Toutes les références culturelles dans One Piece – 7) Littérature

(Suite au fait que WordPress n’en pouvait plus et que je ne pouvais plus rajouter du texte sur l’article principal, j’ai dû le découper. Voici la partie 7.)

.

Des œuvres classiques aux plus récentes, des mangas et aux bandes dessinées, Oda adore aussi caler des clins d’œil à la littérature.

– Les zombies mi-humains mi-animaux de Thriller Bark rappellent les créatures de l’Île du Docteur Moreau (écrit par H.G. Wells en 1896) où, sur une île tropicale, le docteur Moreau, un scientifique obsédé par la vivisection et la transfusion sanguine, et son assistant Montgomery se livrent à des expériences sur les animaux, en réalisant des greffes et de multiples interventions chirurgicales, afin d’en faire des hommes capables de penser et de parler.
Sur Thriller Bark, il s’agit d’une association entre le Capitaine Corsaire Gecko Moria (qui veut un équipage immortel donc invincible) et le médecin/chirurgien brillantissime (mais fou) Hogback : le premier fait capturer de puissants combattants puis vole leur ombre, tandis que le second (re)coud et modifie toutes sortes de corps (animaux, humains ou un mélange des deux). Il suffit ensuite de donner une ombre à un cadavre pour lui « donner vie » sous forme de zombie, obéissant aveuglément à Moria. Celui-ci doit peut-être aussi justement son nom au docteur (Moreau -> Moria). ;

– Le conte Rudolphe le renne au nez rouge a évidemment donné Chopper (qui a, lui, le nez bleu) ; Quand il descendait de l’une des énormes montagnes de Drum (les Drum Rockies) sur un fil invisible, tirant un traîneau avec le Dr. Kureha, cela faisait penser à la légende du Père Noël ;

– Quand Jabura tente de faire croire à Sanji qu’il est le frère de Robin séparé d’elle depuis l’enfance afin de l’apitoyer, avant de l’attaquer par surprise (tout comme Sanji se présentant comme étant « le Chasseur« ), cela fait écho au conte du Petit Chaperon Rouge, dans lequel le loup tente aussi d’embobiner la petite avec ses ruses. Il est montré dans sa forme demi-loup, et Robin est montré portant un manteau à capuche rouge. ;

– Le Soldat Fureur Eclair, le jouet de soldat unijambiste à Dressrosa, rappelle le conte d’Andersen Le Vaillant soldat de plomb, où un jouet cassé vit de grandes aventures avant de retrouver sa belle danseuse de boîte à musique ;

– De nombreux éléments provenant des histoires du Baron de Münchhausen (1720-1797) ont également été réutilisés dans One Piece :
>les animaux gigantesques à Skypiéa/sur la Lune,
>les coiffures des Dragons Célestes/du Roi de la Lune,
>le ventre de Franky/des gens de la Lune qui peut s’ouvrir et se refermer afin d’y placer ce qu’ils veulent (tout comme leur manque commun de pudeur),
>Kizaru/le baron qui monte sur un boulet de canon pour traverser un champ de bataille (+ Foxy qui se tient debout sur un boulet immobilisé en l’air),
>le sniper Van Auger/Adolphus capable de toucher une petite cible à une distance considérable…
L’oeuvre originale, en anglais, ‘’Baron Münchhausen’s Narrative of his Marvellous Travels and Campaigns in Russia’’ (1785) fut publiée après avoir recueilli et ordonné les récits du baron (du vivant de celui-ci), par l’écrivain allemand Rudolf Erich Raspe. De nombreuses adaptations plus ou moins fidèles à l’original arriveront plus tard au théâtre, à la télévision, au cinéma, et dans la littérature. ;

– Les Nains de la tribu Tontatta sont sans doute tirés du roman satirique Les Voyages de Gulliver, écrit par Jonathan Swift en 1721, surtout pour la scène où Robin est attachée au sol avec des fils par Léo, ou peut-être aussi des Nains des folklores scandinaves/germaniques, qui sont une race d’êtres couramment représentés comme ayant des sortes de pouvoirs surnaturels et étant habiles dans le bricolage et la métallurgie.
Il est également possible qu’ils soient imaginés à partir des Minimoys (dans la série de romans/films pour enfants Arthur et les Minimoys). Les deux espèces sont minuscules, proches de la nature, avec des oreilles/nez pointu(e)s, et vivent dans une monarchie avec une princesse qu’ils protègent (Sélénia / Mansherry). ;

Cavendish est un personnage basé sur plusieurs contes :
>Il est l’archétype du prince charmant : d’une grande beauté, très charismatique, montant un cheval blanc, portant une rapière (Durandal, qui a le même nom que l’épée de Roland) qu’il manie avec talent, défendant Rebecca lors de son entrée dans l’arène du bloc D, etc.
>Les noms de ses techniques sont des références à diverses œuvres artistiques européennes, comme la légende de la Table Ronde ou le Lac des Cygnes.
.
Il est très lié à L’étrange cas du Docteur Jekyll et M. Hyde (1886) de Robert Louis Stevenson, de par sa double personnalité dont l’une est maléfique (Hyde/Hakuba), son lieu d’origine (le royaume de Rommel ressemble beaucoup à Londres à l’époque moderne) et même son nom (le Dr Lanyon, ami du Dr Jekyll, habite Cavendish Square).
Je ne sais pas s’il a aussi un rapport avec Butch Cavendish, un criminel à la tête d’une bande dans la série radiophonique puis télévisée The Lone Ranger, diffusée entre 1933 et 1957, de près de 3000 épisodes. C’est une icône de la culture pop américaine (le perso Lone Ranger, pas Cavendish). ;

Viola, aussi appelée Violette, a un nom et une capacité (Fruit du Regard) qui rappellent les ultraviolets (UV), permettant de voir les choses normalement invisibles pour l’œil humain.
Son pseudonyme peut aussi provenir de Violet Gibson, une Irlandaise ayant tenté d’assassiner le président du Conseil italien (et fondateur du fascisme) Benito Mussolini en 1926, ce qui concorde avec le fait que Viola veut renverser Doflamingo.
Pour finir, le fait qu’elle soit une danseuse de flamenco et une jolie femme passionnée qui utilise ses charmes pour parvenir à ses fins et manipuler les hommes rappelle le personnage de Carmen (1847) (voir ci-dessous). La pièce d’opéra tirée de la nouvelle est l’un des opéras les plus joués dans le monde de nos jours. ;

Carmen ‘’la flamboyante’’ était une cuisinière rivale de Sanji durant l’arc Loguetown (uniquement dans l’animé). Elle porte du maquillage, des bijoux, et est habillée comme une danseuse de flamenco (robe rouge foncé avec de la fourrure blanche) et tient souvent une louche dans sa bouche et/ou une rose comme les danseurs/seuses de flamenco. Elle pourrait être originaire de Dressrosa, ayant un accent que les personnes de Loguetown n’ont pas (et Viola danse le flamenco aussi).

C’est une référence à Carmen (1847), une nouvelle de Prosper Mérimée, dont a été tiré l’opéra-comique homonyme Carmen (1875), avec une musique composée par Georges Bizet. Carmen traite du sujet de l’amour tragique et de la jalousie amoureuse. La nouvelle met principalement en scène les personnages de Carmen et de Don José, dont l’amour passionné pour la belle bohémienne n’est pas payé de retour, ce qui le pousse finalement à la tuer.

Carmen est une jeune gitane qui entraîne dans sa chute son amant jaloux. C’est une femme sensuelle, qui utilise ses charmes et ses atouts féminins pour arriver à ses fins et manipuler ses amants. Elle envoûte littéralement le narrateur et Don José dès la première rencontre (ainsi que de nombreux autres hommes). Elle finira poignardée par ce dernier, devenu peu à peu fou de jalousie à cause de ses amourachements répétés, après qu’elle ait refusé de tout quitter pour partir avec lui en Amérique. ;

– Le nom de Donquixote Doflamingo vient de Don Quichotte du roman L’Ingénieux Noble Don Quichotte de la Manche écrit par l’écrivain espagnol Miguel de Cervantès et publié en deux parties, en 1605 et 1615. Dans cette œuvre, Don Quichotte est un homme d’un certain âge assez loufoque, en quête de justice et de vérité ; Doflamingo est lui aussi extravagant, mais son avis sur la justice est qu’elle l’emportera toujours, puisque « ceux qui se trouvent au sommet qui peuvent définir le bien et le mal comme ils l’entendent. […] Celui qui l’emportera deviendra la justice ! ». Il souhaite que la guerre de Marineford amène une Nouvelle Ère qu’il attend avec impatience, où les faibles ne pourront pas survivre.
(Tant qu’on y est : son prénom vient de l’espèce des flamants (« flamingo » en anglais), des oiseaux au plumage rose (de blanc rosâtre à rose très vif, selon les espèces). Il porte en permanence des lunettes de soleil dont les verres violets ont la forme de têtes de flamants roses inversées, ainsi qu’un grand manteau de plumes roses.) ;

– Le frère de Doflamingo, Rossinante, est lui aussi tiré du roman de Cervantès : il porte le même nom que le cheval de Don Quichotte, un canasson maigre et décharné, maladroit comme lui (qui chute souvent, voire se met le feu par inadvertance). En espagnol, rocín signifie  »cheval de bas-rang », mais également  »homme illettré et rustre », ce qui est assez correspondant à l’image qu’il donne au premier abord (muet et détestant les enfants), même s’il ne fait que cacher son jeu aux yeux de tous. ;

– La couverture du chapitre 34 du manga représente Luffy, Zoro et Nami en compagnie d’un âne, d’un chien, d’un chat et d’un coq, jouant tous d’un instrument ; il est également inscrit « Bremens » sur le piano de l’âne. C’est une référence au conte des frères Grimm Les musiciens de Brême (1819) : un âne, trop vieux pour travailler, décide d’aller à Brême pour devenir musicien. Il rencontre un chien, puis un chat et un coq. Ensemble, ils projettent d’aller à Brême. En chemin, ils s’arrêtent près d’une maison occupée par des voleurs, les mettent en fuite en provoquant un grand fracas dans la maison et s’installent confortablement dans la maison, où ils restent au final. ;

– Le bateau principal de la flotte de Barbe Blanche s’appelle le Moby Dick, par rapport au roman éponyme de Herman Melville, écrit en 1851. C’est l’un des plus gros navires du monde de One Piece, et sa figure de proue représente justement une baleine blanche. Dans le roman, un cachalot albinos particulièrement grand et féroce arracha la jambe du capitaine Achab, dont celui-ci a juré de se venger, entraînant son équipage pour l’abattre, peu importe le prix à payer. ;

– Pendant l’arc Village de Syrup, le personnage d’Usopp, criant chaque jour depuis des années que les pirates débarquaient, mais que personne ne crut justement le jour où cela arrivait vraiment, a pour origine la fable d’Ésope Le garçon qui criait au loup, dans laquelle un garçon s’amuse plusieurs fois à prétendre qu’il a vu un loup, ce qui le discrédite auprès des habitants de son village. Le jour où il voit vraiment un loup, personne ne prête attention à son cri d’alarme, et il se fait dévorer. C’est une histoire qu’on raconte généralement aux enfants pour leur apprendre à ne pas mentir.

Dracule Mihawk a, sans surprise, des liens avec le célèbre comte Dracula, l’antagoniste transylvain de l’œuvre majeure de Bram Stoker, Dracula, qui paraît en 1897 :
>son nom (Dracule). Le nom du comte Dracula est calqué sur le surnom de deux voïvodes de Valachie du XVe siècle : Vlad Țepeș et son père Dracul, le « Dragon », ainsi appelé parce qu’il était membre de l’Ordre du Dragon. |

>son immense et sinistre château sur l’île de Kuraigana (apparemment déserte, mais ancien théâtre d’une grande guerre), où il y a toujours du brouillard et une grande lune paraissant rouge, ce qui donne l’impression qu’il y fait toujours nuit |
>sa boisson favorite est le vin, sûrement en hommage à la fameuse réplique « je ne bois jamais… de vin. » de divers films sur le vampire, comme Dracula de Tod Browning (1931) avec Bela Lugosi, ou Dracula de Francis Ford Coppola (1992) |
>sa Barque Mortuaire, qui ressemble à un cercueil avec un mât en forme de crucifix |
>peut-être aussi son regard perçant et ses yeux rouges dans le manga, même si ce sont ses pupilles, et pas ses sclères (blancs des yeux), ce qui fait qu’il n’a pas l’air d’avoir de la conjonctivite. |

Mihawk ressemble aussi à Dracula des comic books d’horreur The Tomb of Dracula (pour ses sourcils, notamment). La série a été édité chez Marvel d’avril 1972 à août 1979 ; ses 70 numéros racontent les aventures d’un groupe de chasseurs de vampires se battant contre le comte Dracula et d’autres créatures surnaturelles. En de rares occasions, Dracula a aidé le groupe de chasseurs à éliminer des menaces communes, ou combattait seul d’autres menaces surnaturelles, mais le plus souvent, il était l’antagoniste principal. Dracula a aussi fait des apparitions dans d’autres séries Marvel, servant de supervillain contre Blade, Spider-Man, Werewolf by Night, les X-Men, Howard the Duck ou encore Solomon Kane (personnage sous licence de Robert E. Howard, le créateur de Conan le Barbare). ;

– Sur la couverture du chapitre 247, sous-titré « Wapol, le petit vendeur d’allumettes« , l’ancien roi en est réduit à tenter de survivre en vendant des allumettes aux passants, tel un mendiant. Les habitants sont dégoûtés par sa crasse. C’est une allusion au (triste) conte La Petite Fille aux allumettes, écrit par Hans Andersen et publié en 1845 dans le cinquième volume de ses Contes. Il raconte l’histoire d’une pauvre fillette qui vend des allumettes aux passants, cherche à se réchauffer en les brûlant mais meurt de froid dans la nuit du Jour de l’An après avoir eu des visions fantastiques, dont celle du seul être humain qui l’ait jamais aimée : sa grand-mère récemment décédée. C’est un conte évoquant la misère du XIXe siècle, opposant l’opulence et l’égoïsme des uns (fêtant richement le Réveillon) à la misère, l’abandon, la faim, le froid et la maltraitance d’une petite fille innocente. ;

– L’ancien pirate Zeff aux Pieds Rouges, et actuel chef du navire-restaurant le Baratie, semble être un hommage à Long John Silver de L’Île au trésor de Robert Louis Stevenson, paru en 1883. Silver est le quartier-maître du vaisseau pirate Walrus, commandé par le capitaine Flint. Il a perdu sa jambe alors qu’il servait sous les ordres de « l’immortel Hawke ». On dit qu’il est le seul homme que Flint ait jamais craint. Comme nombre de personnages de Stevenson, il y a chez lui une dualité marquée : de prime abord, Silver est un compagnon et un marin agréable, et ce n’est que lorsque l’intrigue se déploie que l’on découvre graduellement la vilénie de sa nature. Sa relation avec Jim Hawkins est intéressante en ce qu’il lui sert de mentor et de figure paternelle. Bien que disposé à abandonner ses anciens alliés, à tout moment, dans l’intérêt de sa propre survie, Silver possède quelques vertus : il est assez sage pour prêter attention à l’usage qu’il fait de son argent, contrairement à la plupart des pirates, de tempérament dépensier, et il est physiquement courageux en dépit de son handicap, pouvant affronter plusieurs hommes à la fois. Il est surnommé le maître coq.

