés du général romain Marc Antoine. Elle est célèbre pour avoir été la compagne de Jules César puis de Marc Antoine, avec lesquels elle a eu plusieurs enfants. Partie prenante dans la guerre civile opposant Marc Antoine à Octave, elle est vaincue à la bataille d’Actium en -31. Sa défaite va permettre aux Romains de mener à bien la conquête de l’Égypte, événement qui marquera la fin de l’époque hellénistique.
Cléopâtre est un personnage dont la légende s’est emparée de son vivant même. Dernière reine d’Égypte, il s’agit d’une femme cultivée, déterminée, obstinée et séductrice, prête à tout pour conserver l’indépendance de son royaume face aux Romains (l’Égypte était un grand fournisseur de céréales pour Rome). Son souhait le plus cher a été de revenir à l’âge d’or de l’Égypte Pharaonique. Sa mort tragique n’a fait qu’ajouter au romanesque qui l’entoure et peut, pour cette raison, nuire à une approche objective de celle qui a été l’une des femmes les plus célèbres de l’Antiquité.
(Son rapport aux serpents est aussi visible pour la Cléopâtre du jeu mobile Fate/Grand Order, où la reine a un grand serpent mécanique qu’elle utilise comme chaise longue, et qu’elle envoie attaquer pour son attaque ultime.) ;

– La représentation de Kuma dans son enfance présente des similitudes avec Ninomiya Sontoku, célèbre philosophe japonais du XIXe siècle. De plus, sur la couverture du livre tenu par Kuma est écrit ‘’Ninokin’’, les premières syllabes de Ninomiya Kinjirō, le nom de naissance de Sontoku. Il est fréquent de trouver ses statues dans et devant les écoles japonaises, surtout les écoles primaires. Elles le montrent généralement sous les traits d’un garçon lisant un livre en marchant et avec du bois sur le dos. Ces statues font écho aux histoires populaires qui racontent que Ninomiya lisait et étudiait à chaque moment qu’il pouvait. (Kuma jeune ; statue de Sontoku)
Ninomiya Sontoku (1787-1856) est un philosophe, militant du monde agricole, moraliste et économiste japonais. Nommé à la tête d’un petit district féodal qui connaît des difficultés financières considérables, il parvient à relancer l’économie locale grâce au développement de l’agriculture. Le daimyo (gouverneur) local, ayant entendu parler de sa réussite, lui propose de diriger le domaine d’Odawara. Il est ensuite placé à la tête d’une terre du shogunat ce qui est un grand honneur pour une personne de basse extraction. Ses méthodes et sa philosophie (il considère l’agriculture comme la plus haute forme d’humanité car la culture des ressources est un don des kamis [dieux], et il souligne l’importance de l’intérêt commun) deviennent les normes standards dans la gestion économique et le développement des domaines féodaux.
L’association du développement des terres, de l’immigration et des finances communes, tous gérés avec prudence, fut un succès et devinrent les méthodes standards du développement économique du Japon féodal. Le prénom « Sontoku » lui est remis pour le récompenser de ses réalisations. Après sa mort, l’empereur l’élève au titre de Jushii (従四位), quatrième honneur inférieur (‘’Junior Fourth Rank’’) dans le système de rang ritsuryō. (pdf + complet que l’article wiki et qui liste les rangs ; wiki-like) ;

Ganryu est un membre de l’Équipage des Pirates Spade ainsi qu’un membre de la Tribu des Longs-Bras. Son nom serait inspiré de Kojirō Sasaki (~1585 – 1612), dit Ganryū, un fameux bretteur japonais des époques Sengoku et Edo. Il était largement considéré comme un maître de son art, mais on se souvient surtout de sa mort lors de son combat contre Miyamoto Musashi en 1612.
Il passe pour un des meilleurs escrimeurs de la région Ouest et se bat à l’aide d’un nodachi (sabre long) appelé Mono-hoshi zao (物干竿, ‘’la perche de séchage’’). Après avoir créé son propre style, le Ganryu, il partit pour Osaka, mais après le renversement du bakufu (= shogunat, gouvernement militaire) à la suite de la bataille de Sekigahara en 1600, il rejoignit la maison des Yoshioka à Kyōto. Une fois sa formation accomplie, il partit à Edo où, une fois arrivé, il trouva un emploi comme instructeur de kenjutsu dans la maison de Hangawara Yajibei. Ce dernier proposa un poste à Kojirō après avoir vu ses techniques dans des matchs que le jeune homme proposait pour gagner de l’argent.
Rival de longue date de Musashi Miyamoto (le plus célèbre escrimeur de l’histoire du pays) et considéré comme le meilleur opposant que celui-ci ait affronté, il meurt en l’affrontant en duel le 13 avril 1612 sur une l’île appelée aujourd’hui Ganryū-jima (‘’île de Ganryu’’). Selon les dires des témoins du duel, Musashi l’aurait vaincu en utilisant une des rames de sa barque en guise de bokken (sabre en bois), bien que cela soit sujet à controverses. ;

– . ;

.

.

.

Voilà, c’est tout pour les personnes d’un autre temps ! Du moins pour l’instant… Dans la partie 7, nous traiterons des références à la littérature. 🙂

Tschaw ! o/

2 réflexions au sujet de « Toutes les références culturelles dans One Piece – 6) Personnages historiques »

  1. Ping : Toutes les références culturelles dans One Piece – 5) Personnages mythologiques | DJOnePiece300

  2. Ping : Toutes les références culturelles dans One Piece (personnages et lieux) | DJOnePiece300

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s