Zeff est une légende sur East Blue, puisqu’il a réussi à aller jusqu’au Nouveau Monde et à revenir sans perdre un seul membre de son équipage. Même si c’était un pirate, il a sacrifié sa jambe pour sauver Sanji (en la coupant avec une chaîne d’ancre pour le sauver de la noyade dans l’anime, ou en la mangeant pour lui laisser le sac de nourriture dans le manga), agissant par la suite comme un père et un mentor pour lui, lui enseignant le métier de cuisinier et la façon de se battre uniquement avec les jambes. C’est donc l’inverse de Silver dans le cas de sa personnalité (semblant être un pirate sans merci au début, avant de prouver qu’il a un bon fond, même s’il reste souvent bourru). ;

Silvers Rayleigh doit quant à lui son prénom à Long John Silver.
Sur Thriller Bark se trouvait aussi le Général zombie Capitaine John, un atroce et brutal pirate de Grand Line, célèbre pour avoir laissé un fabuleux trésor dans une sombre grotte infestée de terribles pièges, trésor que recherche d’ailleurs activement Baggy. Son bracelet, récupéré et porté par Luffy, serait la clé pour retrouver le-dit trésor. ;

– Le pouvoir de la princesse Mansherry de soigner n’importe quelle blessure grâce à un liquide guérisseur produit par ses mains ou ses larmes me rappelle beaucoup les larmes de phénix, un ingrédient extrêmement rare et possédant de puissantes propriétés curatives dans le monde d’Harry Potter. ;

– Le fait que l’île de Zou se trouve sur le dos d’un éléphant géant est probablement une référence au Disque-monde, un monde plat et circulaire soutenu par 4 éléphants géants se situant eux-mêmes sur le dos d’une immense tortue naviguant dans le cosmos, dans la suite de romans Les Annales du Disque-monde écrit à partir de 1983 par l’écrivain britannique Terry Pratchet (il en écrira plus d’une trentaine). C’est un monde imaginaire de fantasy burlesque, à l’opposé du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien car, même s’il est peuplé de créatures typiques de fantasy (nains, trolls, gobelins, elfes…), le déroulement des aventures présente un univers où règnent l’irrationnel, la satire de la société humaine, le délire et l’humour absurde, un peu dans le style des Monty Python. ;

Nekomamushi semble être aussi inspiré de Garfield, car ce sont tous deux de gros chats orange raffolant des lasagnes (et aimant se bagarrer avec leur camarade canin, c’est-à-dire Odie ou Inuarashi). En revanche, si celui créé par Jim Davis est une grosse loque feignante au possible, le second est un guerrier exceptionnel, avec une puissance, une vitesse et une résistance absolument remarquables. ;

.

Big Mom, l’une des 4 Empereurs, rappelle de par son rire diabolique, sa méchanceté et son égoïsme le comportement des certaines sorcières dans les légendes, qui ont également parfois pour particularité de manger des humains (surtout les enfants). Dans le célèbre conte d’Hansel et Gretel, recueilli par les frères Grimm (Contes de l’enfance et du foyer, 1812), la sorcière a une maison comestible pour attirer les enfants puis les manger, de la même manière que tout l’archipel Totto Land de Big Mom est basé sur la nourriture, avec des maisons fabriquées en friandises (comme à Chocolate Town, sur l’Île Cacao). C’est encore plus vrai pour le personnage de Charlotte Brûlée, qui voulait faire cuire Carrot dans un chaudron d’eau bouillante mais s’est fait ébouillanter par l’eau, dans sa maison à l’intérieur du Mirror World.

Big Mom est de surcroît inspirée de plusieurs personnages célèbres d’Alice au Pays des merveilles :
> La Reine de cœur, elle aussi très égoïste et d’apparence proche (obésité, nez proéminent, taille anormale, robe, large sourire…). Elles ont également un penchant pour ordonner des décapitations.
> Le Chapelier fou, par rapport à son obsession avec les parties de thé.
> La Duchesse, pour ses changements d’humeur, sa tête surdimensionnée, son visage laid, et son habitude d’asservir toutes les personnes autour d’elle, y compris ses enfants (qu’elle traite comme toute autre personne), dans son propre intérêt. ;

– De manière générale, l’île de Whole Cake est inspirée par l’oeuvre de Lewis Caroll :
> Alice au Pays des Merveilles (1865) : pour la Forêt de la Tentation/Forêt de Tulgey qui ont un design proche et où il est facile de se perdre (et où il se passe des trucs pas très catholiques) ainsi que l’apparition et la disparition de Sanji/Chat du Cheshire dans celle-ci (+ Bobbin pour son sourire figé), Randolph/Le Lapin Blanc deux lapins couleur neige qui agissent comme des humains (le Lièvre de mars est aussi possible, car fou et fan des parties de thé), une grande porte endormie Homie qui mène à une grande pièce avec de nombreuses portes et éventuellement Streusen qui a une moustache blanche et une grosse montre à gousset comme le Lapin Blanc. |
> De l’autre côté du miroir (1871) : pour les pouvoirs de Charlotte Brûlée faisant qu’un miroir peut agir comme un portail vers un univers alternatif reflété (le Mirror World) où le sol est composé de carrés comme un plateau d’échec, les Homies soldats habillés comme des pièces de jeu d’échec avec des motifs de jeu de cartes (Chess Soldiers en anglais), le paysage de fleurs sentientes/fleurs Homies, voire même Diesel le Longs-Bras/le train bondissant qui transporte la/les protagoniste(s) à travers le Mirror World. |

>Certaines espèces animales capturées et épinglées dans les livres de Charlotte Mont-d’Or, montrées par Big Mom à la famille Vinsmoke dans sa bibliothèque, sont des références à des personnages mineurs des nouvelles : le Griffon (de South Blue) est basé sur le Griffon du premier roman (ami de la Fausse-Tortue). La manticore et la licorne sont liées à la comptine mentionnée dans le deuxième roman : Le Lion et la Licorne ; ceux-ci se battent pour la couronne du Roi blanc, ce qui est absurde, vu qu’ils sont eux-même des pièces blanches. Carroll a inversé le point de vue traditionnel selon lequel un lion est alerte et calculateur en rendant celui-ci lent et plutôt stupide, bien que ce soit clairement le meilleur combattant. Le rôle de la Licorne est également inversé par le fait qu’il considère Alice comme un ‘’monstre’’, bien qu’il promette de commencer à croire en elle si elle croit en lui. ;

.

– Le baron Tamago fait partie de la tribu des Longues-Jambes. Il aurait plusieurs origines :
>Ses habits font penser à ceux de la série animée japonaise des années 90 Papa longues jambes, un truc à la Princesse Sarah. Une orpheline, Judy Abbott, gagne la possibilité d’étudier au prestigieux Lincoln Memorial High School grâce à un mystérieux bienfaiteur,  »John Smith ». Elle n’a vu son ombre qu’une seule fois et à cause de ses longues jambes, elle l’appelle  »Daddy Long Legs ». Le seul paiement qu’elle doit donner à son bienfaiteur est de lui écrire des lettres tous les mois, sans attendre de réponse. On ne voit toujours que l’ombre de ce « papa », mais il a lui aussi une canne, un chapeau, et un style vestimentaire de l’époque victorienne. L’anime est adapté d’un roman épistolaire de 1912 écrit par l’écrivaine américaine Jean Webster (1876-1916). ;

>Il serait aussi une combinaison de Humpty Dumpty et de l’oiseau Jubjub. Le premier est originellement le personnage éponyme d’une petite comptine anglaise extrêmement populaire, le plus souvent représenté comme un  »homme-œuf ». La comptine raconte qu’après qu’il soit tombé du haut mur où il était assis,  »tous les chevaux du Roi ni tous ses hommes » ne purent le remettre entier. Le baron Tamago, lui, peut se casser et changer de forme à chaque fois en cycle (oeuf -> poussin -> poulet -> oeuf).

>Bien évidemment, Humpty-Dumpty est aussi (encore) un personnage de Lewis Caroll, dans un chapitre de De l’autre côté du miroir. Il discute du sens des mots avec Alice. « Quand j’utilise un mot, dit Humpty Dumpty avec un certain mépris, il signifie exactement ce que j’ai décidé qu’il signifie, ni plus, ni moins » ; à l’objection d’Alice qui demande si on peut donner autant de sens différents à un mot, Humpty Dumpty répond « la question est de savoir qui est le maître ». Ce dialogue, où un œuf posé sur le sommet d’un mur étroit parle comme une personne de grand pouvoir (symbolisant sa position précaire réelle, bien qu’il fasse croire le contraire (?)), est devenu un lieu commun dans les discussions politiques, juridiques et académiques de plusieurs pays.

>L’oiseau Jubjub (Jubjubird en anglais) est une dangereuse créature mentionnée dans les poèmes Jabberwocky et The Hunting of the Snark aussi dans De l’autre côté du miroir. C’est un oiseau au petit corps rond mais aux grandes jambes, avec un chapeau, dont la voix est un cri abominable, très aigu et strident (comme un crayon sur une ardoise) qui effraie tous ceux qui l’entendent. Ses traits de caractère incluent le fait qu’il est « désespéré » et « vit dans une passion perpétuelle« . « Son style vestimentaire est entièrement absurde car toujours largement en avance sur la mode. Il reconnaît les amis qu’il a déjà rencontré une fois, et ne demande jamais qu’on lui donne un pourboire. » Le Boucher insiste particulièrement sur le goût qu’il a cuit, qu’il qualifie ‘plus exquis encore que le mouton, les huîtres ou les œufs« . En le cuisinant, il faut cependant garder en vue la chose principale : « Préserver à tout prix sa forme symétrique. » ;

Pekoms, un pirate de l’équipage de Big Mom, est une référence à la Mock Turtle (‘’Fausse-Tortue’’ en VF) dans le livre Alice au Pays des Merveilles. C’est une tortue avec la tête, les sabots et la queue d’un veau, tandis que Pekoms est un lion mink (race d’animaux humanoïdes) possédant un fruit du démon Zoan (Kame Kame no Mi) qui lui permet de se changer en tortue ou en hybride lion-tortue à la carapace ‘’dure comme du diamant’’.
La Fausse-Tortue vient au départ de la soupe de fausse tortue (mock turtle soup), un plat populaire à l’époque victorienne, créé au milieu du XVIIIe siècle comme copie bon marché de la soupe de tortue verte. Traditionnellement, cette soupe prend les parties d’un veau qui ne sont pas fréquemment utilisées et souvent jetées (les abats), comme la tête, les sabots et la queue, et utilise la viande pour reproduire la texture et la saveur de la viande de tortue de l’original. C’est pour cela que la Fausse-Tortue ressemble à un hybride de tortue et de veau. ;

.

– Les faux maillets énormes d’Usopp sont un clin d’œil aux coups de marteaux surdimensionnés de Kaori Makimura, l’assistante de Ryo Saeba (dans le manga City Hunter/Nicky Larson), qu’elle utilise lorsqu’elle est agacée par la tendance de ce dernier à courir les jupons plutôt que de s’occuper du travail qui l’attend. ;

Doflamingo est surnommé Joker en raison de son grand sourire quasi-permanent, tout comme le Joker, ennemi juré de Batman (apparu dans Batman #1, au printemps 1940). Tous les deux sont des psychopathes se délectant du chaos qu’ils peuvent semer (« Certains hommes veulent juste voir le monde brûler. » – Alfred), et n’éprouvent pas de pitié ou de compassion, même envers leurs hommes de main (qui les craignent). Ils font le mal pour le mal, et n’ont ni morale ni éthique. Très cyniques, ils maîtrisent également l’art de la manipulation (Doflamingo a pris le pouvoir en une nuit tout en se faisant passer pour un héros). ‘’Joker’’ est aussi un pseudonyme que Doflamingo utilise pour cacher sa véritable identité quand il mène des activités illicites, et le Joker est lui aussi très lié au monde de la pègre (par ses relations ou ses activités criminelles). Ultime lien avec le monde de Batman : la technique où Doflamingo crée un double de lui-même en fil est appelée ‘’Black Knight’’, soit ‘’Chevalier Noir’’, un des surnoms habituels de Batman.
La carte à jouer du Joker, optionnelle et de puissance variable, le place aussi dans la catégorie des membres de l’Équipage aux Cent Bêtes de Kaido, basés sur les jeux de cartes. Étant son fournisseur de Smiles, il n’est que son allié/collaborateur, bien qu’il le craigne grandement. ;

.

– Le déguisement de Luffy à Dressrosa (barbe + longues moustaches blanches + lunettes de soleil) est très certainement un clin d’oeil à l’apparence de Tortue Géniale (Kame Sennin en VO), personnage créé par Akira Toriyama dans le manga Dragon Ball en 1984. C’est l’un des plus grands maîtres des arts martiaux humain de l’univers de Dragon Ball, qui forma (entre autres) Son Gohan et Son Goku. ;

– Tant qu’on y est, faisons la liste de toutes les références (plus ou moins proches) à Dragon Ball et DBZ :

>L’Incision (Soru en VO), technique de déplacement éclair et spécialité du CP9 (mais pas que), est probablement basée sur les déplacements ultra rapides des personnages du manga. |

>Le Douriki, unité de mesure de la force d’un individu (1 soldat normal = 10 Dourikis) utilisée principalement au sein du CP9, rappelle les unités de puissance utilisées dans Dragon Ball (« It’s over NINE THOUSAAAAAND !« ), bien que Toriyama ait fini par déclarer qu’elles ne voulaient pas dire grand-chose. |

>Si les escargots ont été choisi pour assurer les communications entre les personnes dans la série One Piece (-> escargophones), c’est peut être parce que dans Dragon Ball Z, les Nameks (des extraterrestres qui sont le croisement entre les humains et les escargots, comme Piccolo) peuvent communiquer à distance par télépathie. |

> Luffy fait beaucoup penser à Son Goku avec son gros appétit (et son manque de manières à table), sa grande puissance et les gros dégâts qu’il provoque lorsqu’il combat (et aussi le fait qu’ils utilisent des « transformations » pour augmenter leur puissance : Gears/Super Saiyans). Luffy recherche le précieux One Piece alors que Son Goku recherche les Dragons Balls, et le One Piece est son rêve tandis que les Dragons Balls sont utilisées pour réaliser des rêves. Son nom, « Monkey », signifie « singe » alors que Goku (en tant que Saiyen) a une queue de singe et peut se transformer en gorille géant. |

> La façon dont Luffy en Gear 4 termine sa technique Leo Bazooka est semblable à celle du Kamehameha : il place ses bras devant lui, avec les paumes étendues, les doigts à moitié pliés et les poignets qui se touchent. |
>Dans le chapitre 619, Neptune charge son attaque Ultramarine en plaçant ses mains du côté droit de son corps, puis lance un énorme rayon (d’eau) pour envoyer valser les sbires de Hody. Elle est ainsi très similaire au Kamehameha. |

> Il se peut que Piment, Oignon et Carotte, les enfants du village natal d’Usopp, aient des noms de légumes comme une bonne partie des personnages de Dragon Ball, quand ce n’est pas des putain de noms de sous-vêtements (niveau références culturelles, l’autre manga est dans les choux LOL). |

> Zephyr ressemble au Major Metallitron. C’est un androïde créé par l’Armée du Ruban Rouge, et le second adversaire de Goku dans la Muscle Tower. Il est lui-même basé sur le T-800 de Terminator. |

> La première fois que Chopper utilise son Scan en Brain Point, Luffy dit ‘’Je suis sûr qu’il va faire jaillir un rayon laser !’’ (au chapitre 149). C’est parce que la position de Chopper, avec les ‘’mains’’ tendues devant son visage, formant un losange, est très semblable à celle pour faire le Kikohô, une technique extrêmement puissante (la plus destructrice du manga) surtout utilisée par Tenshinhan. Elle consiste à rassembler toute son énergie autour de ses mains, et de la propulser comme avec une catapulte (d’où son nom : Kikohô = Catapulte d’énergie). Notons que son utilisateur à la possibilité de viser son adversaire grâce à un zoom. C’est une technique interdite qui peut coûter la vie à son utilisateur. Cette technique est la plus puissante et la plus décisive parmi toutes celles de Tenshinhan, qui ne l’utilise qu’en cas de nécessité majeure. |

> La technique de Franky de concentrer de l’air avec ses deux mains tendues vers l’avant pour ensuite balancer une onde de choc d’air supersonique à ses ennemis ( »Coup de Vent ») peut faire penser à certaines attaques de Dragon Ball (Z), notamment le  »Buster Cannon » de Trunks du Futur : il tend ses bras devant lui, et charge deux boules d’énergie dans ses mains. Ensuite, il les combine ensemble devant lui pour envoyer un puissant rayon d’énergie. L’attaque de Franky pré-ellipse était déjà très puissante, ayant balayée les charpentiers de Galley-La et détruit en grande partie le chantier de construction n°1. |

>Dans sa forme de Gear 4, Luffy est recouvert par du Haki sur presque tout son corps, à l’exception de son abdomen, torse et tête, avec une ombre autour de ses yeux. C’est assez similaire au Super Saiyan 4 : au lieu de Haki, cette forme est couverte de poils rouges. Ces deux formes sont nommées d’après le nombre 4.
Cela rend également son utilisateur considérablement plus grand et plus musclé, comme l’a montré Végéta quand sa limite de temps a expiré et que sa taille s’est considérablement réduite pour revenir à la normale. Cette forme donne à l’utilisateur la force et la rapidité extraordinaires d’un Grand Singe (大猿, Ōzaru), tout en restant calme et intelligent. Mais pour d’autres, cela peut les rendre très froids et agressifs. Un utilisateur de cette forme perd une partie de sa rationalité (-> Luffy est dans une colère froide en Gear 4).
Les deux mangas se basent aussi sur Son Wukong, le héros de la Pérégrination vers l’Ouest, qui maîtrise 72 transformations, dont une forme géante. |
> Le Grand Corsaire Edward Weevil et sa mère Bakkin pourraient être inspirés de Babidi et Majin Boo. Majin Boo se fait manipulé par Babidi pour tuer des gens, tout comme Bakkin manipule son fils pour retrouver Marco et le trésor qu’avait amassé Barbe Blanche (qu’il a en réalité dépensé pour son île natale très pauvre). Bakkin et Babidi sont de petits êtres ridés et faibles physiquement, aux sombres desseins. Majin Boo et Edward Weevil sont de gros bêtas qui ont l’intelligence d’enfants, mais une force colossale. |

>La forme Su Long des Minks rappelle la forme Oozaru (Singe géant) des Saiyans : seuls les Saiyans ayant une queue et regardant la lune peuvent se recourir à cette transformation. Elle multiplie par 10 le potentiel de son utilisateur, et lui donne une force et un comportement brutaux, mais est quasi incontrôlable (sauf s’il s’est suffisamment entraîné à le faire). Les deux races sont aussi connues pour leurs hautes compétences physiques et guerrières (même si les Minks sont pacifiques tant qu’on ne vient pas les faire chier chez eux).
Les Minks peuvent déployer toute leur force les soirs de pleine lune sous une forme appelée Su Long, qui les rend prodigieusement puissants et très rapides. Cependant cette forme entraîne une forte dépense en terme d’énergie et peut sur le long terme réduire l’espérance de vie de son utilisateur s’il ne la contrôle pas. |

>Charlotte Pudding, membre de la très rare Tribu des Trois Yeux, est similaire à Tenshinhan, un combattant triclope apparaissant dans Dragon Ball lors du 22e Tenkaïchi Budokaï, et le premier rival sérieux de Son Gokû. Tenshinhan est un puissant guerrier, un maître des arts martiaux, et l’un des êtres humains les plus puissants de la planète. Les arts books Daizenshuu mentionnent que Tenshinhan est un descendant du clan Trois Yeux. Son 3ème oeil ne se ferme jamais et est donc toujours actif, ce qui lui permet de voir les mouvements des gens avec plus de rapidité et prévoir les action. L’inconvénient est qu’il est sensible à l’éblouissement (taiyoken).
(Le fait que Ten Shin Han soit un descendant du clan Trois-Yeux est une référence au personnage Sharaku, qui est aussi un descendant de ce clan dans le manga L’Enfant aux trois yeux d’Osamu Tezuka (1974 – 1978) ). |

>Sous sa forme de dragon chinois volant, Kaido ressemble à Shenron (ou Shen Long), le dragon magique qui apparaît pour exaucer un souhait lorsque les sept Dragon Balls sont réunies. Shenron peut être invoqué lorsque les Dragon Balls de la Terre sont réunies. A ce moment, il peut exaucer n’importe quel vœu, tant que celui-ci ne requiert pas une puissance supérieure à son créateur, le Tout-Puissant. Selon Son Goku, Shenron ne peut pas (ou ne voudra pas) exaucer deux fois le même vœu. Ainsi, il est par exemple impossible de ressusciter deux fois la même personne. Après avoir été utilisées, les Dragon Balls deviennent de simple pierres pendant un an. Il est alors impossible d’invoquer Shenron dans ce laps de temps. ;

.

Cosette, la pauvre chef cuisinière du Royaume de Germa que seul Sanji défend contre ses frères dépourvus de toute empathie, porte le même prénom que la célèbre enfant maltraité du roman Les Misérables (1862) de Victor Hugo. Pour trouver du travail, Fantine doit se séparer de sa fille Cosette, car, à l’époque, une mère célibataire était rejetée par la société. Elle la confie naïvement à un couple d’aubergistes du village de Montfermeil, les Thénardier, qui s’avéraient être des individus de la pire espèce. Ils vont être odieux avec l’enfant, qu’ils traitent comme leur domestique, tout en exigeant toujours plus d’argent de Fantine, embauchée comme ouvrière dans la fabrique de verroterie créée par Monsieur Madeleine (alias Jean Valjean) à Montreuil en 1817. Après la mort de Fantine, Jean Valjean finit par s’échapper de prison et vient récupérer l’enfant, dont il allait promis de s’occuper à sa mère sur son lit de mort. Il n’arrivera à l’arracher aux griffes des Thénardier qu’en la leur rachetant. ;

– Quant à Epony, la femme de chambre de la Famille Vinsmoke qui s’occupait de la reine Sora lors de son hospitalisation, son nom est peut être inspiré du personnage d’Éponine, toujours dans Les Misérables. Elle est l’aînée des enfants des Thénardier. Elle a le même âge que Cosette, toutes les deux sont nées vers la fin de l’année 1815. Elle est présentée comme le portrait emblématique de la faim ou, plus précisément selon Hugo, celui de « la misère de l’enfant » (ironiquement, Epony est une femme assez dodue de 40-50 ans). Amoureuse de Marius, qui n’aimera jamais que Cosette, elle est à la fois partagée entre la jalousie et le désir de plaire à l’élu de son cœur. Éponine sera tentée d’éloigner les amoureux l’un de l’autre lorsque l’occasion se présentera après avoir pourtant facilité leur rencontre, mais mettra toujours le bonheur de son aimé au premier plan… jusqu’au sacrifice de sa propre vie, quand elle s’interpose entre Marius et le soldat qui le visait pour mourir à sa place. ;

– L’Escouade de Mousquetaires sur Zo sont ceux qui s’occupent de la Principauté de Momoko le jour et qui servent le Duc Inuarashi. Parmi eux trois Minks surnommés « Les Trois Mousquetaires d’Inuarashi » (un lion, un renard et un zèbre Minks) sont dirigés par Sicilian, et ont une certaine autorité sur toute l’escouade. Le nom de cette escouade fait référence au roman Les Trois Mousquetaires , écrit en 1844 par Alexandre Dumas, avec Athos, Porthos et Aramis, mousquetaires au service du roi Louis XIII. ;

– Le nom de King Baum peut provenir de L. Frank Baum, l’auteur du roman fantastique Le Magicien d’Oz (1900), qui présentait des arbres ennemis parlant comme Baum. ;

– Les Hommes-poissons partagent de nombreux points commun avec les Atlantes, ou Homo mermani, une espèce de l’univers Marvel créée en 1939 :
>Ils sont tous deux une espèce proche des homo sapiens (ramification génétique pour les homo mermanus, mais on ne sait pas si c’est le cas pour les Hommes-Poissons ou s’ils descendent des humains ou inversement) ; ils sont cependant si proches que des humains et eux peuvent avoir une descendance hybride (ex : Chimney [1/4 triton, 3/4 humaine] / Namor). |
>Tous les Hommes-Poissons sont naturellement 10 fois plus fort qu’un être humain moyen sur terre, et 20 fois plus dans l’eau. Les Atlantes posséderaient 10 fois la force d’un être humain, même si la force moyenne d’un homo mermanus est maintenant plutôt de 4 tonnes (à moins que ce ne soit que pour les hybrides, ou alors leur force s’est développée…). |
>Ils sont tous deux parfaitement adaptés à la vie sous-marine, pouvant nager à grande vitesse (50-55 km/h pour les homo mermani, qui ont cependant aussi une vitesse supérieure « à celles du meilleur athlète humain » sur terre). Leur vision est adaptée à la noirceur des profondeurs et leur corps supporte le froid et la pression de l’eau. Ils ont tous les deux des branchies. Cependant, la plupart des Atlantes ne peuvent pas rester hors de l’eau pendant plus de 10 minutes sans aide artificielle, tandis que les Hommes-Poissons peuvent y vivre indéfiniment. |
>Tous les deux ont une apparence très humanoïde (sauf les sirènes de One Piece qui ont une queue de poisson au lieu des jambes), mais une peau de couleur différente de celle des humains : bleu clair ou foncé pour les Atlantes, bleu ou rose avec de nombreuses teintes possibles pour les Hommes-Poissons. |
>Tous les deux ont un système monarchique, même si celles des Atlantes ressemble plutôt à celle de la Rome antique à son zénith (très stratifiée, avec des « castes » plus ou moins explicites), et celle des Hommes-Poissons à une monarchie de notre monde contemporain, par exemple l’Angleterre, avec une famille royale et une garde royale mais des « sujets » libres de vivre comme ils le souhaitent. |
>Tous les deux sont bien moins nombreux que les humains (- de 10 000 Atlantes sur Terre, mais quand même 5 millions d’habitants rien que sur l’île des Hommes-Poissons), et ont longtemps eu de gros problèmes de cohabitation avec les humains : La relation humains/hommes-poissons est très rare. Il y a encore 200 ans, les hommes-poissons et les sirènes étaient considérés comme des poissons. De ce fait, ils étaient persécutés, rejetés et méprisés par les humains dans le monde entier. Il fallut attendre que le Gouvernement Mondial reconnaisse l’Île des Hommes-Poissons par un traité pour que cela s’arrête… mais les sirènes sont toujours très recherchées par les vendeurs d’esclaves. ; Au cours du XXème siècle, les Atlantes ont commencé à entrer en contact avec leurs cousins humains. Ces contacts ont souvent été hostiles, et ont inclus de nombreuses invasions avortées et même des événements isolés où un grand nombre d’homo mermani ont été rendus comateux ou stérilisés pendant certaines périodes, mais ils ont tout de même aidé les forces alliées contre l’Axe lors de la 2nde guerre mondiale. ;

.

– La phrase « Ouvre, Chinjao« , que Don Chijao prononce au moment de fendre en deux, grâce à son crâne pointu, la glace extrêmement résistante recouvrant un grand trésor, fait référence à la célèbre phrase « Sésame, ouvre-toi » tirée de Ali Baba et les quarante voleurs, une histoire d’origine persane. Il s’agit d’un récit que l’on présente souvent comme faisant partie des contes Mille et Une Nuits traduits par Antoine Galland en 1701, bien qu’il n’ait jamais été présent dans les manuscrits initiaux mais à leurs côtés. Cette phrase magique ouvre l’entrée d’une caverne (en déplaçant un énorme rocher) dans laquelle les quarante voleurs ont caché un trésor, fruit de l’accumulation de tous leurs larcins. ;

Dogra et Magra sont des membres des bandits de Dadan qui habitent et sont actifs sur le Mont Corvo sur l’Île de Dawn. Ils ont aidé à prendre soin de Ace et Luffy pour Garp. Leur nom semble venir de la nouvelle de l’écrivain japonais Yumeno Kyūsaku (1889-1936) « Dogra Magra« , qui est considérée comme une précurseuse de la science-fiction japonaise moderne, et l’un des romans majeurs du XXème siècle au Japon. (lien du résumé) ;

Faust est un chat Mink et un membre de l’Équipage de Hawkins. Il est probablement nommé d’après le légendaire érudit allemand qui vendit son âme au diable pour une connaissance illimitée et pouvoir jouir des plaisirs de ce monde. Il vient à la base d’un conte populaire allemand ayant rencontré du succès au XVIème siècle, mais c’est l’adaptation de Goethe en pièces de théâtre qui est la plus connue, celle-ci étant considérée comme l’oeuvre la plus importante de la littérature allemande. Cela reste dans le thème de la magie noire que semblent partager les pirates de l’Équipage de Hawkins. ;

Raizo et ses techniques ninjas sont probablement un hommage à la représentation du ninja dans divers médias, y compris celui de la série de manga Naruto de Masashi Kishimoto ; d’ailleurs, sa pose lors de sa présentation est la même que celle de Jiraya quand il se présente face à quelqu’un. Son doubleur est également le même qu’un personnage de Naruto, Might Guy. ;

Lassou, le bazooka qui a mangé le Fruit du Canidé, modèle Basset (oui, dans cet ordre), doit sûrement son nom à Lassie, une chienne colley créée par Eric Knight dans son roman de 1940, Lassie, chien fidèle. De nombreux films et séries télévisées s’en sont inspirés. C’est l’histoire de Lassie, la magnifique chienne du petit Joe Carraclough, qui est vendue par le père de Joe à cause de la pauvreté. L’animal est emmené depuis l’Angleterre à la lointaine Écosse par son nouveau propriétaire. Mais Lassie, après moult péripéties et dangers, parvient à regagner son premier foyer.
La célébrité de Lassie a atteint un tel niveau qu’elle possède une étoile sur le fameux Walk of Fame à Hollywood. Seuls deux autres chiens, Rintintin et Strongheart, ont également été honorés de la sorte. ;

– L’apparence de Sabo est similaire à celle du personnage du jeune Jack Dawkins, pickpocket de son état, alias Artful Dodger (Rusé Matois en VF) dans Oliver Twist (1837) de Charles Dickens. Il faisait partie d’un gang d’enfants voleurs. Son habillement habituel inclut un haut-de-forme et un gilet d’adulte avec les manches retroussées, car ses vêtements sont bien trop grands pour son âge. C’est lui qui profitera de la naïveté d’Oliver Twist, et donc le responsable de sa descente aux enfers dans ce monde de délinquants et de criminels. Fagin, un juif sans scrupule, est le chef de la bande des petits voleurs dont Dodger est le champion. Jack est aussi très éloquent : sa conversation est un feu d’artifice de bons mots et, lors de son procès, il fait un brillant réquisitoire contre les institutions du Royaume, en particulier, la justice. ;

– Le Homie Rabian est un tapis volant (appartenant à Charlotte Pudding) comme celui(/ceux ?) des contes des Mille et Une Nuits. C’est un recueil anonyme de contes populaires d’origine persane et indienne écrit en langue arabe, dont le plus ancien fragment connu remonte au IXème siècle. Il est constitué de nombreux contes enchâssés et de personnages mis en miroir les uns par rapport aux autres. Dans l’histoire, les contes sont racontés par Schéhérazade à son mari le sultan de perse Chahriar qui, suite à l’infidélité de sa première épouse, avait pris l’habitude de se marier à une femme le soir et de la faire exécuter le matin pour être sûr qu’elle ne le tromperait pas (#ToutesDesSalopes). Étant donné qu’elle lui teasait toujours la suite pour le lendemain, il reportait à chaque fois son exécution, et au bout de 1001 nuits, elle gagna suffisamment sa confiance pour qu’il renonce à la faire tuer.
En réalité, Aladin ou la Lampe merveilleuse ne figure pas dans les manuscrits les plus anciens du recueil Les Mille et Une Nuits mais y a été associé à partir du XVIIIe siècle avec la traduction française du recueil par Antoine Galland qui l’augmente de plusieurs contes. Lui aussi fait état d’un tapis volant.
Cet objet magique apparaît dans la mythologie perse et arabe, mais aussi dans le folklore russe. Dans la mythologie perse, selon la légende, le roi biblique Salomon possédait un tapis volant dont certains personnages pensent qu’il lui fut offert par la reine de Saba. ;

– Le surnom de Randolph, « Crane rider » (« Chevaucheur de grue »), peut venir de Pak Wan-fai, l’héroïne principale de la nouvelle Xin Xian He Shen Zhen ( »The Magic Crane » en anglais) de Wolong Sheng (1930-1997), qui monte également une grande grue. La nouvelle est de type wuxia, un genre littéraire chinois ayant pour thème les aventures de « chevaliers errants » (artistes martiaux et justiciers) qui se déroulent généralement durant la Chine ancienne (époque des Royaumes combattants, du IVe au IIe siècle av. J.-C.). Le roman a été adapté en film en 1993. (impossible de trouver la date de publication de la nouvelle, bordel) ;

– Le Hobbit était un navire d’East Blue sur lequel Sanji s’est enrôlé comme apprenti cuisinier. Les Hobbits, également appelés Demi-hommes ou Periannath, forment un des peuples d’Hommes vivant en Terre du Milieu, dans le légendaire de l’écrivain britannique J.R.R. Tolkien. Ils apparaissent pour la première fois dans le roman Le Hobbit (1937) et sont mentionnés dans Le Silmarillion (1977), mais leur histoire est principalement racontée dans le roman Le Seigneur des anneaux (1954-1955), et plus particulièrement dans le prologue consacré aux Hobbits et à leur pays, La Comté. Les Hobbits sont des humanoïdes se caractérisant par leur petite taille, l’abondante pilosité qui croît sur leurs pieds, leurs oreilles légèrement pointues et leur visage rubicond. ;

– La Base G-8 de la Marine est aussi appelée Navarone. Elle apparaît uniquement dans l’anime. C’est dans cette base que le Vogue Merry atterrit en descendant de Skypiéa.
Le nom de l’île et sa structure lourdement armée de canons ressemblent à l’installation nazie sur le côté de la falaise dans le roman « Les Canons de Navarone« , publié par Alistair MacLean en 1957. Il a servi de base au scénario du film éponyme sorti en 1961. C’est un roman de guerre et d’aventure typique, où cinq héros membres d’un commando doivent mettre hors d’état de nuire d’énormes canons qui surplombent un détroit. L’île grecque de Navarone n’existe pas et la situation est fictive, mais l’action se place dans le contexte de la Campagne du Dodécanèse durant la Seconde Guerre mondiale. (merci à Spoki dans les coms ^^) ;

– Dans les SBS du tome 91, on apprend que le pirate attendant d’être servi sur le Baratie au chapitre 902 est Gary Croissant-de-lune, un personnage apparaissant dans Romance Dawn, le prototype de One Piece. ;

Gerd est une géante qui résidait à Erbaf il y a soixante-trois ans. Elle est la doctoresse du Nouvel Équipage des Géants. Son design, avec sa grande hache qu’elle tient à une main et son unique bas rayé, fait penser à celui d’un concept art de Nami. Celle-ci avait alors des cicatrices, un bras et pied robotique. (Gerd ; proto-Nami) ;

– La tenue… atypique de Rebecca au Colisée (bikini en cotte de mailles + bottes + gants + cape + épée) est similaire à la tenue de Red Sonja, un personnage de fiction d’heroic fantasy évoluant dans les comics Marvel. Apparue dans les histoires de Conan le Barbare, cette guerrière indomptable prendra peu à peu son indépendance, ayant droit à des aventures personnelles dans des romans, un film puis des bandes dessinées. ;

Tom, plus grand charpentier au monde et professeur d’Icebarg et Franky, a de nombreux points communs avec le personnage de Tom le bâtisseur dans le roman « Les Piliers de la Terre » (1990) de Ken Follett. Tom est un architecte qui aspirait à construire une cathédrale et a enseigné toute sa connaissance à ses deux élèves (son fils Alfred et son beau-fils Jack). Il a été tué lors d’un raid, mais l’un des ses élèves (Jack) a réussi à terminer son rêve.
De plus, le nom de famille de Jack est Jackson, comme l’Oro Jackson, le nom du navire construit par Tom pour Gol D. Roger, qui sera à la fois sa plus grande fierté et la cause de sa mort.

Franky est du coup basé en partie sur Jack le bâtisseur (Jack the Builder), un jeune et brillant architecte et maçon, qui partage le rêve de son tuteur (construire une cathédrale / construire un bateau qui fera le tour du monde). Fuyant Kingsbridge par désespoir de voir sa chère Aliena épouser Alfred, il parcourt l’Europe et, de chantier en chantier, il améliore ses connaissances : techniques de construction, mathématiques (en Espagne), techniques de l’architecture gothique (en France)… Il participe à la construction de la cathédrale de Kingsbridge, la première cathédrale gothique en Angleterre. Mais si Jack a hérité de son père un talent pour la poésie et les contes, Franky est tout le contraire du raffinement, se baladant en permanence avec une chemise hawaïenne ouverte, en slip de bain, et revendiquant haut et fort être un  »hentai » (= bizarre/pervers).

Icebarg ne ressemble pas à Alfred, qui n’est qu’un connard calculateur qui ne pouvait pas saquer Jack (et inversement), allant jusqu’à épouser la femme qu’il aime (Aliena) pour lui pourrir la vie, et la rendant malheureuse. Il se rapprocherait plutôt du prieur Philip, un moine dont le rêve est de développer la ville (Kingsbridge), comme Icebarg avec Water Seven. Il devient le dirigeant bienveillant de la ville, allouant les ressources, organisant le commerce, résolvant les disputes et rendant justice, la plupart du temps sans avoir recours à la force (Icebarg travaille dur et est apprécié de tous sur l’île). Sa rigueur morale peut parfois excéder certains personnages sympathiques du livre, mais il est dénué de méchanceté. Selon Aliena, sa capacité de pardon est surhumaine -> malgré le fait qu’il n’aimait pas les inutiles et dangereux Battle Franky de Cutty Flam et qu’ils causèrent la condamnation à mort de Tom, Icebarg a fini par lui pardonner et est resté son  »frère adoptif » et meilleur ami. ;

– Voici les références au manga Jojo’s Bizarre Adventures dans One Piece, même si les 2 premières me semblent assez… subtiles.
>Dans l’arc Impel Down, un prisonnier (du 6ème cercle, je crois) possède la marque des Joestar sur le côté du cou (une étoile). -> image |
>X Drake peut se transformer partiellement ou complètement en dinosaure comme Diego Brando et son Stand ‘’Scary Monsters’’ : il a le pouvoir de se transformer en vélociraptor doué de pensées, et de changer n’importe quelle créature vivante en dinosaure, en la blessant avec ses griffes. (« Oh là là, il se transforme en dinosaure donc c’est forcément une réf à JJBA… » MOUAIS.) |
>Le nom de  »Diamant » Joz (ou Jozu) vient peut-être de Jôsuke Higashikata et son stand Crazy Diamond. C’est possiblement aussi une référence à la vieille chanson folklorique américaine Diamond Joe, avec sa « mâchoire en forme de diamant« , même si ça m’semble capillotracté. |
>Blueno partage son nom et son pouvoir avec Blono/Bruno Bucciarati. Son Stand  »Sticky Fingers » ressemble beaucoup au Doa Doa no Mi, dans le sens où c’est une technique à très courte portée (fonctionne au contact) qui permet de créer des ouvertures (portes/fermetures éclair) sur des objets ou personnes. Cela s’avère bien pratique pour traverser des murs ou cacher des objets. Sur les êtres vivants, les fermetures éclairs les désarçonnent, et les empêchent ainsi de se mouvoir correctement (comme avec Luffy), ou de lancer des attaques. ;

– Le Vice-Amiral Jonathan de la base G-8 (hors-série) devrait son nom, selon Konosuke Uda (réalisateur d’animes, dont One Piece), à Jonathan Livingston Seagull – A Story (1970), une œuvre de l’écrivain Richard Bach, ancien pilote de l’armée de l’air américaine. Le livre est illustré de photos de goélands prises par Russell Munson. Il s’agit de l’histoire métaphorique et allégorique d’un jeune goéland que l’amour du vol entraîne dans une quête d’absolu. ;

Charlotte Mont d’Or est probablement inspiré physiquement de l’épouvantail, issu de l’univers du livre « Le Magicien d’Oz » (1900) de L. Frank Baum, ce qui correspond au thème des contes de fées de l’Équipage de Big Mom (d’ailleurs, les mots Or et Oz se ressemblent). Dans sa première apparition, l’épouvantail révèle qu’il lui manque un cerveau et qu’il souhaite par-dessus tout en avoir un. En réalité, il n’est âgé que de deux jours et est simplement naïf. Tout au long du roman, il prouvera qu’il a le cerveau qu’il recherche. et est plus tard reconnu comme « l’homme le plus sage de tout Oz », bien qu’il continue à attribuer cela au sorcier. Il est cependant assez sage pour connaître ses propres limites et est heureux de confier à la princesse Ozma la gouvernance d’Oz, que le sorcier lui a transmis, et de devenir l’un de ses conseillers de confiance, bien qu’il passe généralement plus de temps à s’amuser qu’à conseiller.
Tout comme lui, Mont d’Or est présenté comme un adversaire faisant partie du haut du panier de la famille Charlotte : Luffy ne pourra rien faire face aux attaques des personnages du monde parallèle de ses livres. Il est aussi surnommé  »le Scribe », recensant apparemment les événements concernant Totto Land, et fut un excellent stratège dans l’organisation des forces de l’Équipage de Big Mom contre les Mugiwaras, les Germa 66 et l’équipage du Firetank. En revanche, il ne semble jamais de bonne humeur, étant habituellement grincheux et soupe au lait, s’énervant facilement. ;

– La défaite de Charlotte Brûlée par l’eau bouillante est peut-être aussi une allusion au Magicien d’Oz, avec la Méchante Sorcière de l’Ouest. Elle a la phobie de l’eau (qui est sa seule faiblesse) car elle sait que la moindre goutte d’eau lui serait fatale. En voyant les souliers d’argent de Dorothée, la sorcière décida de les voler et réussit à s’emparer d’une chaussure en faisant trébucher Dorothy. Furieuse, la petite fille lui jeta alors un seau d’eau, qui la fit fondre instantanément.
La sorcière de l’Ouest a un autre point commun avec Brûlée : toutes les deux contrôlent un grand nombre d’animaux qu’elles envoient combattre leurs ennemis. ;

– Si Brûlée porte en permanence une robe de mariée déchirée, cela peut être en référence à Mlle Havisham, un personnage féminin tordu du roman Great Expectations (Les Grandes Espérances en VF) de Charles Dickens, sorti en 1681. Il est raconté entièrement à la première personne par le protagoniste lui-même, Philip Pirrip, dit Pip, un jeune orphelin qui parle de sa vie et ses aventures jusqu’à sa maturité.
Miss Havisham est une vieille dame fortunée continuant à vivre dans un instant précis de sa vie : celui où elle a été abandonnée par son fiancé à l’autel du mariage il y a de nombreuses années. La vieille dame, éternellement vêtue d’une robe de mariée défraîchie et de souliers en soie, vit dans un vaste manoir délabré, dont l’intérieur est jauni par le passage des ans, et les pendules arrêtées à neuf heures moins le quart. Même le gâteau de mariage est toujours sur la table, recouvert de toiles d’araignées.
Elle invite Pip sous le prétexte qu’elle a besoin de compagnie et ce dernier la considère comme sa bienfaitrice. Miss Havisham profite de la naïveté du jeune homme et d’Estella (sa magnifique fille adoptive au cœur de glace dont Pip tomba très amoureux) pour que celle-ci l’insulte, car elle aime voir les hommes avoir le cœur brisé. Bien plus tard, elle prend conscience de sa faute et lui présente ses excuses. Le jeune homme lui pardonne et la sauve opportunément des flammes lorsque sa robe de mariée prend feu près de la cheminée. Grièvement brûlée, cependant, elle meurt rapidement de ses blessures. ;

– Le dragon sur la couverture de  »One Piece GRAND PAPER ADVENTURE 3D » ressemble au dragon bariolé sur la couverture de The Dragons of Blueland (1951), troisième et dernier livre de la trilogie My Father’s Dragon par Ruth Stiles Gannett. Le livre a été réédité plusieurs fois, par ex en 1987. C’est précis. Un peu trop, même. ;

Basil Hawkins ressemble à Joey Jordison du groupe Skipknot, mais aussi à Johannes Krauser II, guitariste enragé et leader du groupe de death metal DMC (abréviation de Detroit Metal City), du manga parodique du même nom. ;

Kong ressemble à Akira Kongō du manga Kongō Banchō. Le personnage principal est un grand homme au cœur encore plus grand. Il reste calme et ne le perd que lorsque ses amis sont blessés. Lorsqu’il parle, la plupart des gens ne peuvent s’empêcher de se sentir dépassés et de voir les erreurs qu’ils commettent. Il sauva Hinako de Kiryu Touya et devint le banchō du district de Chiyoda. Il aide tout le monde et ne se soucie pas d’être puissant ou riche.
Outre le désir de détruire le District Plan, il semble heureux de profiter des choses simples. Il va au lycée Raimei et suit ce qu’il appelle de la simple logique (si quelqu’un fait du mal à votre ami, vous lui faites mal en retour). Akira ne s’y connaît pas très bien en technologie. Sa force et sa carrure massive rendent son travail difficile. Outre la ‘’neutralisation’’ d’autres banchō, Akira aide également les habitants de leur district à résoudre leurs problèmes.
Akira se bat avec sa force surhumaine et sa capacité à rendre son corps plus dur que le plomb. Il peut porter une voiture avec un bras. ;

– Les okamas Splash et Splatter ressemblent à Gon Freecss (forme adulte) du manga Hunter x Hunter. Gon Freecss est, avec Kirua Zoldik, le héros de Hunter X Hunter. C’est le fils du légendaire Ging Freecs, mais il a été élevé par sa tante Mito (la cousine de Ging), qu’il considère comme sa vraie mère. Il possède une personnalité proche de tout héros de manga nekketsu, bien qu’elle soit clairement plus recherchée et profonde.

Bien que très doué, il n’est pas forcément le plus fort physiquement. Son caractère équilibré, sa force morale et son instinct lui permettent néanmoins, de sortir de situations critiques (épreuve finale de la tour aux astuces par exemple, où il propose une troisième solution à laquelle les autres n’avaient pas pensé). Il est aussi totalement amoral, ne se souciant pas du bien ou du mal.

Lors de son combat contre Neferupito, Gon fait mûrir son corps d’une quinzaine d’années en quelques secondes, ce qui lui permet de balayer son adversaire. Mais cette dernière, avant de mourir, estime que le garçon a, de cette façon, sérieusement écourté le temps qu’il lui restait à vivre. Les chapitres traitant de l’après « fourmis-chimère » semblent lui donner raison, car tous les proches de Gon (mis à part Ging) pensent qu’il est mourant. Finalement, Gon est guéri par l’extraordinaire pouvoir de Aruka Zoldik, que son ami Kirua a amené à son chevet. Sitôt guéri, il fait une entrée triomphale au siège de la Société des Hunters et retrouve enfin son père Ging, avec lequel il a une émouvante conversation. ;

– Je trouve que Karasu ressemble au Vautour, un des ennemis récurrents de Spiderman, notamment en raison de sa calvitie, son masque en forme de bec et son rapport aux oiseaux (il peut contrôler les corbeaux, sûrement grâce à un fruit Zoan ou équivalent). ;

X Drake ressemble un peu, avec son  »loup », son costume noir et sa rapière, à Zorro. Ce justicier masqué de fiction est apparu pour la première fois dans Le Fléau de Capistrano (1919), une histoire de Johnston McCulley publiée en 5 parties dans le magazine américain All-Story Weekly. C’est un justicier masqué vêtu de noir qui défend les pauvres et les opprimés en Californie espagnole au XIXe siècle. Don Diego est secondé par Bernardo (dans la série au moins), son serviteur muet mais faisant semblant d’être sourd, et par Tornado, son cheval noir doté d’une intelligence hors du commun. Son principal ennemi est le sergent Garcia.
De nombreuses variations furent publiées en romans, bandes dessinées, films, séries télévisées, dessins animés et jeux, et il inspira d’autres héros masqués tels que Batman chez DC Comics (du propre aveu de ses créateurs), El Aguila chez Marvel Comics, ou Spider-Man.
(Inutile aussi de vous dire que Zoro doit son nom à Zorro) ;

– L’apparence et la capacité de s’allonger du Nouveau Climat-Tact de Nami peuvent être un hommage à « Ruyi Jingu Bang » (ou Bâton Cerclé d’Or), le bâton magique manié par Sun Wukong dans le conte chinois « La Pérégrination vers l’Ouest » (cf Ener). Le Nouveau Climat-Tact est la quatrième arme de Nami et la version améliorée du « Sorcery Climat-Tact ». Dans sa forme de base, c’est un bâton court orange avec des lignes parallèles rayées blanches et un bout rond de chaque côté. Les boules sur ses extrémités peuvent s’étirer pour s’allonger de chaque côté plus ou moins vite en fonction de la pression exercée sur le corps central.

Le bâton (ou trique, même si on évite ce mot pour des raisons de synonymie avec une expression peu distinguée) apparaît d’abord dans le troisième chapitre lorsque le roi des singes se rend dans le royaume sous-marin d’Ao Guang, le Roi Dragon de la Mer de l’Est (-> encore une origine possible pour l’Île des Hommes-poissons ?), à la recherche d’une arme magique pour égaler sa force et son habileté. Lorsque toutes les armes magiques traditionnelles – épées, lances et hallebardes pesant des milliers de livres – échouent à atteindre ses objectifs, la reine-dragon suggère à son mari de donner à Sun un pilier de fer inutile qui prend de la place dans leur salle au trésor. Elle prétend que l’ancien pilier avait commencé à produire de la lumière divine depuis quelques jours et suggère que le singe est destiné à en posséder. Le roman n’explique jamais comment le pilier a été fabriqué, mais seulement qu’il a été utilisé à l’origine par Yu le Grand pour mesurer les profondeurs du déluge mondial lors de temps immémoriaux.

Le bâton est initialement décrit comme un pilier de fer noir de vingt pieds de hauteur (~ 6 mètres) et la largeur d’un baril. Ce n’est que lorsque le singe le soulève et suggère qu’une taille plus petite serait plus gérable que le personnel se conforme à ses souhaits et rétrécit. C’est à ce moment-là que Sun voit l’inscription dessus qui indique « La perche cerclée d’or conciliante ». L’inscription indique que le bâton suit les ordres de son propriétaire, grandissant (jusqu’à une taille infinie) ou rétrécissant à son gré, faisant des copies de lui-même, et qu’il est immensément lourd, pesant 7 760 kg (seul Sun Wukong est capable de la soulever et de la manier avec autant de dextérité, car sa force est incommensurable.) et indestructible. Quand il n’est pas utilisé, Sun Wukong le rétrécit jusqu’à la taille d’une aiguille et le garde caché derrière son oreille.

Le bâton est aussi connu pour son apparition dans le manga Dragon Ball (Nyoi-bō, ou ‘’bâton magique’’ en VF), qui fut longtemps l’arme de prédilection de Son Gokû enfant, et a là aussi la particularité de pouvoir s’étendre à l’infini et d’être incassable. ;

– Dans le tome 87, le nuage Homie Zeus déclare « Impossible, il n’y a que Mama qui puisse me chevaucher. » C’est une référence à Kinto-un, un petit nuage qui peut être utilisé comme un tapis volant, et dont Sun Wukong se sert. Seuls ceux ayant le « cœur pur » peuvent tenir dessus, les autres passant au travers. Le fait que seule cette garce de Big Mom puisse monter sur Zeus est alors peut-être une inversion de cette règle originelle (ou c’est simplement parce qu’il a été créé en utilisant une partie de son âme). Zeus rejoint ensuite Nami, qui a aussi un bâton semblable au singe (cf ci-dessus).. ;

– Voici les références à Ken le survivant (Hokuto no ken en VO) :
> Duval ‘’au masque de fer’’ semble être inspiré de Jagi, le frère aîné (adoptif) de Kenshiro, portant un masque de fer depuis que celui-ci l’a défiguré. Jagi ne cherche qu’à se venger de Kenshiro qui a ruiné sa vie : il devient un leader de gang impitoyable, dédiant une haine viscérale au protagoniste. Il alla aussi loin que le diffamer en terrorisant des villages tout en disant s’appeler Kenshiro ; il tua les parents de Rei et enleva sa soeur cadette Airi pour la vendre comme esclave. Jagi était méprisé pour ses tactiques lâches qui visaient la victoire à tout prix, comme utiliser un fusil ou des aiguilles à cracher.
C’est en fait tout l’inverse pour Duval, qui est né moche (et que Sanji rendra beau). Il lui en veut profondément pour avoir fait de sa vie un enfer, à cause de la photo sur la prime de Sanji qui lui valait d’être harcelé par la Marine et les chasseurs de primes, alors qu’il voulait juste vivre paisiblement. Il devient un leader de gang dont la principale activité était alors la capture et vente d’esclaves, bien que le but réel de Duval était de se venger de Sanji. Duval n’hésite pas à utiliser des armes comme un lance-harpons aux flèches empoisonnées et, quand le cuistot lui refera le portrait, il fut si heureux et reconnaissant qu’il devint un allié fidèle. |
> Daifugo, vice-directeur de la prison du pays des Wa, ressemble aussi à Jagi, dans le sens où il a une arme à feu (fusil), un masque, un pantalon en cuir noir, et montre un certain sadisme envers les prisonniers, estimant qu’ils doivent gagner leur nourriture eux-même en travaillant. |
> L’arc Impel Down a une configuration similaire à l’arc Cassandra (du nom de la prison de Raoh) : le personnage principal se rend dans une prison en forme de tour pour libérer son frère aîné (adoptif -> Ace/Toki) où il est détenu. Dans les deux cas également, le gardien de prison retire les cornes de son couvre-chef pour les utiliser comme armes. ;

– Le samouraï zombie Ryuma est l’un des Généraux Zombies créé par le Dr. Hogback à Thriller Bark. Il possède l’ombre de Brook depuis 5 ans. C’était, avant d’être transformé en zombie, un légendaire samouraï du pays de Wa. Dans le manga Monsters de Eiichiro Oda sorti en 1994, Ryuma est un samouraï itinérant et est surnommé ‘’The King’’, mais il ne le sait pas. ’’The King’’ est le plus grand manieur de sabre de la planète, notamment réputé pour avoir décapité d’un coup le dragon qui menaçait un village.
Le Ryuma de Monsters est un vagabond qui affronte un épéiste ressemblant à Œil de Faucon (Cyrano), ainsi qu’un dragon. On y découvre également qu’il rêve d’affronter un mystérieux « Roi des Épéistes ». Il s’agit donc d’un prototype de Zoro. Leur duel à Thriller Bark est alors une sorte de  »passation d’héritage » créative et narrative, où Zoro vainc Ryuma avec une attaque en forme de Dragon (référence à Monsters) et ce dernier reconnaît sa valeur en lui offrant son sabre (Shusui).
Oda révéla même dans les SBS du volume 47 que le Ryuma « zombie » est le même que celui de Monsters, ayant vécu dans le monde de One Piece des siècles avant les aventures de Luffy ! La boucle est bouclée. ;

– Dans le conte La petite sirène (1837) de Hans Christian Andersen, la jeune sirène est intéressée par le monde de la surface après que chacune de ses six sœurs aînées lui ait dit à quoi il ressemblait. Shirahoshi est aussi la plus jeune de sa famille (bien qu’elle n’ait que trois frères et pas de soeur) et est curieuse sur le monde au delà de sa chambre, la quittant finalement après avoir rencontré Luffy. En outre, pour Shirahoshi qui est tourmentée par un amour non réciproque, c’est similaire à la version originale de l’oeuvre par Andersen, sauf que dans le cas présent, Shirahoshi est l’aimée tandis que la sirène du conte est celle qui aime (le prince Philippe).
La princesse sirène qui a été enfermée dans la tour pendant 10 ans peut être en même temps une référence au conte de Raiponce (1812) des frères Grimm, racontant l’histoire d’une fille aux maintenue captive dans une haute tour sans escalier, utilisant ses très longs cheveux pour hisser sa sorcière de ‘’mère adoptive’’, puis plus tard un prince qui tombera amoureux d’elle. Shirahoshi a effectivement une très longue chevelure (même comparée à sa taille) mais est cependant enfermée pour sa propre sécurité, ne perd pas ses cheveux, et ne rencontre pas de prince (juste Luffy). ;

Ace peut faire penser à Tank Girl, quant à leur façon de s’habiller (grand chapeau, torse nu, collier de perles/billes rouges, pendentif, short avec ceinture et boucle avec leur nom, bottes gris foncé), leur air de délinquants et l’espèce de smiley souriant de manière sadique sur le pendentif/chapeau, ainsi qu’un couteau : comparatif général.
Tank Girl est le personnage principal d’une série de bande dessinée britannique, créée par Alan Martin et Jamie Hewlett. Elle est apparue pour la première fois dans le fanzine Atomtan, auto-édité par les auteurs, puis sa série a débuté dans Deadline Magazine en octobre 1988. Tank Girl est influencée par la vague punk (opposée au thatchérisme de l’époque) et en arbore les signes distinctifs (crête iroquoise, épingles à nourrice, batte de baseball). Ce comics pour adultes aborde également des thèmes féministes, sexuellement explicites et anarchistes.
Le personnage principal, Tank Girl (de son vrai nom Rebecca Buck) conduit un tank, qui est aussi son foyer. Elle entreprend une série de missions pour une organisation nébuleuse avant de commettre une grave erreur et d’être déclarée hors la loi pour ses orientations sexuelles et sa toxicomanie. La bande dessinée est centrée sur ses mésaventures avec son petit ami Booga, un kangourou mutant. Le style de la bande dessinée est fortement influencé par l’art visuel punk et les cases sont souvent profondément désorganisées, anarchiques, absurdes et psychédéliques. La BD s’inspire de techniques d’éléments venant des techniques surréalistes, des fanzines, du collage, de la technique du cut-up, du courant de conscience (style d’écriture) et de la métafiction, avec très peu de considération ou d’intérêt pour l’intrigue conventionnelle ou le récit engagé. L’histoire était initialement placée dans une Australie futuriste, bien qu’elle s’inspire fortement de la culture pop britannique contemporaine. ;

– Même si c’est un peu tiré par les cheveux, il est possible que la raison pour laquelle Hildon, le zombie chauve-souris vampire, est marqué comme étant le zombie n°21 en raison des Devil Bats de Deimon, l’équipe principale de Eyeshield 21 (dont le symbole est une chauve-souris démon rouge). C’est une série de manga shōnen scénarisée par Riichirō Inagaki et illustrée par Yusuke Murata dont le thème est le football américain. Il fut prépublié dans le magazine hebdomadaire Weekly Shōnen Jump de Shūeisha entre 2002 et 2009 et est compilé en 37 tomes. ;

Brook pourrait être inspiré du flamboyant et surréaliste Bo-bobo du manga Bobobo-Bo Bo-bobo. Celui-ci porte aussi une afro et peut l’ouvrir comme une boîte pour y ranger des objets. ;

– Je ne sais pas s’il fait ça à d’autres reprises, mais dans l’épisode 367, quand Sanji court à fond avant de donner un bon gros kick dans le pied d’Oz, il fait la technique des ninjas de Naruto, à savoir tendre les bras en arrière pour avoir (un peu) plus d’aérodynamisme (-> ‘’naruto runner’’). ;

– Selon un SBS du tome 78, on apprend que les noms de Gimlett et de Russian, la femme et le fils décédés de Señor Pink, sont tirés du nom de cocktails cités dans le roman policier de Raymond Chandler, The Long Goodbye (1953). C’est le sixième roman mettant en scène le détective privé Philip Marlowe, et Chandler le considère comme son meilleur roman.
Le gimlet (à prononcer avec un ‘g’ dur) est un cocktail typiquement composé de 2 parts de gin et 1 part de jus de citron vert. Mais la description dans The Long Goodbye stipulait que ‘’Un véritable gimlet est moitié gin moitié Rose’s lime juice et rien d’autre.« .
Je n’ai pas trouvé de mention du cocktail Russian dans The Long Goodbye, et il n’existe pas de ‘’Russian’’ tout court, mais il en existe pas mal de variantes : White Russian, Black Russian, Red Russian, Brown Russian, Nude Russian, Tito Russian, Blind Russian… Le Black Russian contient 5 doses de vodka et 2 doses de liqueur de café. Le White Russian est préparé en y ajoutant de la crème (c’est ce que boit le Dude dans le film The Big Lebowski [1998]), tandis que pour le Brown Russian, c’est en ajoutant du Ginger ale (soda au gingembre). ;

– Lors des moments où Doflamingo utilise ses fils accrochés aux nuages pour se déplacer en « volant », il peut avoir un rapport avec Spiderman, qui tisse des fils afin de se balancer dans les rues de New York. ;

– La forme « Nightmare Luffy » que Luffy obtient en absorbant 100 ombres à Thriller Bark est un clin d’oeil à Hulk, le super-héros de Marvel. Ils partagent plusieurs similarités : couleur anormale (bleu / vert), grande taille (même si Nightmare Luffy doit bien faire 5-6 m de haut), corps musclé à l’extrême, et surtout, une force incroyable. Cependant, Nightmare Luffy semble davantage dans une colère froide plutôt que dans une rage difficilement contenue comme Hulk, et il manie également une énorme épée. ;

– Autre (possible) référence à un super-héros Marvel : Bruce et Lily Enstomach sont des géants qui ont mangé le fruit Mini Mini no Mi, grâce à quoi ils peuvent prendre la taille d’un humain normal, d’un géant (leur forme naturelle) ou une forme très petite. Ils peuvent aussi esquiver des attaques ennemies en rétrécissant d’un coup. De plus, Lily a dit que même sous sa forme rétrécie, elle conserve sa puissance et sa force de géante de et peut soulever facilement Franky ou Luffy. Elle affirme même pouvoir vaincre ses ennemis en entrant dans leur corps, puis en retournant à sa taille normale, faisant exploser leur corps de l’intérieur.
Tout ceci me rappelle Ant-Man et The Atom, super-héros connus pour leur combinaison de haute technologie leur permettant de comprimer ses atomes pour rétrécir jusqu’à des proportions infimes, tout en gardant leur force (ce qui n’a aucun sens, mais passons). Je ne sais pas pour The Atom, mais Ant-Man utilise lui aussi sa capacité à rétrécir très vite pour esquiver des coups, ce qu’on voit bien dans son film du MCU. Si aucun des deux n’a utilisé la technique de s’infiltrer dans un ennemi puis regrandir pour le faire exploser (car c’est un peu du meurtre), l’ennemi DC Comics de The Atom, le super-vilain Dwarfstar, n’a l’air d’avoir aucun problème avec cette idée. ;

(Younger) Toguro, un des plus puissants antagonistes de Yū Yū Hakusho, présente certaines similitudes avec Rob Lucci, car ils ont tous deux un comportement froid et ont servi sous les ordres d’un homme très lâche (Spandam/Tarukane). Ils servent d’assassin ou de garde du corps et ne supportent pas la faiblesse. Les deux ont aussi une technique qui tire une sorte de balle d’énergie d’un mouvement de pichenette.
Toguro me fait aussi physiquement penser à Vergo :
>il porte des lunettes de soleil noires en permanence (à partir du moment où il devient un démon pour Toguro ; depuis l’enfance pour Vergo). |
>il semble quasi toujours impassible/maître de ses émotions. |
>il a à peu près la même coupe de cheveux que Vergo il y a 14 ans, même si pour ce dernier c’était plus proche d’une coupe au bol. |
>son seul pouvoir est sa force brute, qu’il peut augmenter davantage (devenant alors une montagne de muscles). ;

Charlotte Katakuri a des points communs avec plusieurs personnages de mangas célèbres :
>Son côté extrêmement cupide, sa couleur des cheveux, son sourire carnassier et sa (très) grande puissance sont similaire à Zebra du manga Toriko. C’est le plus puissant des Quatre Empereurs Gourmet et il aurait dévoré plusieurs espèces jusqu’à l’extinction. |
>La voix de Katakuri est interprété par Tomokazu Sugita, également seiyuu de Joseph Joestar (JoJo’s Bizarre Adventure) et Sakata Gintoki (Gintama), les deux étant capables de prédire les actions de leurs adversaires. Gintoki est aussi un glouton en ce qui concerne la nourriture sucrée, comme Katakuri. |
>En raison de son air vénèr et de son écharpe enroulé autour de son cou (sans parler de ses compétences physiques et au combat), il ressemble à Guts de Berserk, surtout quand il pète un câble. ;

Cocoa, la fausse Robin de l’équipage de Demalo Black, ressemble un peu à Catherine du manga Gintama. Celle-ci a aussi des oreilles de chat, contrairement à Cocoa, mais elle est accompagné du faux Chopper, un renard plus ou moins sauvage qui a l’habitude de lui mordre la tête (jusqu’au sang). ;

Trafalgar Law, un chirurgien hors-la-loi (et probablement sans diplôme) qui a perdu tragiquement sa famille, peut faire penser à Kuroo Hazama alias Black Jack, protagoniste principal de Black Jack, un manga de Osamu Tezuka. Le manga original a été publié en 17 volumes de 1973 à 1983, puis a eu des suites en manga, anime, OAVs et films d’animation.
Entouré de mystère, Black Jack, surnom de Kuroo Hazama, est un médecin de l’ombre. Il fut victime d’une bombe oubliée de la Seconde Guerre Mondiale qui explosa dans son voisinage par suite d’un déminage insuffisant du secteur, blessant gravement sa mère qui décédera quelques mois plus tard. Très gravement atteint, il est sauvé par le docteur Honma au prix de trois ans d’opérations diverses où son corps est lentement réparé, et doit son visage bicolore à la greffe de peau de son (seul véritable) ami, métis.
Il entreprend, une fois adulte, des études de médecine pour rendre hommage à son sauveur et pour aider à son tour les personnes en difficulté. Mais la bureaucratie, le conservatisme et la corruption du système de santé japonais le poussent à ne pas passer les examens finaux et Kuroo opère depuis sans licence. En marge de la société mais très talentueux, il n’hésite pas à venir en aide à quiconque, indépendamment de la moralité de ses patients. En raison de plusieurs choses (son orgueil, sa misanthropie, son amoralité, sa reconnaissance envers le Dr Honma, ainsi que la mentalité et les moyens financiers de ses patients), il peut tout aussi bien exiger des sommes astronomiques de ceux qu’il opère (généralement des cas désespérés) que les aider gratuitement ou à perte. Malgré son côté sombre, il apprend cependant l’humilité quand il comprend que même lui ne peut rien quand la Mort vient chercher ses patients. ;

– Oda est réputée pour avoir planqué des easter eggs dans One Piece, qui apparaissent également dans l’anime. Le plus connu de ses personnages d’arrière-plan récurrents est Pandaman, qu’il cachera tout au long de l’histoire, au plus grand plaisir des hardcore fanboys qui cherchent indéfiniment ses apparitions (en se pétant les yeux à chercher parmi les persos d’arrière-plan qui sont assez souvent minuscules).
En 1998, alors qu’il était adolescent, Oda a créé comme gag un personnage chōjin (= litt. surhumain, mais aussi une race dans le manga ci-après), également appelé Pandaman, pour le livre d’hommage du manga Kinnikuman, ‘’Kinnikuman 77 Mysteries’’. Il est aussi apparu en tant que personnage caché dans le jeu Kinnikuman Nisei New Generation vs. Legends en tant que lutteur recrue. Cependant, le personnage d’Oda n’est jamais apparu dans aucun manga ou anime Kinnikuman.
Pandaman est un chōjin d’âge inconnu. Il a été abandonné dans un bosquet de bambous au Tibet et a été élevé par des pandas géants. Pandaman disait souvent qu’il avait vu Kaguya-hime ; cependant, comme personne ne le croyait, il était souvent harcelé. Depuis lors, Pandaman a résolu de devenir un puissant Akuma Chōjin. ;

– Au tout début du manga, Shanks se fait mettre en joue par un subordonné d’Higuma. Il se fait abattre quelques secondes plus tard par Lucky Roo (un pirate de l’équipage de Shanks), sans qu’il ne l’ait remarqué bouger. C’est d’ailleurs le premier à tuer quelqu’un dans le manga.
Son nom et sa vitesse de tir sont donc sûrement basées sur Lucky Luke, ‘’l’homme qui tire plus vite que son ombre’’. Ce célèbre ‘’poor lonesome cow-boy’’ est le héros d’une série de bande dessinée belge de western humoristique créée par le dessinateur belge Morris dans l’Almanach 1947, un hors-série du journal Spirou publié en 1946.  Elle compte, en 2017, 79 albums publiés. La série met en scène Lucky Luke, cow-boy solitaire au Far West, accompagné par son fidèle cheval Jolly Jumper et souvent aussi du chien Rantanplan, complètement idiot. Il doit souvent rétablir la justice dans le Far West en pourchassant des bandits, dont les plus connus sont les frères Dalton. La série est truffée d’éléments humoristiques qui parodient les œuvres de western. Lors de ses aventures, il rencontre des personnages célèbres du XIXème siècle et participe à des événements de l’histoire américaine.
De plus, il se trouve que Lucky Roo ressemble physiquement à un pirate… de l’espace : Yattaran, du manga Capitaine Albator (1977-1979). C’est un flemmard passionné de modèles réduits, armurier de l’équipage de l’Arcadia, mais très doué en mathématiques et lors des batailles. Son mangaka, Leiji Matsumoto, a créé plusieurs séries d’anime et mangas (Yamato, le Cuirassé de l’Espace, Capitaine Albator et Galaxy Express 999 sont les plus connus). Nombre d’entre eux sont des Space Operas impliquant des pirates qui parcourent l’univers pour réparer les torts et résoudre les idéalismes politiques et révolutionnaires. Le design de Yattaran est lui-même basé sur un autre mangaka : Kaoru Shintani (plus connu pour Area 88) qui, au début de sa carrière, a travaillé pour Matsumoto à titre de modèle. ;

Wapol, de par son physique, sa personnalité, son comportement et le fait qu’il soit un (très) mauvais roi, rappelle beaucoup Père Ubu, personnage créé par Alfred Jarry dans sa pièce de théâtre Ubu roi (1896). Ubu est un anti-héros, une figure shakespearienne autant tragique que comique, souvent perçue comme l’archétype des effets de l’ivresse du pouvoir sur l’homme qui se perçoit d’abord comme innocent. Le personnage est devenu proverbial (adjectif ‘’ubuesque’’), symbole du délire du pouvoir et de l’absurdité des hiérarchies politiques. Il a fait l’objet de nombreuses reprises dans les courants de la contre-culture, à des titres variés et à des fins diverses.
Par exemple, la défaite absurde de Wapol face à Dalton (où il se fait couper la tête, mais est immédiatement opéré par ses Toubibs 20 pour la remettre en place, ne lui laissant aucune séquelle) peut rappeler l’un des ressorts comiques du Père Ubu ; en effet, celui-ci se croit mourir dès qu’il se blesse, même légèrement. Les deux ont aussi la fâcheuse manie de vouloir se débarrasser (définitivement) de tous ceux qu’ils n’aiment pas et, tandis que Wapol se cure souvent le nez, une expression courante d’Ubu est : ‘’de par ma chandelle verte’’ (par analogie à sa morve tombante).
Wapol partage le côté enfantin, égoïste, cruel et lâche d’Ubu. L’adjectif ubuesque est définit en ces termes par le CNTRL : « Qui évoque le grotesque du père Ubu par un despotisme, une cruauté, un cynisme, une forfanterie d’un caractère outrancier ou par des petitesses dérisoires. » ;

– La manière dont Gairam transforme ce qu’il touche en cube(s) avec son Kyubu Kyubu no Mi (dans l’épisode spécial 3D2Y) peut rappeler le pouvoir de Gildarts Clive du manga Fairy Tail (qui est une grosse repompe de Shanks à tous les niveaux). Il apparaît dans le tome 20, sorti en 2011, bien qu’il soit mentionné dès le tome 6. Il possède une magie, Crush (ou Magie de dislocation) extrêmement destructrice, qui peut réduire les objets en miettes. Il est également capable d’utiliser la Magie de Désassemblage, variante de Crush.
Celle-ci permet de séparer un objet ou un être humain en parties plus petites en forme de cubes, et l’effet est différents dans ces deux cas. Sur une cible non vivante (comme une attaque magique ou un objet), celle-ci est décomposée en centaines de cubes puis se dissipe très vite ou est réduite en poussières. Contre un être vivant, une sorte de filet est lancé vers lui puis, s’il est touché, il se trouve réduit en de nombreux petits clones de lui-même. Il peut reprendre sa forme initiale après quelque temps, ou si l’utilisateur de la Magie le décide. ;

– La raison pour laquelle Merry, le majordome de Kaya, s’appelle ainsi est possiblement par rapport à Mary Had a Little Lamb, une comptine en anglais d’origine américaine qui date du XIXe siècle. La comptine fut publiée (non pas écrite) par la firme bostonnienne Marsh, Capen & Lyon, en tant que poème original de Sarah Josepha Hale le 24 mai 1830. Elle fut inspirée par un incident où une fillette amena son agneau de compagnie à l’école.
Dans les années 1830, Lowell Mason a mis en musique la comptine en ajoutant des répétitions dans les couplets. Elle est composée de huit quatrains et raconte comment Mary avait un petit agneau qui la suivait partout ; il la suivit un jour à l’école, ce qui fit rire les autres enfants et, bien que l’instituteur le mit dehors, il attendit patiemment sa maîtresse toute la journée. Les enfants, jaloux, demandèrent au prof pourquoi l’agneau aimait tant Mary, il leur répondit que c’est parce que Mary aimait l’agneau. #Cute ;

– Il est possible que l’arc Dressrosa fasse quelques clins d’oeils au manga Fairy Tail, car il se déroule dans un pays de ‘’fées’’ qui ont des queues… (*pleure*). Luffy et Burgess se battent au Colisée sous les pseudonymes de Lucy et Mr Happy Store, alors que Lucy et Happy sont des personnages majeurs de Fairy Tail. Enfin, Sabo révèle plus qu’une similitude passagère avec le protagoniste Natsu Dragneel, surnommé ‘’La Salamandre’’ en raison du fait qu’il utilise la Magie du Chasseur de Dragon de Feu (bien que l’un soit beaucoup plus mature que l’autre…). ;

– Dans le palais de Marie-Joie se trouve la salle du Trône Vide, trône historique existant depuis le Siècle Manquant, et symbolisant l’unité des royaumes qui ne permet pas à un souverain unique de gouverner. Nul ne doit s’y asseoir, car il serait considéré alors comme le roi du monde.
Dans Le Trône de fer (A Song of Ice and Fire), la désormais culte série de romans de fantasy de George R. R. Martin, le Trône de Fer est le siège du pouvoir du Roi des Sept Couronnes. Il est souvent utilisé comme un concept métonymique pour se référer à l’autorité du roi. Le trône est lui-même froid et dur, et les épées le composants sont toujours tranchantes ; ceux qui sont assis sur le trône seront coupés s’ils ne sont pas prudents. C’était l’effet désiré d’Aegon : un roi ne doit jamais croire qu’il se sent à l’aise sur le trône. Il est dit que le trône lui-même a tué plusieurs personnes. Depuis la construction du Donjon Rouge, le Trône de Fer est hébergé sur une plateforme surélevée à l’arrière de la salle du trône. Habituellement, les membres de la Garde Royale sont au pied de celui-ci.
Aegon I Targaryen, dit le Conquérant, construisit le trône au début de son règne. Il le forgea avec les épées d’acier Valyrien de tous ses ennemis vaincus. Il a fallu 59 jours pour que le feu de Balerion la Terreur noire (son dragon favori et monture) puisse joindre les 1000 épées en un seul trône. Aegon I fut le premier roi à s’asseoir sur le Trône de Fer, après avoir conquis six des Sept Couronnes durant la Guerre de la Conquête : les sept royaumes individuellement gouvernés étant le Royaume du Nord, le Royaume de la Montagne et du Val, le Royaume des Rivières et des Collines, le Royaume du Roc, le Royaume du Bief, e Royaume des Terres de l’Orage et Dorne (qui ne fut pas conquis). ;

– Le Nuke Nuke no Mi est un Fruit du Démon de type Paramecia qui permet à son utilisateur de traverser des espaces solides comme les murs ou le sol. Il a été mangé par Tanaka. En français, il a été traduit par ‘’Fruit du passe-muraille’’.
Le Passe-muraille est une nouvelle fantastique de Marcel Aymé, parue dans Lecture 40 en 1941. Elle met en scène un employé ministériel random qui acquiert soudainement le don de passer à travers les murs. Il profite d’abord de son don pour rendre fou son chef de service, puis commet des vols dans les plus grandes banques et bijouteries, signant ses forfaits du nom de ‘’Garou Garou’’. Il fait alors la une de la presse et rend folle la police, qui n’arrive pas à élucider ces vols spectaculaires.
Il se fait volontairement arrêter pour démontrer à ses collègues de bureau qu’il est bien Garou Garou et est incarcéré à la prison de la Santé. Quittant plusieurs fois sa cellule (pour emprunter des livres dans la bibliothèque du directeur de la prison ou aller déjeuner au restaurant), il s’évade définitivement, non sans avoir prévenu auparavant par courrier le directeur de son heure d’évasion. Il pense partir pour l’Égypte mais tombe amoureux d’une femme mal mariée qu’il a croisée dans la rue. Mais une nuit, alors qu’il quitte la chambre de sa conquête, il perd son incroyable don pour se retrouver prisonnier d’un des murs de la maison, finissant emmuré vivant.

Tanaka, qui a des airs de félin, pourrait aussi évoquer Le Chat passe-muraille (1985), un roman de science-fiction de Robert A. Heinlein. Cette histoire surréaliste est une suite d’événements de plus en plus invraisemblables et de plus en plus dangereux vécus par le colonel Campbell. Le titre du roman renvoie, comme la révélation de la fin du livre, au chat de Schrödinger. Le chat passe-muraille est ici un chaton du nom de Pixel qui se déplace au travers des murs car il est trop jeune pour savoir que c’est impossible. Le chat est un personnage secondaire qui n’apparaît que dans le dernier tiers du livre. Il n’a pas de rôle important dans l’intrigue. Mais il est le résumé métaphorique du personnage de Colin Campbell qui se sort de tous les guet-apens alors qu’il considère impossible ce que les héros de tous les autres romans de Heinlein considèrent comme des faits établis : le voyage dans le temps, les univers parallèles, la jouvence médicale et l’immortalité. ;

Giovanni, Sicilion ainsi que Wanda, trois Minks membres de l’Escouade de Mousquetaires d’Inuarashi, sont basés sur la nouvelle Don Giovanni in Sicilia (1941) de Vitaliano Brancati. Le personnage principale, Giovanni Percolla, est utilisé pour décrire le scénario de la vanité sexuelle masculine (en italien : gallismo, signifiant ‘’machisme’’) caractérisant la Sicile à la fin des années 1930.
Giovanni Percolla, jeune avocat catanais, mène une existence morne et paresseuse auprès de ses trois sœurs, de vieilles filles qui ne cessent de le choyer. Son occupation principale consiste à traquer la gent féminine et à entretenir, avec d’autres amis masculins, de nombreux fantasmes sexuels. Or, l’arrivée en ville de Ninetta, une fille de l’aristocratie helvète qui semble être attirée par sa personnalité, le trouble profondément. Il s’éprend d’elle et l’épouse. Après s’être séparé de ses sœurs, il s’installe avec Ninetta à Milan. Là, il parvient à arracher un poste intéressant qui lui permet de progresser en affaires.
Sa vie amoureuse le laisse néanmoins insatisfait. Dès lors, son travail, bien que très contraignant, ne l’empêche pas de courtiser d’autres femmes : en particulier Wanda, l’épouse d’un concurrent. Hélas, Wanda finit dans les bras d’un de ses amis catanais. Écœuré, puis lassé par l’ambiance milanaise, Giovanni retourne en Sicile où il renoue avec ses anciennes habitudes et son mode de vie nonchalant. ;

– Je pense avoir trouvé trois références au manga Saint Seiya :
> L’armure d’or de Tanaka dans le film Gold elle est très semblable à celle de Shura, chevalier d’or du Capricorne., bien qu’il y ait quelques différences, comme la crète sur le haut du casque, un recouvrement intégral du corps (Shura a le haut des bras et des jambes exposé), et le corps de l’armure qui lui tombe jusqu’aux genoux (en forme de cloche). (Tanaka ; Shura) |
> Pica a une armure en or (bien qu’elle ne protège pas grand-chose) et des pics sur les épaules, et il est le plus grand et le plus mastoc de sa ‘’famille’’ ; c’est tout comme Aldébaran, chevalier d’or du Taureau. (Pica ; Aldébaran) |
> Krieg a aussi une armure d’or, mais difficile de la comparer à un chevalier en particulier. Je penche pour Dōko, chevalier d’or de la Balance, en raison des plateaux ronds qui ressemblent aux épaulettes-boucliers de Krieg. L’armure de la Balance a la particularité de posséder six paires d’armes différentes (nunchakus, tridents, épées, sansetsukons, tonfas et boucliers), tandis que ‘’Krieg le perfide’’ utilise toutes sortes d’armes intégrées dans son armure, cachée par son manteau, ce qui accentue l’effet de surprise : poings américains, armes à feu, fléau d’armes, shurikens, lance explosive, lance-flamme, filet, mini-bombes, lance-aiguilles, gaz toxique et cape à piques. ;

– L’impitoyable juge Baskerville d’Enies Lobby vient probablement du célèbre roman policier The Hound of the Baskervilles (Le Chien des Baskerville en VF) écrit par Sir Arthur Conan Doyle en 1901-1902. Le célèbre détective Sherlock Holmes et le docteur Watson enquêtent sur la mort étrange de Sir Charles et la légende vieille de plusieurs siècles d’un chien démoniaque qui pourchasserait les membres de la famille Baskerville. Ils doivent protéger le dernier descendant de la famille, Sir Henry, revenu du Canada pour hériter du domaine familial en Angleterre. Le Chien des Baskerville est l’une des plus célèbres aventures de Sherlock Holmes et a fait l’objet de nombreuses adaptations cinématographiques, télévisuelles et radiophoniques.

Dans le roman policier médiéval Le Nom de la rose (1980) d’Umberto Eco, Frère Guillaume de Baskerville est un moine franciscain et ex-inquisiteur qui a présidé des procès en Angleterre et en Italie, où il s’est distingué par sa perspicacité et sa logique rationnelle. En 1327, alors que la chrétienté est divisée entre l’autorité du pape Jean XXII et celle de l’empereur Louis IV du Saint-Empire, Guillaume (ou William en anglais) de Baskerville se rend dans une abbaye bénédictine pour enquêter, à la demande de l’abbé, sur la mort suspecte d’un des moines. Rapidement, ce que beaucoup semblaient considérer comme un suicide prend des allures de plus en plus inquiétantes. À la demande du pape, l’inquisiteur dominicain Bernardo Gui se rend à l’abbaye et s’immisce dans l’enquête, ce qui est loin d’arranger les choses. ;

Kyōshirō le somnolent, un percepteur de monnaie du Pays des Wa, pourrait être basé sur le personnage de Nemuri Kyōshirō (litt. ‘’Kyōshirō l’endormi’’) dans la série de romans jidaigeki du même nom écrits par Renzaburō Shibata. Les histoires ont été publiées à partir de mai 1956 dans le Shūkan Shinchō (un des principaux hebdomadaire japonais, très respecté).
(Le jidaigeki (時代劇) est un genre de film, télévision, jeu vidéo et théâtre au Japon. Littéralement, ce sont des « drames historiques », qui se déroulent le plus souvent pendant la période Edo, de 1603 à 1868. Cependant, certains sont placés plus tôt (fin de l’ère Heian) ou plus tard (début de l’ère Meiji). Le jidaigeki montre la vie des samouraïs, agriculteurs et artisans, et s’appuie sur un ensemble établi de conventions théâtrales, comme du maquillage, la langue, des slogans et des intrigues. Les films jidaigeki sont parfois appelés ‘’films chambara’’, un mot qui signifie « combat à l’épée », bien que le chambara soit plus précisément un sous-genre du jidaigeki.)

Les histoires de Nemuri Kyōshirō se déroulent pendant la période Edo sous le shogunat Tokugawa et selon les règles de Tokugawa Ienari et de son successeur Tokugawa Ieyoshi. Ils sont centrés sur le personnage du même nom, un rōnin aux yeux somnolents, ou un épéiste hors-la-loi, qui est le fils d’une mère japonaise (la fille d’un daimyō, qui commet un jigaki, suicide rituel féminin, quelque temps après la naissance de Kyoshiro) et un père étranger, et a été conçu au cours d’une Messe noire (et, comme résultat, il a une haine féroce pour ce qu’il considère comme l’hypocrisie du Christianisme).
Sept romans et huit nouvelles de la série Nemuri Kyoshirō ont été publiés au Japon. Les nouvelles ont été adapté plusieurs fois au cinéma : la seconde fois, dans une série de 12 films sous le nom  »Sleepy Eyes of Death » entre 1963 et 1969, où le personnage principal fut interprété par l’acteur Akio Kamezaki, alias Ishigawa Raizo VIII. ;

– Si Luffy passe son temps à Wano avec une brindille entre les dents, c’est comme clin d’oeil à Kogarashi Monjirō, le personnage principal et le titre d’un roman japonais de Saho Sasazawa, surtout connu dans l’émission télévisée diffusée à une heure de grande écoute en 1972-1973. En 1993, le drama a été adapté dans un film : ‘’Kaettekita Kogarashi Monjirō’’ (càd ‘’Kogarashi Monjirō est revenu’’). L’acteur principal était Atsuo Nakamura qui jouait le rôle de Monjiro, reconnaissable à sa cape noire, son chapeau de paille et son habitude de tenir dans la bouche un long bâton de bambou (ou de bois). Son expression fétiche est « ça n’a rien à voir avec moi« .
C’est un vagabond (watari-mono), et un escrimeur expérimenté, qui aide en fin de compte les gens qu’il rencontre dans son périple, mais il maintient qu’il n’agit pas par altruisme ou par sens de la justice, mais seulement qu’il agit contre ceux qui provoquent sa colère. C’était un yakuza, un membre d’un clan qui a basé son existence sur le jeu. Dans chaque épisode, il résolvait des mystères et des controverses dans les villages où il arrivait presque par hasard. ;

– Les noms de Gifters comme Batman, Gazelleman, Mouseman, Alpagaman et Madilloman (Smile du tatou), sont toujours une combinaison de leur pouvoir (animal) et du suffixe ‘’-man’’ (‘’homme’’). Ils sont peut-être un clin d’oeil aux noms clichés de super-héros, surtout au début de l’histoire des comics (Âge d’or/Âge d’argent) : Superman, Batman, Hawkman, Spiderman, Aquaman, Ant-Man, Iron Man, Deadman, Hourman, Powerman, Plastic Man, Starman, Elongated Man… Même s’ils se sont vite diversifiés, il suffit depuis longtemps de mettre -man/-boy (ou -woman/-girl) après un mot pour avoir un nom de super-justicier… ou super-vilain : Megaman et ses bosses en sont l’exemple parfait. ;

– Le Colisée présente pour la première fois un vrai tournoi, classique des nekketsu. C’est un sous-genre du shônen mettant en scène des héros exaltés défendant le plus souvent par le combat ou la compétition des valeurs viriles traditionnelles telles que le courage, l’amitié et le dépassement de soi. On a des tonnes de (nouveaux) combattants se battant simplement dans le but de gagner le premier prix, le Mera Mera no Mi. Bien que l’objectif soit le même, chacun a quand même une personnalité différente et une raison de s’être inscrit pour obtenir le fruit : l’argent, le pouvoir, la popularité/gloire, etc.
Le Colisée et son tournoi sont sûrement mentionnés pour la première fois au chapitre 702, publié en mars 2013. Je vais donc faire une p’tite liste (non-exhaustive) des tournois de combat qui ont été vu dans des mangas avant cette date (date d’apparition du tournoi dans le manga japonais entre parenthèses), mais pas les trucs de sport, cuisine, mecha/SF, samouraïs/historiques ou de lycéens :
>les Tenkaichi Budokai (litt. « Championnat du monde des arts martiaux ») de Dragon Ball et Dragon Ball Z (dates variées) |
>le Tournoi d’Arts Martiaux de l’Ombre (Dark Tournament) de Yū Yū Hakusho (1993) |
>l’Examen Hunter, mais encore plus la Tour du Tournoi céleste de Hunter x Hunter (1999) |
>les Galaxian Wars (ou Tournoi Galactique) de Saint Seiya (1986), au Colisée Graad, pour gagner l’Armure d’Or du Sagittaire. |
>les examens chūnin de Naruto (2000) (?) |
+ éventuellement :
>les jeux mortels de la prison, voire le Carnival Corpse de Deadman Wonderland (2007) |
>le Shaman Fight de Shaman King (2004) |
(les tournois de Fairy Tail, Dragon Ball Super, My Hero Academia, One Punch Man… datent d’après 2013) ;

– Le nom d’Honey Queen (une Logia du film 2) est peut-être une référence à son Fruit du Démon, montrant qu’elle maîtrise une substance proche du miel. Chaque membre de l’équipage de Bear King a un thème se rapportant à un animal et une carte. Pour Honey Queen, c’est l’abeille et la Reine, car l’abeille dirigeant la ruche est appelée ‘’reine’’. Son nom peut également faire penser au personnage de comics Harley Quinn, qui d’ailleurs est aussi associé à une carte (le Joker).
Harleen Quinzel est un personnage de fiction créé par Paul Dini et Bruce Timm dans la série télé d’animation Batman, la série animée en 1992. Elle est ensuite apparue dans les bandes dessinées Batman de DC Comics, la première fois dans The Batman Adventures (1993). Initialement psychiatre à l’asile d’Arkham, elle tombe amoureuse du Joker (qui ne fait que profiter d’elle) et devient sa complice sous le nom d’Harley Quinn. Elle porte un costume d’Arlequin, un personnage originaire de la commedia dell’arte, un valet comique connu pour sa bouffonnerie et son costume bariolé, dont est aussi basé son vrai nom et son nom de supervilaine. Elle a un trouble de la personnalité dépendante ainsi qu’un comportement antisocial.
Le personnage a fait équipe avec plusieurs autres méchantes, Catwoman et Poison Ivy, le trio étant connu sous le nom des Sirènes de Gotham City. Poison Ivy est connue pour être une amie proche et une alliée récurrente de Harley, étant même décrite comme sa petite amie dans des bandes dessinées récentes. Depuis The New 52, elle a laissé son passé de méchante derrière elle est est devenue une anti-héroïne.
Harley Quinn est considérée comme l’un des personnages les plus populaires de DC Comics. Son costume s’est classé comme le cosplay le plus populaire aux États-Unis et au Royaume-Uni. C’est le personnage féminin le plus important et le plus rentable de Harley DC Comics, apparaissant dans 4 séries distinctes. ;

Queen, de par son énorme corps rond avec une salopette rayée (image) ressemble à Obélix de la très célèbre série de bandes dessinées Astérix et Obélix de René Goscinny et Albert Uderzo, commencée en 1959. Il est le meilleur ami d’Astérix et l’accompagne dans chacune de ses aventures, excepté la première (Astérix le Gaulois). Au village, il est livreur de menhirs, activité normalement très difficile étant donné le poids des pierres, mais il possède une force herculéenne depuis son enfance, en raison de sa chute dans la marmite de potion magique. Il n’a d’ailleurs plus le droit d’en boire depuis ce jour, à son grand désarroi. Malgré son goût pour la bagarre et l’évident plaisir qu’il prend à « taper du Romain », Obélix est un personnage sensible, susceptible et tendre. Il adore son petit chien Idéfix et ne ne se sépare jamais de lui.

Son ventre rond, son crâne chauve (si on ne compte pas sa queue de cheval à l’arrière) et ses bretelles peuvent évoquer également Heart, antagoniste de Ken le Survivant. C’est l’un des quatre chefs vassaux de l’organisation KING (-> cf l’acolyte de Queen), dirigé par Shin, aux côtés de Spade, Diamond et Club. Gros homme imposant, son ventre était composé d’une substance ressemblant à du caoutchouc qui absorbait l’impact de la plupart des techniques d’arts martiaux et lui a valu le surnom de « Destructeur de poings’’ (拳法殺し, Kenpō Koroshi). Bien que normalement calme et plus miséricordieux que ses camarades Kingsmen, sa personnalité change pour devenir celle d’un maniaque meurtrier à la vue de son propre sang, comme lorsqu’il assassina plusieurs de ses propres hommes et un barman après s’être blessé la main sur un tesson de bouteille. En utilisant la technique du ‘’Hokuto Jūha Zan’’, Kenshiro fut capable de pénétrer dans la chair de Heart et de faire exploser son corps.
(L’histoire de la vue de son sang qui le trigger rappelle aussi ce qui arrive à Pearl, un des capitaines de Krieg.) ;

– . ;

.

.

.

Voilà, c’est tout pour les bouquins ! Du moins pour l’instant… Dans la partie 8, nous traiterons des jeux vidéo. 🙂

Tschaw ! o/

2 réflexions au sujet de « Toutes les références culturelles dans One Piece – 7) Littérature »

  1. Ping : Toutes les références culturelles dans One Piece – 6) Personnages historiques | DJOnePiece300

  2. Ping : Toutes les références culturelles dans One Piece (personnages et lieux) | DJOnePiece300

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s